Mercredi, 19 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Ali Auf : Les prix d’environ 1 000 médicaments sur un total d’environ 17 000 vendus sur le marché égyptien augmenteront

Rim Darwich , Mercredi, 01 mai 2024

Le chef du département des médicaments de l’Union générale des Chambres de commerce, Ali Auf, revient sur la hausse attendue des prix des médicaments après la récente décision du gouvernement de dévaluer la livre égyptienne.

Ali Auf

Al-Ahram Hebdo : Certaines entreprises pharmaceutiques ont appelé à la hausse des prix des médicaments. Est-ce que l’Organisme égyptien des médicaments a pris la décision de réévaluer les prix ?

Ali Auf : Après le flottement de la livre égyptienne, l’Organisme égyptien des médicaments a appelé les compagnies pharmaceutiques à présenter leurs documents et propositions pour la réévaluation des prix des médicaments. Cette mesure est indispensable car la plupart des médicaments ont été tarifés quand le prix du dollar était officiellement à 30 L.E. Après le flottement, les producteurs pourront se retrouver avec des déficits importants si les prix des médicaments n’augmentent pas. Par conséquent, ils seront obligés de réduire leur production et les consommateurs se plaindront de la non-disponibilité des médicaments sur le marché. Les propositions faites par les compagnies sont actuellement en phase d’étude.

— Sur quelles normes l’Organisme égyptien des médicaments va-t-il se baser pour évaluer la hausse des prix ?

— L’organisme ne prend pas uniquement en considération le prix du dollar, mais aussi les prix d’achat des composants des médicaments, des emballages et autres, ainsi que les frais de l’industrie pharmaceutique. Généralement, la marge de l’augmentation des prix est fixée sur la base des frais les plus bas.

— Après la hausse des prix, le problème du manque de certains médicaments sera-t-il réglé ? Cette hausse ne constitue-t-elle pas une charge supplémentaire pour les citoyens ?

— Il est évident qu’avec la disponibilité du dollar et l’application de prix équitables des médicaments, la situation sur le marché s’améliorera. Cependant, nous avons besoin de changer notre culture et de ne plus croire aux stéréotypes qui disent que les médicaments importés sont beaucoup plus efficaces que les médicaments produits localement. Je peux vous assurer que certains médicaments importés très bien vendus sont trois fois plus chers que leurs équivalents locaux qui sont tout aussi efficaces et disponibles ; pourtant, les gens achètent les médicaments les plus chers.

— Est-il probable que l’Organisme égyptien des médicaments décide de ne pas appliquer cette hausse des prix ? Quelles seront les solutions alternatives dans ce cas ?

— Il ne sera pas facile de refuser cette demande. L’alternative est de penser à des solutions pour diminuer les coûts en réduisant les frais d’emballage par exemple. De même, au lieu d’importer les composants des médicaments et des matières nécessaires à la production chaque trimestre ou chaque semestre, les producteurs peuvent effectuer leurs achats une fois par an. Les compagnies peuvent également avoir recours à une diminution de la main-d’oeuvre ou au moins au fait de ne pas embaucher un nouveau personnel supplémentaire, et au lieu de faire fonctionner l’usine sur trois périodes chaque jour, on peut se contenter de deux périodes. Il n’y a donc pas d’autres solutions que de baisser les coûts car l’industrie pharmaceutique est coûteuse.

— Quelle est la marge de la hausse prévue ?

— En 2016, les prix des médicaments ont augmenté de 20 % et en 2017, environ 3 000 médicaments sur un total de 10 000 ont augmenté de 50 %. En 2023, 1 500 médicaments sur 17 000 ont connu une hausse moyenne de 24 %. Je pense que la hausse prévue par l’Organisme égyptien des médicaments va rester dans les mêmes limites, c’est-à-dire entre 20 et 30 % pas plus. Les citoyens qui ressentent le plus l’effet des hausses des prix des médicaments sont ceux qui ont des maladies chroniques et qui doivent acheter régulièrement certains médicaments. L’Organisme égyptien prend ce fait en considération en déterminant les hausses des prix. Il faut savoir que le médicament est un produit stratégique qui a une dimension sociale importante.

— Quels sont les médicaments auxquels la hausse sera appliquée ?

— En général, la hausse sera appliquée aux médicaments les plus vendus et dont les producteurs ont soumis une demande à l’organisme. On s’attend à ce que la hausse soit appliquée sur environ 1 000 médicaments sur un total d’environ 17 000 vendus sur le marché égyptien. Les gens peuvent donc recourir à des substituts moins chers auxquels la hausse n’est pas appliquée.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique