Lundi, 15 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Le judo égyptien attend de meilleurs jours

Marianne Youssef , Mercredi, 17 avril 2024

Avec une performance plutôt modeste (une seule médaille d’or) aux Jeux africains d’Accra, la jeune sélection de judo doit encore travailler pour atteindre son plein potentiel, à quelques semaines des JO de Paris.

Le judo égyptien attend de meilleurs jours
La jeune équipe de judo espère rééditer les exploits de la discipline.

Avec une performance relativement modeste aux Jeux Africains (JA) fin mars au Ghana (une seule médaille d’or contre 5 obtenues à l’édition précédente à Rabat), la jeune équipe de judo a encore besoin de temps et de préparation pour devenir une force sur la scène africaine et internationale. Les judokas égyptiens ont obtenu 9 médailles en tout au Ghana : une d’or, une d’argent et 7 de bronze. L’auteur de la seule médaille d’or est Abdel Rahman Mohamed (81 kg). Une seule dame a remporté une médaille de bronze : Aya Ihab (20 ans,78 kg).

Deux judokas ont déjà composté leur billet pour les Jeux Olympiques (JO) de Paris : Youssry Samy (20 ans, -60 kg), qualifié grâce à son classement de 29e mondial, et Omar El Ramly (19 ans, 90 kg), qualifié à travers les Championnats d’Afrique de Casablanca. Une autre phase de qualification est prévue fin avril au Caire à travers les Championnats d’Afrique qualificatifs pour les JO de Paris 2024.

A noter que les cinq judokas qui avaient participé aux JO de Rio en 2016 avaient tous été battus en 16es de finale, à part Ramadan Darwish qui a atteint les quarts de finale. A Tokyo 2021, les trois judokas égyptiens présents avaient été éliminés dès les tours préliminaires. Un système de qualification pour les JO a été mis en place, selon lequel les athlètes collectent des points à travers leur classement mondial. Cette collecte des points se fait à travers les championnats officiels organisés par la Fédération internationale de judo. La qualification est nominative : un athlète au maximum par catégorie de poids pour chaque pays.

L’Egypte a été pendant quelques années considérée comme l’une des grandes nations de la discipline après ses excellents résultats sur la scène internationale. Le vrai exploit du judo égyptien a été réalisé par Hisham Mesbah qui a décroché une médaille olympique aux JO de Pékin 2008. En 2009 et 2010, plusieurs médailles ont été remportées aux Mondiaux par Islam El-Shahabi et Ramadan Darwish. Toutefois, depuis 2011, la discipline connaît un vrai recul et elle a réalisé de mauvaises performances aux JO de Londres 2012, Rio 2016 et Tokyo 2021.

Selon Marzouk Aly, président de la Fédération égyptienne de judo, ce recul est dû au fait que les deux judokas les plus prometteurs de l’équipe nationale, Hisham Mesbah et Islam El-Shahabi, ont arrêté la compétition après les JO de Rio. Idem pour la star de la sélection Ramadan Darwish qui a arrêté la compétition après les JO de Tokyo. « Après ma nomination en 2021 à la tête de la fédération, j’ai continué le parcours de l’ancien président, Sameh Moubasher, qui avait commencé à former une base solide de judokas pour la sélection en 2013. Un intérêt particulier a donc été accordé à nos deux équipes juniors, -16 et -18 ans », assure Aly. Et d’ajouter : « Ma première décision en tant que président de la fédération a été de nommer un nouvel entraîneur japonais, Isumi Hiroshi, ancien vice-champion olympique à Athènes 2004, à la tête de la sélection ».

Ces efforts ont porté leurs fruits puisque certains judokas ont commencé à briller sur la scène africaine et internationale. Citons l’exemple de Youssry Samy (20 ans, -60 kg) qui a raflé une médaille de bronze aux Championnats du monde juniors. Il a atteint le stade des demi-finales au tournoi Grand Prix du Portugal en février dernier. Il a également raflé le titre africain aux Championnats d’Afrique juniors et seniors cette année. Même chose pour Omar El Ramly (20 ans, -90 kg) qui a décroché le titre africain en 2023. Il était 2e au classement mondial juniors en 2023 grâce à ses bonnes performances au niveau africain et international. Il est actuellement classé 29e au classement mondial seniors. Quant à la sélection féminine juniors, elle a commencé à faire des exploits pour la première fois de son histoire. Aya Ihab (20 ans, 78 kg) s’est classée 5e aux Championnats du monde juniors 2023 et a raflé une médaille de bronze aux derniers JA au Ghana. Grâce à ses résultats, elle occupe la 7e place au classement mondial juniors. Malgré ces bonnes performances, « on ne s’attend pas à de grands résultats aux prochains JO car l’équipe est encore jeune et manque d’expérience et de maturité. Notre objectif est à long terme car nous visons les JO de Los Angeles 2028 », conclut Aly.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique