Jeudi, 18 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Escales >

Le minimum comme source de joie et de sérénité

Samar Al-Gamal , Mercredi, 03 janvier 2024

Dans une ère où le consumérisme dicte souvent nos choix, le minimalisme émerge comme une option convaincante. C’est une rébellion, avant tout mentale, contre la cacophonie d’une culture dominante.

Le minimum comme source de joie et de sérénité

Imaginez-vous vous réveiller un matin avec une nouvelle passion pour désencombrer votre vie. Votre mission ? Enlever l’excès, déterrer l’essentiel et entreprendre un voyage trans­formateur vers une existence plus légère, plus libre et infiniment plus joyeuse.

Tout a commencé avec Hala, une femme de 48 ans, lors de ses cours de « prise de déci­sions ». Son professeur les a incités à désen­combrer simplement un tiroir, puis à éten­dre progressivement le désencombrement à leurs chambres. Cet exercice visait à libérer l’esprit et à faire de la place pour de nouvelles informations et idées. « C’était difficile », admet-elle. « A l’époque, cela semblait que j’abandonnais ma vie. Je désencombrerais un jour, puis j’oublierais et les choses recom­menceraient à s’accumuler. Mais j’ai finale­ment décidé de me débarrasser des papiers inutiles et d’arrêter d’acheter du maquillage et des crèmes à moins de me débarrasser des anciens ».

L’essence du minimalisme

Au fond, le minimalisme est une vie inten­tionnelle, une philosophie qui prône des choix conscients et la priorisation de la vraie essence de la vie par rapport aux biens matériels. Comme le dit judicieusement Joshua Becker, une voix influente dans le minimalisme : « Le minimalisme est la promotion intentionnelle des choses que nous apprécions le plus et la suppression de tout ce qui nous distrait ».

Commencez votre voyage de désencombre­ment de manière progressive. Commencez par vous confronter à un domaine spécifique, un placard débordant, un espace de travail en­combré ou le labyrinthe numérique de votre vie en ligne. Chaque objet que vous touchez est un chapitre de votre récit minimaliste. Posez-vous la question : est-ce que cela m’apporte de la joie ? Et laissez partir ce qui ne le fait pas.

Certains se débarrassent de livres, de pa­piers, de jouets inutilisés ou de téléviseurs. D’autres encore simplifient leur garde-robe en adoptant des garde-robes capsules avec seulement des vêtements essentiels. Wael, un jeune entrepreneur par exemple, a rationalisé ses vêtements pour y inclure 26 pièces polyva­lentes qui se combinent facilement, réduisant la fatigue de la décision et favorisant un senti­ment de style et de contentement. Alia Malek est une jeune égyptienne qui propose un ser­vice de désencombrement via Clutterfree.eg, qui inclut l’organisation de placards et l’achat de contenants de rangement.

D’autres vont plus loin en réduisant la taille de leurs maisons. Certains adoptent le mini­malisme numérique en désencombrant leur vie virtuelle, en supprimant les applications inutilisées et en se désabonnant des newslet­ters électroniques inutiles. Khaled, 52 ans, architecte et fan de philosophie, a ressenti un immense soulagement en limitant son temps d’écran quotidien et en se concentrant sur les tâches numériques essentielles, ce qui, dit-il, « a entraîné une plus grande productivité et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle ».

« La question n’est pas de savoir s’il y a quelque chose de bien à garder un objet par­ticulier, mais plutôt de savoir si les avantages l’emportent sur les coûts », dit Hala. « J’ai commencé à réduire d’autres choses, à ré­duire mes engagements, à conduire moins et à acheter des livres électroniques ».

Le « less is more » se réinvente sur impul­sion des tendances écologiques et sanitaires prônant un retour à l’essentiel et trouve sa sig­nature en haute couture, avec des créateurs de vêtements simples, élégants et faciles à porter qui partagent tous un point commun, celui de créer des vêtements à porter au fil des saisons, sans se fier aux tendances éphémères.

Le minimalisme est même une véritable tendance déco aujourd’hui avec un minimum de meubles qui durent. Une consommation ré­fléchie vous incite à investir dans des objets de valeur durable, diminuant l’attrait des achats impulsifs qui n’offrent qu’une satisfaction éphémère. Par exemple, au lieu d’acheter un nouveau gadget chaque année, vous pouvez choisir d’investir dans un appareil de haute qualité qui dure plus longtemps.

En plus, le minimalisme s’aligne sur la durabilité, car il encourage une consom­mation consciente et réduit l’impact sur l’environnement, un aspect essentiel dans le monde d’aujourd’hui.

Un état d’esprit

Le minimalisme ne se résume pas à pos­séder moins de biens matériels. C’est un hymne à vivre de manière plus délibérée et à découvrir une joie durable dans ce qui est essentiel dans la vie. C’est un choix con­scient de voir au-delà des pièges du con­sumérisme, de découvrir la beauté de la simplicité et de privilégier les expériences plutôt que les possessions tout en pratiquant la gratitude.

Une étude publiée dans le journal de la Psy­chologie Positive montre que les gens achètent des biens matériels en concluant à tort que cela les rendra plus heureux. Ryan Howell, chercheur dans le domaine des études sur le bonheur à l’Université de San Francisco, af­firme que « les expériences et non les posses­sions procurent une joie durable ».

Il s’agit ainsi de se lancer dans une quête pour découvrir ce qui compte vraiment dans la vie. S’agit-il de nourrir les liens familiaux, de cultiver la créativité ou d’embrasser la sim­plicité de l’exploration inexplorée ? Vos pri­orités seront les constellations dans l’immense univers du minimalisme.

Désencombrez votre intérieur en désencom­brant votre vie, c’est l’objectif ultime, car le minimalisme ne se limite pas à l’acte physique de désencombrer, mais c’est aussi un profond changement d’état d’esprit. Cela peut égale­ment faire référence à la libération d’espace mental. Ceci peut impliquer de laisser aller les soucis inutiles, les angoisses ou les pen­sées négatives qui encombrent l’esprit.

Dans la quête de la réduction du stress, l’espace de vie désencombré devient un sanc­tuaire de tranquillité, exempt du chaos des biens superflus. Une concentration accrue permet d’accomplir davantage en moins de temps, offrant le luxe de poursuivre les pas­sions et les intérêts. Des poursuites qui rem­plissent le coeur de joie.

L’objectif ultime, disent les experts, est de conduire les individus vers un bonheur accru et une plus grande satisfaction. Cela se fait en éliminant les distractions, en clarifiant les priorités et en favorisant un profond senti­ment de but.

 Techniques de désencombrement

La méthode KonMari : Développée par Marie Kondo, cette méthode encourage à évalu­er la signification émotionnelle de chaque objet. S’il ne procure pas de « joie », il est temps de le laisser partir.

Défi minimaliste de 30 jours : Lancez-vous le défi de retirer un objet de votre vie chaque jour pendant 30 jours. A la fin du mois, vous aurez désencombré 30 objets, créant ainsi des changements perceptibles dans votre espace de vie. Exemple : choisir un vêtement que vous ne portez pas et faites-en don à une association caritative.

Un entrant, un sortant : Pour chaque nouvel objet que vous apportez, retirez-en un ex­istant. Cela permet de maintenir le désordre sous contrôle et garantit que chaque ajout est intentionnel. Exemple : Si vous achetez un nouveau livre, choisissez-en un ancien à donner.

Désencombrement numérique : Organisez votre vie numérique en supprimant les anciens e-mails, en vous désabonnant des abonnements inutilisés et en nettoyant régulièrement vos fichiers et vos galeries de photos numériques : consacrer un moment précis chaque semaine pour parcourir votre boîte e-mail et organisez vos fichiers dans des dossiers avec des éti­quettes claires.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique