Samedi, 24 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Coopération égypto-saoudienne en progression

Marwa Hussein , Vendredi, 01 décembre 2023

Les relations économiques égypto-saoudiennes ont connu une progression notable en 2022-2023. De nouveaux investissements saoudiens sont attendus à court terme.

Coopération égypto-saoudienne en progression
L’Arabie saoudite se place à la 1re position des investisseurs étrangers en Egypte.

Les relations économiques entre l’Egypte et l’Arabie saoudite ont connu un élan en 2023 qui a commencé en 2022. Cela a été marqué par la hausse notable des investissements saoudiens en Egypte, ainsi que par la hausse des échanges commerciaux entre les deux pays. En effet, le Royaume est devenu le 1er investisseur étranger direct en Egypte avec des investissements cumulés qui s’élèvent à 6,4 milliards de dollars dans plus de 7 400 projets.

La semaine dernière, une délégation saoudienne de haut niveau, dirigée par le ministre du Commerce, accompagné de 90 hommes d’affaires, s’est rendue en Egypte pour participer au Forum d’affaires Golfe-Egypte. Plusieurs nouveaux investissements sont en vue alors que les deux parties mettent la dernière touche sur un accord de protection mutuelle des investissements.

Pendant la visite, trois investisseurs de premier plan ont annoncé leur intention d’injecter des investissements et de faire des acquisitions en Egypte qui pourraient atteindre les 2 milliards de dollars. Il s’agit d’abord d’Al-Lami Holding Group qui vise à investir quelque 500 millions de dollars au cours des deux prochaines années dans le tourisme et l’immobilier, selon des déclarations du président de l’entreprise, Muhammad Talaat Al-Lami. Celui-ci possède déjà des investissements en Egypte qui s’élèvent à 3 milliards de dollars, dont 3 hôtels à Charm Al-Cheikh d’une capacité de 2 000 chambres. D’autre part, Turki Alhokair, PDG de FAS Investment and Real Estate Development Company, affilié au groupe Fawaz Alhokair, a révélé l’injection de nouveaux investissements d’une valeur de 1,5 milliard de dollars en 2024, qui seront consacrés à l’énergie, à l’immobilier et aux infrastructures. Il a souligné que les investissements actuels du groupe en Egypte s’élèvent à 5 milliards de dollars. Enfin, Batterjee Holding Compagny envisage l’acquisition d’une société pharmaceutique cotée à la Bourse égyptienne, a déclaré le président de la société, Mazen Batterjee, sans préciser son nom. Le groupe compte également investir 50 millions de dollars dans les secteurs médical et pharmaceutique.

Selon les chiffres de l’Agence centrale pour la mobilisation publique et les statistiques (CAPMAS), l’Arabie saoudite vient en tête des investisseurs étrangers en Egypte au cours du 1er semestre de l’exercice 2022-2023, avec des investissements s’élevant à 2,1 milliards de dollars. Les investissements directs étrangers nets en Egypte au cours de la même période ont atteint 5,7 milliards de dollars. Le président du Conseil d’affaires égypto-saoudien, Bandar El-Ameri, a exprimé que les deux parties aspiraient à amener les investissements saoudiens en Egypte à 50 milliards de dollars pendant les 4 prochaines années, contre 35 milliards de dollars actuellement, surtout après la signature prévue de l’accord de protection des investissements bilatéraux. El-Ameri a souligné que les secteurs les plus importants à y investir en Egypte étaient l’immobilier, l’industrie, le tourisme et l’agriculture, en plus des secteurs de la santé et de l’énergie. « L’accord que l’Egypte a signé avec la Société financière internationale (IFC), la branche financière de la Banque mondiale, pour fournir des services de conseil dans le cadre du programme de privatisation, a mis fin à des différends dans l’évaluation des entreprises publiques offertes. On verra bientôt plus d’intérêt saoudien dans le programme d’offre publique du gouvernement », prévoit Mohamed Shadi, chercheur et économiste auprès du Centre égyptien des études stratégiques, qui estime que l’activité des capitaux saoudiens en Egypte connaîtra plus d’élan dans la période à venir. « Cela donnera un coup de pouce à l’accord de financement avec le Fonds monétaire international, qui réclame des investissements privés pour réussir », ajoute Shadi.

Au niveau des échanges commerciaux, le Royaume était le 4e partenaire commercial de l’Egypte en 2022-2023, avec des échanges commerciaux de 6,5 milliards de dollars, dont presque 5 milliards de dollars d’importations en provenance de l’Arabie saoudite et 1,6 milliard de dollars d’exportations égyptiennes, selon les données de la Banque Centrale d’Egypte (BCE).

L’intérêt croissant de l’Arabie saoudite à investir en Egypte s’est manifesté dès l’année passée. En août 2022, le Fonds souverain d’Arabie saoudite a créé une société pour gérer ses investissements en Egypte alors qu’il se préparait à injecter des milliards de dollars dans le pays. Vers la fin du mois même, la nouvelle société, Saudi Egyptian Investment Company (SEIC), a acquis des parts dans 4 entreprises égyptiennes cotées en Bourse pour l’équivalent de 1,3 milliard de dollars, à savoir 25 % de e-Finance for Digital and Financial Investments, 19,82 % d’Abu Qir Fertilizers and Chemical Industries, 25 % de Mopco Fertilizers et 20 % d’Alexandria Container and Cargo Handling. SEIC a également acquis en 2022 une participation minoritaire de 34 % dans la société égyptienne B.TECH, l’un des plus grands distributeurs d’électroménagers en Egypte, pour environ 150 millions de dollars. Il convient de noter que l’Arabie saoudite dispose également de dépôts à la BCE d’une valeur de 10,3 milliards de dollars, dont 5 milliards de dollars de dépôts à court terme, et d’autres d’une valeur de 5,3 milliards de dollars à moyen et long termes, selon la BCE.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique