Jeudi, 18 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Boom de l’immobilier

Gilane Magdi , Vendredi, 15 septembre 2023

Les grands promoteurs immobiliers ont connu une forte hausse de leurs profits nets pendant le premier semestre de l’année en raison de la hausse des ventes. Explications.

Boom de l’immobilier
Les prix de logement ont doublé au cours des deux dernières années.

A l’annonce de résultats des entreprises cotées en Bourse au premier semestre de cette année, le secteur immobilier a montré une belle performance. Les principales sociétés immobilières ont connu une croissance de leurs profits nets malgré les pressions économiques que le secteur avait connues depuis le milieu de l’année dernière, en raison de la baisse de la valeur de la livre égyptienne et du coût élevé de la construction. Les grands promoteurs immobiliers qui ont annoncé leurs résultats financiers sont Talaat Moustafa Group, Sodic, Orascom Development, Palm Hills et Nasr City for Housing and Development. « Les entreprises ont enregistré des taux de croissance élevés qui s’accordent avec nos prévisions, reflétant l’augmentation de la valeur des ventes et la hausse de la demande sur l’immobilier », explique à l’Hebdo Youssef El Banna, analyste du secteur immobilier auprès du groupe Naeem Holding.

Selon le site Mubasher, Nasr City for Housing and Development s’est classée première en termes de croissance des bénéfices nets, avec un taux de 151 % sur une base annuelle, enregistrant 580 millions de L.E. Talaat Moustafa vient à la deuxième place avec une hausse de 40 % pour atteindre 1,56 milliard de L.E. contre 1,1 milliard durant la même période de l’année dernière. Orascom Development occupe la troisième place avec une hausse de 17,2 %, suivie de Sodic (15 %) et Palm Hills (13,7 %). « La croissance des profits tient en premier lieu à l’augmentation des revenus résultant des livraisons d’unités sous contrats conclus en 2018-2019. Ces sociétés ont lancé de nouveaux projets au cours des dernières années, et ces unités réservées ont été délivrées pendant les six premiers mois de l’année, entraînant la hausse des revenus », explique Mahmoud Gad, analyste du secteur d’immobilier au sein de la société Arab African Securities.

La réalisation de ces grands profits intervient à un moment très difficile au niveau de l’économie égyptienne en raison de la hausse du taux d’inflation consécutive à la dévaluation de la monnaie nationale. Cette dernière a perdu plus de la moitié de sa valeur face au billet vert, ce qui a provoqué l’envolée des prix des matières de construction, et par conséquent, la hausse des prix de vente des logements. « Les prix des logements ont augmenté de 100 % au cours des deux dernières années. Toutefois, les craintes de récession et d’inflation accrue ont contribué à accroître l’appétit des Egyptiens pour les biens immobiliers, afin de contracter aux prix actuels avant que ceux-ci n’augmentent en raison de la hausse continue des prix des matières premières et des matériaux de construction », a noté Gad.

El Banna estime, de son côté, que les petites sociétés immobilières ciblant les classes moyennes restent incapables de réaliser des résultats similaires aux grandes entreprises en raison de la hausse des coûts de construction. « Mais les chiffres ne sont pas encore annoncés », renchéritil. Pour aider le secteur, le président de la Chambre de développement immobilier au sein de la Fédération égyptienne des industries, Tarek Shoukry, a annoncé la semaine dernière que le gouvernement avait fourni des facilités aux sociétés immobilières pour les rendre capables de surmonter les défis de la hausse du coût de construction. « Parmi les facilités les plus importantes figure la réduction du taux de mise en oeuvre des projets de 95 % à 80 %. Le promoteur immobilier a désormais le droit d’investir 20 % du terrain, où il peut transférer une partie du service à résidentiel pour compenser les pertes éventuelles », souligne-t-il, lors de la 7e édition de la table ronde « Think Commercial », tenue le 6 septembre. Shoukry a aussi salué la décision de l’Autorité des communautés urbaines visant à réduire, pour une période de deux ans, la valeur des charges facturées à un taux d’intérêt de 10 %, au lieu des intérêts annoncés par la Banque Centrale d’Egypte (BCE).

Augmentation des unités vendues

La hausse des prix des logements ne semble pas avoir eu d’impact sur le niveau de ventes des grands promoteurs, qui ciblent une clientèle de classe A capable d’absorber les effets de l’inflation. « Le total des ventes des promoteurs a atteint 77,4 milliards de L.E. durant les 6 premiers mois de cette année contre 44,3 milliards de L.E. durant la même période de l’année dernière », a noté Gad. Selon les rapports de Naeem Holding donnant des figures détaillées sur la valeur et le volume des ventes de chaque société, Talaat Moustafa a enregistré un nouveau record de ventes sur plan au deuxième trimestre de cette année avec un total de 20,7 milliards de L.E. (soit une hausse de 248,7 % en glissement annuel et 69,5 % en glissement trimestriel). « Ce chiffre dépasse celui que nous attendions de 18 milliards de L.E. Le nombre des unités vendues a augmenté de 253 % sur un an et de 29,3 % sur un trimestre pour atteindre 2 000 unités », selon le rapport.

Les ventes sous contrat de Palm Hills Development ont aussi augmenté de 84 % sur une base annuelle au cours du premier semestre de cette année, enregistrant environ 19,6 milliards de L.E., selon un communiqué récemment publié par la société. Les ventes immobilières d’Orascom Development au cours du premier semestre 2023 se sont élevées à environ 7,5 milliards de L.E., soit une augmentation de 59,9 % par rapport à la même période de l’année dernière.

Les deux analystes ont tracé un avenir ambigu pour le secteur, en soulignant que les grands développeurs immobiliers seront incapables dans l’avenir d’atteindre le même niveau de profits et de revenus réalisés actuellement. « Le secteur immobilier passe actuellement par une phase exceptionnelle au niveau des ventes, qui ne sera répétée qu’après 4 ans avec le lancement des nouveaux projets », prévoit Gad.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique