Vendredi, 12 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Coup de pouce à l’industrie

Gilane Magdi , Jeudi, 31 août 2023

Conformément aux directives du président, un ensemble d’incitations et d’exonérations fiscales seront accordées aux industries stratégiques. Une nouvelle bien accueillie par les milieux d’affaires. Focus.

Coup de pouce à l’industrie
Le gouvernement prévoit d’augmenter la part de l’industrie dans le PIB à 20 % en 2026-2027.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a ordonné, le 27 août, au gouvernement d›accorder aux industries stratégiques un ensemble d›incitations et d’exonérations fiscales. Les incitations comprennent premièrement une exonération de tous les types de taxes, à l›exception de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA), et cela pendant une période pouvant aller jusqu›à 5 ans pour les projets industriels stratégiques. L’objectif est de soutenir l›industrie nationale. Le Conseil des ministres a publié une décision détaillée définissant les industries qui vont bénéficier de ces exonérations, à condition que les projets soient mis en oeuvre dans un délai maximum de 3 ans. Deuxièmement, la possibilité de prolonger l›exonération de 5 ans supplémentaires pour un certain nombre d’industries, à condition qu›elles réalisent les objectifs requis par le Conseil des ministres. Les incitations comprennent également la possibilité de récupérer un pourcentage du prix du terrain allant jusqu›à 50 %, à condition que le projet soit mis en place dans la moitié du temps qui lui est imparti. De même, le gouvernement a décidé de généraliser l›octroi de la licence dorée à tous les projets visant à approfondir l’industrialisation locale.

La publication de ces incitations intervient après une réunion du président de la République, le 27 août, avec le premier ministre, Moustapha Madbouli, et le ministre du Commerce et de l’Industrie, Ahmad Samir. « La réunion visait à faire le suivi de la stratégie nationale de développement de l’industrie et de la vision adoptée par l’Etat pour augmenter les taux de croissance de ce secteur et sa part dans le Produit Intérieur Brut (PIB) », a déclaré le conseiller Ahmad Fahmy, porte-parole de la présidence de la République, dans un communiqué de presse publié lundi. Et d’ajouter que le président a également ordonné de poursuivre les efforts visant à autonomiser le secteur industriel privé et à surmonter tous les obstacles qui entravent ses activités.

La stratégie nationale de développement industriel au cours des trois prochaines années vise à réaliser 5 objectifs fondamentaux, dont le fait d’atteindre un taux de croissance industrielle de 8 % en 2026-2027, d’augmenter la part de l’industrie dans le PIB à 20 % en 2026-2027 et de réaliser un taux de croissance des exportations industrielles compris entre 18 et 25 % par an.

Les milieux d’affaires satisfaits

Les milieux d’affaires et les parlementaires ont salué les nouvelles décisions en insistant sur leur importance en ce moment. « Ces incitations étaient des demandes permanentes des milieux d’affaires au cours de la période écoulée pour encourager les investissements nationaux et étrangers », a déclaré l’ingénieur Ali Eissa, président de l’Association des hommes d’affaires égyptiens. Eissa a ajouté que l’ensemble du secteur industriel a besoin de ces incitations, en particulier les industries à forte intensité de main-d’oeuvre, les industries d’exportation et les industries intermédiaires et complémentaires, comme celles liées à l’industrie automobile.

Opinion partagée par Emad Kenawy, membre du conseil d’administration de l’Union générale des Chambres de commerce, qui note l’impact positif de ces décisions sur les investissements étrangers dans le pays. « Ces décisions permettront de réduire les charges financières des usines et de créer un environnement attrayant pour les investisseurs étrangers. Il est nécessaire vraiment de mettre en application ces décisions pour accroître les investissements étrangers directs », explique-t-il. Il ajoute que les incitations et les exonérations fiscales accordées au secteur industriel préparent le terrain à davantage d’investissements industriels et contribuent également à réduire les coûts de production. « Cela permettra de soutenir l’industrie locale et donc d’augmenter les exportations, le gouvernement pourra de cette manière sécuriser les réserves en devises étrangères utilisées pour importer les produits stratégiques dont le pays a besoin », renchérit-il.

La députée Rabab Moussa explique, dans des déclarations à la presse, que le secteur industriel est la locomotive du développement dans le pays. « Diverses industries ont besoin d’être localisées en Egypte. Le président Sissi pense à la production, et pas seulement à la consommation. En fournissant des incitations à l’industrie locale, on peut créer des emplois, se passer de certains produits importés de l’étranger, augmenter les exportations et économiser les devises », assure-t-elle, en appelant le gouvernement à appliquer rapidement les décisions du président Sissi.

 

 Les incitations accordées au secteur industriel

— Exonération de tous types d’impôts, à l’exception de la taxe sur la valeur ajoutée, pendant une période maximale de 5 ans, pour les industries considérées comme stratégiques.

— La possibilité de prolonger l’exonération de 5 ans supplémentaires pour un certain nombre d’industries, à condition qu’elles réalisent les objectifs définis par le Conseil des ministres.

— La possibilité de récupérer jusqu’à 50 % du prix du terrain, à condition que le projet soit établi dans la moitié du délai qui lui est imparti.

— Etendre la licence dorée à tous les projets, visant à soutenir l’industrialisation locale.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique