Mardi, 25 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Festival de Cannes 2023 : Du glamour et du prestige

Yasser Moheb , Mercredi, 17 mai 2023

21 films sont en compétition du 16 au 27 mai à la 76e édition du Festival de Cannes, marquée cette année par la présence de jeunes talents, du retour égyptien à la Croisette et d’un comeback historique du cinéma arabe et africain.

Festival de Cannes 2023 : Du glamour et du prestige
Killers of the Flower Moon.

Clap 76e fois ! Le coup d’envoi du Festival de Cannes a été donné mardi soir par la ravissante actrice française Chiara Mastroianni, qui jouait cette année le rôle de maîtresse de cérémonie. Une cuvée cannoise assez spéciale, accueillant une sélection variée de films qui reflètent la richesse et la diversité du cinéma international. Cette 76e édition du festival se tient du 16 au 27 mai et réunit les plus grands talents mondiaux du 7e art sur les rives de la côte d’Azur.

Ils sont 21 films sur la ligne de départ cette année pour la Palme d’or. Et la compétition a fière allure avec un « mix savant » entre anciens palmés, tels que l’Américain Wim Wenders, le Turc Nuri Bilge Ceylan, l’Italien Nanni Moretti, le Japonais Hirokazu Kore-Eda ou le Britannique Ken Loach, et jeunes cinéastes affamés de prestige. On y remarque 7 femmes figurant en compétition, alors que le documentaire refait son grand retour, avec la Tunisienne Kaouther Ben Hania et le Chinois Wang Bing.

« Back to the Future », c’est ainsi qu’a qualifié Iris Knobloch, la nouvelle présidente du Festival de Cannes, cette nouvelle cuvée 2023. Quant à Thierry Frémaux, le fameux délégué général du festival, il a déjà annoncé que « la compétition mêle cette année de jeunes cinéastes qui viennent rarement ou pour la première fois à Cannes avec des vétérans dont on connaît le nom, le travail et l’oeuvre ».


Jeanne Du Barry.​

En compétition, Black Flies, de Jean-Stéphane Sauvaire, avec Sean Penn, Tye Sheridan, Katherine Waterston et Michael Pitt, vient compléter la sélection. Adapté d’un roman de Shannon Burke, le film suit la descente aux enfers d’un ambulancier new-yorkais, qui va se faire dévorer par sa compassion. Autre film ajouté à la sélection, Le Retour de la Française Catherine Corsini, qui revient à Cannes 2 ans après sa dernière présence sur la Croisette avec La Fracture. La participation du film était encore incertaine jusqu’aux derniers jours avant l’ouverture, à la suite d’une polémique liée à des soupçons de harcèlement et à une irrégularité concernant l’une des scènes du film, impliquant une actrice mineure sur le plateau.

Si l’année dernière, la présentation hors-compétition du film Top Gun : Maverick avait créé l’événement, avec la présence exceptionnelle de l’acteur star Tom Cruise sur la Croisette, survolée par la patrouille de France, cette 76e édition cannoise promet déjà de grands moments. Le « matador » espagnol Pedro Almodovar présentera, lui, son prochain film intitulé Strange Way of Life (une vie étrange), joué par l’acteur Pedro Pascal.


Thierry Frémaux et Ruben Östlund.

Une cuvée au parfum hollywoodien

Un tapis de stars américaines est attendu sur la Croisette dès les premières heures de ce cru cannois, étant donné le show assuré par Johnny Depp avec le film Jeanne Du Barry de Maïwenn en film d’ouverture, qui marque son grand retour à l’écran après le feuilleton judiciaire qui l’a opposé à son ex-épouse Amber Heard. Sa fille, Lily-Rose Depp, devrait aussi monter les marches, aux côtés de la pop-star The Weeknd pour la projection de leur oeuvre The Idol (l’idole), un projet entre film et série. A attendre également l’arrivée de Harrison Ford sur le tapis rouge pour Indiana Jones, le cadran de la destinée de James Mangold, ou celle de Martin Scorsese avec le tandem d’enfer, Robert de Niro et Leonardo DiCaprio, pour Killers of the Flower Moon (tueurs de la lune de rose).

Cannes sera cette année de plus en plus Hollywood, notamment avec le film événement en compétition Asteroid City de Wes Anderson, un conte pop de science-fiction, au casting le plus éclatant de l’année. Tom Hanks, Matt Dillon, Scarlett Johansson, Margot Robbie, Steve Carell, Sophia Lillis, Ethan Lee, Ed Norton y brillent, parmi plein d’autres, pour promettre un tapis rouge tel un Walk of fame ! Ces plus grands noms de l’industrie sont réunis en 1955, dans une ville américaine fictive située dans le désert, où se déroule une convention qui unit étudiants et parents de tout le pays pour des compétitions assez ardues.

Natalie Portman et Julianne Moore, elles, complètent cette affiche américaine de la compétition cannoise avec May December (mai décembre), le 10e long métrage de Todd Haynes, centré sur un couple marié dont la vie est bousculée par l’arrivée d’une actrice hollywoodienne qui fait des recherches sur eux pour l’adaptation de leur histoire sur grand écran. D’ailleurs, le réalisateur brésilien Karim Aïnouz montera les marches tout aux côtés de Jude Law et Alicia Vikander pour son film Firebrand, un thriller psychologique autour de Catherine Parr, la dernière épouse d’Henri VIII. Tant de films américains donc, qui viennent de s’ajouter à la Palme d’honneur attribuée cette année au « Tycoon hollywoodien », maintes fois oscarisé, Michael Douglas.


Strange Way of Life.

Sept réalisatrices en compétition

Souvent critiqué pour la faible présence des femmes en compétition, le Festival de Cannes avance cette année vers davantage de parité et présente une sélection de 6 réalisatrices : l’Italienne Alice Rohrwacher pour La Chimère, l’Autrichienne Jessica Hausner pour Club Zero, la jeune cinéaste sénégalaise Ramata-Toulaye Sy pour Banel et Adama, la Tunisienne Kaouther Ben Hania pour le documentaire Olfa’s Daughters (les filles d’Olfa), en plus des trois Françaises Catherine Corsini avec Le Retour, Catherine Breillat pour L’Eté dernier et Justine Triet pour Anatomie d’une chute.

Pour succéder au brillant Français Vincent Lindon, il fallait bien trouver une personnalité marquante du monde du cinéma pour la tâche du président du jury de cette 76e édition du festival. Ce n’est que le réalisateur suédois Ruben Östlund, double fois palmé : en 2017 pour sa comédie dramatique The Square et l’année dernière 2022 pour son film Sans filtre, qui a été choisi par le festival. Pour choisir les prochains films lauréats, il est accompagné dans ses réflexions par la réalisatrice marocaine Maryam Touzani, l’acteur français Denis Ménochet, la scénariste et réalisatrice britanico-zambienne Rungano Nyoni, l’actrice et réalisatrice américaine Brie Larson, l’acteur américain Paul Dano, l’écrivain afghan Atiq Rahimi, le réalisateur argentin Damian Szifron, ainsi que la réalisatrice française Julia Ducournau.

Bref, durant une dizaine de jours, cinéastes et cinéphiles invités de la Croisette auront la chance d’assister à une édition prodigieuse, dont la sélection officielle se veut des plus hétéroclites sur le cinéma de genre.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique