Mardi, 23 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Samar Hamza, l’étoile montante de la lutte égyptienne

Marianne Youssef , Dimanche, 30 avril 2023

La lutteuse Samar Hamza, 28 ans, 76 kg, maintient sa place au sommet du classement mondial pour le deuxième mois consécutif dans sa catégorie de poids. Focus sur cette star qui réécrit l’histoire de la lutte féminine.

Samar Hamza,
Samar Hamza est devenue une icône de la lutte égyptienne.

La lutteuse Samar Hamza a commencé la saison en pointant au sommet du classement mondial de sa catégorie (76 kg) pour le deuxième mois consécutif. Elle a engrangé 50 280 points dans les deux dernières compétitions auxquelles elle avait participé. « C’est un honneur pour moi d’être la première lutteuse égyptienne à réaliser un tel exploit. J’ai devancé la lutteuse turque Yasemin Adar Yigit qui a réalisé 45 000 points », explique Samar avec fierté. Elle a collecté ces points en participant à l’Open de Zagreb, où elle s’est hissée à la 10e place, et au tournoi international Ranking Series organisé en Egypte en février dernier, où elle a terminé à la 9e place. Sa première place mondiale est le résultat de toutes les compétitions qu’elle a disputées durant la saison 2022-2023. « L’année 2022 a été pour moi une année de gloire puisque j’ai réalisé des exploits lors de grandes compétitions. Par exemple, j’ai gagné une médaille d’argent aux Championnats du monde en Serbie et une autre médaille d’argent au tournoi international (Ranking Series), compétition organisée par la Fédération internationale de lutte qui regroupe les meilleures lutteuses du monde. J’ai collecté de nombreux points, ce qui m’a permis d’atteindre le top du classement mondial », assure Samar.

Originaire de la ville d’Alexandrie, Samar n’a pas pratiqué la lutte à son enfance. Ce n’est qu’à l’âge de 16 ans qu’elle décide de quitter le karaté et d’opter pour la lutte. Elle a découvert que ce sport lui convenait plus que le karaté. « J’ai pu assimiler rapidement la technique de jeu. J’ai intégré la sélection dames en 2013 grâce à de bonnes performances au niveau national. A mon arrivée dans l’arène internationale, j’ai surpris l’encadrement technique en décrochant une médaille d’or aux Jeux méditerranéens d’Italie en 2015 et en remportant aussi le titre africain la même année », raconte-t-elle. Samar a commencé à se confirmer à partir de 2016. Elle enchaîne alors les succès. En 2016, elle glane une médaille d’or aux Championnats d’Afrique. Aux Jeux Olympiques (JO) de Rio en 2016, elle crée la surprise en se classant 12e. « J’étais la première lutteuse égyptienne à attirer l’attention sur la lutte féminine, peu connue et peu médiatisée en Egypte, voire négligée par les responsables. Depuis ma performance à Rio, les responsables de la Fédération égyptienne de lutte accordent plus d’attention à la lutte », ajoute-telle.

L’année 2018 était une année faste pour Samar. Elle s’est classée 5e aux Championnats du monde et a raflé une troisième médaille d’or aux Championnats d’Afrique. En 2019, elle décroche une médaille de bronze aux Jeux africains et une d’argent aux Championnats d’Afrique. En 2020, elle remporte le titre de championne d’Afrique et aux JO de Tokyo, elle remporte la 10e place. « A Tokyo, j’avais la certitude de remporter une médaille olympique. La déception était si forte que j’ai décidé de mettre fin à ma carrière. J’ai même posté sur les réseaux sociaux ma décision qui a été mal accueillie par tout le monde. Mais l’encouragement et le soutien que j’ai reçus de la part de mon entraîneur, de mes amis et de mes fans m’ont incitée à revenir sur cette décision et à poursuivre ma carrière », assure Samar. Les ambitions de Samar n’ont pas de limite. Son objectif reste toujours une médaille olympique à Paris 2024.

« Je rêve d’une médaille olympique. Je veux être la première lutteuse égyptienne à réaliser cet exploit. J’ai déjà validé ma qualification pour les JO de Paris puisque je suis à la tête du classement mondial. La prochaine période sera une période de préparation, je vais travailler avec mon entraîneur pour perfectionner ma technique de jeu. Je pense que je suis sur le point de parvenir à mon rêve », conclut Samar.

Les plus importantes médailles de Samar Hamza

2016 à 2018 : Médaille d’or aux Championnats d’Afrique

2016 : 12e place aux JO de Rio

2018 : 5e place aux Championnats du monde

2019 : Médaille de bronze aux Jeux africains

2020 : Médaille d’or aux Championnats d’Afrique

2021 : Médaille d’argent aux Championnats du monde en Norvège

2022 : 10e place aux JO de Tokyo et médaille d’argent au tournoi

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique