Dimanche, 21 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Besoins spéciaux : Pour une meilleure intégration

Malak Mostafa , Jeudi, 09 février 2023

Un nouveau plan de réaménagement a été lancé pour équiper les quartiers du Caire de manière à faciliter le quotidien des personnes souffrant d’un handicap.

Besoins spéciaux : Pour une meilleure intégration
L’Egypte compte 11 millions de personnes souffrant d’un handicap.

LEgypte connaît depuis des années un essor important en termes de réaménagement des routes et des infrastructures. Un processus de développement qui n’a pas négligé les droits des personnes à besoins spéciaux. C’est dans ce cadre que le ministre du Développement local, Hicham Amna, a annoncé l’inauguration de 65 rampes destinées aux personnes souffrant d’un handicap dans les quartiers de Maadi et de Zamalek au gouvernorat du Caire, et ce, dans le cadre des directives du président Abdel-Fattah Al-Sissi de répondre à leurs besoins. Cette initiative de réaménagement « vise à faciliter l’intégration et le déplacement des personnes souffrant d’un handicap et sans assistance », a déclaré Hicham Amna. Il ne s’agit que de la première phase d’un large projet de réhabilitation des quartiers du Caire. Cette phase renferme également les lieux touristiques dans les gouvernorats de Louqsor et d’Assouan qui, en coordination avec la fondation caritative Misr Al-Kheir, sont équipés de rampes pour faciliter les déplacements de ces personnes, ce qui contribuera à soutenir l’économie du pays en augmentant le rendement du secteur touristique.

Un intérêt croissant

Saluant ce dynamisme, Dr Iman Korayem, superviseure générale du Conseil national pour les personnes souffrant d’un handicap, explique : « Le Caire a été la première cible de cette initiative, car il y a un besoin intense de ces services pour les handicapés, puisque cette capitale renferme, à elle seule, un nombre d’habitants dépassant les 21 millions de personnes, ce qui complique aux handicapés la tâche de déplacement ». Et d’ajouter : « Ceci est tout autant important dans les gouvernorats touristiques comme Louqsor et Assouan, ou même devant les lieux touristiques comme les grands musées pour la facilitation du déplacement des touristes en besoin », explique Korayem, qui poursuit que les services ne concernent pas seulement les handicaps de mobilité, mais aussi visuel, auditif et mental. « Un système audio est placé dans la majorité des nouveaux moyens de transport, notamment le métro, les trains et certains bus. De même, des panneaux instructifs avec l’écriture de braille sont placés devant la majorité des musées et des lieux touristiques. Tous sont des moyens devenus indispensables pour faciliter la communication des handicapés dans les lieux publics », ajoute-t-elle.

Sur la même voie, la députée Heba Hagras, membre de la commission de la solidarité sociale, de la famille et des personnes handicapées au Conseil des députés, a affirmé que la réhabilitation des routes pour les personnes handicapées est un bon départ pour un vrai développement des conditions de vie de cette catégorie dans la société. « Plus les personnes à besoins spéciaux auront l’opportunité de se déplacer avec fluidité dans les rues, plus elles se sentiront concrètement intégrées dans la société », affirme la députée qui tient à rappeler qu’une loi renfermant des codes de la construction et de l’habitation, prenant en considération l’équipement des routes et des bâtiments pour les handicapés, est en vigueur depuis 2000, mais n’a pas été mise en application. C’est seulement en 2018, avec la modification de la loi, que ces conditions ont commencé à être appliquées sur les nouvelles constructions. Des conditions devenues indispensables, sachant que l’Egypte compte 11 millions de personnes vivant avec un handicap, soit 15 % de la population égyptienne.

Toujours sous la supervision du ministère de la Solidarité sociale, les efforts déployés se poursuivent via certaines entités privées, notamment la fondation Helm (rêve), qui s’est donné pour principale mission en 2017 de réhabiliter la station du métro proche de l’Université du Caire pour être accessible aux personnes ayant des besoins spéciaux. Un an après, ils ont créé la première route équipée de rampes accessibles aux personnes handicapées et menant à l’Université du Caire. Des services qui ont facilité le déplacement de plus de 1 000 personnes ayant des besoins spéciaux parmi les étudiants et les employés sur le campus universitaire. « Nous avons réussi à faire de l’Université du Caire un modèle réussi applicable dans toutes les universités égyptiennes », a déclaré Amena El-Saie, PDG de la fondation Helm, qui ajoute que cette dernière a également créé des centres de service dans 5 universités publiques comme première phase. Ces centres se chargent de définir les besoins des handicapés et de les familiariser avec les services fournis au sein de leurs campus. Des travaux sont en cours pour créer d’autres centres dans 15 universités supplémentaires. Des efforts à suivre.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique