Lundi, 17 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Roberto Garcia Parrondo : Notre premier match contre la Croatie est de la plus haute importance

Doaa Badr , Shady Nabil , Jeudi, 12 janvier 2023

L’Espagnol Roberto Garcia Parrondo, directeur technique de la sélection nationale de handball, revient sur les chances de victoire de l’Egypte au Championnat du monde masculin qui aura lieu du 11 au 29 janvier en Pologne et en Suède. Entretien.

Roberto Garcia Parrondo
(Photo : Mohamad Moustapha)

Al-Ahram Hebdo : Comment était la préparation de l’Egypte pour le Championnat du monde ?

Roberto Garcia Parrondo : Nous avons organisé plusieurs camps de préparation et disputé un bon nombre de matchs amicaux. La dernière étape de préparation se déroulait dans un camp de préparation en France, durant lequel nous avons disputé 2 matchs très importants contre la République tchèque et la France avant le Mondial. Avant ce stage de préparation, nous avions effectué un autre séjour en Roumanie où nous avons participé à des matchs amicaux contre l’Algérie et la Roumanie.

— Comment jugez-vous le niveau de l’équipe égyptienne aujourd’hui ?

— L’Egypte est une équipe qui monte avec un gros potentiel athlétique. Elle réalise de très belles rencontres. Lors du dernier Mondial, à domicile, elle n’avait cédé qu’au bout des penalties en quarts de finale face aux Danois (39-38), alors futurs vainqueurs. Mais l’équipe égyptienne est encore jeune, elle a encore besoin de 2 ou 3 ans pour devenir beaucoup plus forte.

— La retraite d’Ahmad Al- Ahmar et la blessure de Yehya Khaled affecteront-elles le niveau de l’équipe égyptienne ?

— Bien sûr, nous sommes plus faibles sans Al-Ahmar et Khaled. Nous disputons le Mondial avec des absences très importantes. Il serait stupide de dire le contraire. Mais ce sont des choses qui arrivent dans le sport, et nous devons nous adapter. L’Egypte possède un effectif qui comprend des handballeurs d’un très haut niveau qui sont capables de compenser l’absence de ces deux vedettes.

— L’Egypte fait partie du groupe G. Comment voyez-vous ce groupe ?

— Nous nous trouvons dans le groupe G avec la Croatie, le Maroc et les Etats-Unis. Excepté la Croatie qui est une grande nation dans la discipline, c’est un groupe moyen. Nous comptons bien remporter tous nos matchs au premier tour afin d’aller plus loin dans la compétition. Notre premier match est contre la Croatie le 13 janvier, puis nous allons rencontrer le Maroc le 15 janvier. Enfin, notre dernier match sera contre les Etats-Unis le 17 janvier.

— Auriez-vous préféré rencontrer un autre pays que la Croatie pour le premier match de cette compétition ?

— La Croatie est l’une des grandes nations de la discipline. Elle possède un palmarès très prestigieux : double championne olympique (1996, 2004), médaillée de bronze aux JO de Rio en 2012, championne du monde en 2003, triple vicechampionne du monde (1995, 2005, 2009), médaillée de bronze au Mondial de 2013, médaillée d’argent aux Championnats d’Europe (2008, 2010, 2020) et médaillée de bronze aux Championnats d’Europe (1994, 2012, 2016). Mais il ne faut pas perdre de temps en pensant quel est le meilleur scénario. C’est sûr que nous avons en face de nous une équipe très forte, qui réalise d’excellents résultats en compétitions internationales. Après le premier tour, nous pourrions aussi affronter le Danemark, champion du monde en titre, autre équipe très forte avec un palmarès exceptionnel : champion olympique en 2016, double champion du monde (2019, 2021), vice-champion du monde (1967, 2011, 2013), médaillé de bronze au Mondial 2007, champion d’Europe (2008, 2012), vice-champion d’Europe en 2014, médaillé de bronze aux Championnats d’Europe (2002, 2004, 2006). Si nous voulons nous qualifier pour les quarts de finale, il faut battre ces grandes équipes. Donc la compétition sera très dure durant cette édition du Mondial.

— Après les excellents résultats de la sélection, le public égyptien espère une médaille au Mondial. Pensez-vous que cela soit possible ?

— J’entends bien que les fans égyptiens s’attendent à une médaille au Mondial et je suis très heureux car cela signifie qu’ils aiment l’équipe et qu’ils ont confiance en leur équipe nationale. Mais il faut être réaliste et prendre les choses avec précaution. Toutes les équipes qui participent à ce Mondial sont d’un très haut niveau et possèdent des handballeurs talentueux. Nous devons rester réalistes. L’Egypte n’est pas un pays candidat pour une médaille. Mais nous ferons le maximum afin de nous qualifier pour les demi-finales. C’est notre rêve et notre but. Mais je ne veux pas mettre trop de pression sur les épaules de mes joueurs, car en face d’eux il y a de grandes nations comme la France, l’Espagne, la Suède et le Danemark. Ces équipes possèdent plus d’expérience et de bonnes performances durant les 10 dernières années. Mais nous ferons notre maximum afin de réaliser notre rêve et rendre les Egyptiens fiers de leur équipe.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique