Mardi, 23 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Neama Saïd : J’ai encore beaucoup d’ambition

Marianne Youssef , Mercredi, 04 janvier 2023

L’haltérophile Neama Saïd, 20 ans, revient sur son dernier exploit aux Championnats d’Afrique qui ont eu lieu au Caire le mois dernier et explique les raisons de son absence aux Championnats du monde de Colombie. Entretien.

Neama Saïd

Al-Ahram Hebdo :  Vous  avez  raflé  trois médailles d’or aux Championnats d’Afrique. Un vrai exploit …

Neama Saïd: Je voudrais d’abord mentionner que je suis ravie que l’haltérophilie égyptienne ait commencé à retrouver ses années de gloire après un passage à vide ces deux dernières années, en raison de la suspension de la sélection égyptienne d’haltérophilie pour dopage. Aux Championnats d’Afrique, toute la sélection égyptienne a brillé. Pour ma part, j’ai raflé trois médailles d’or en soulevant une barre de 104 kg à l’arraché, et à l’épaulé-jeté une barre de 123 kg avec un total de 227 kg. Ces Championnats étaient un test avant les Mondiaux de Colombie qui ont eu lieu en décembre dernier qui sont d’une importance particulière car il s’agit de la première phase de la qualification aux JO de Paris 2024. Mais malheureusement, je n’ai pas pu y participer.

— Pourquoi ?

— J’ai effectué deux stages de préparation pour ces Championnats avec la sélection égyptienne. Durant le deuxième stage, j’ai éprouvé une fatigue et des maux de tête. J’ai été testée positive au Covid. C’était deux semaines avant les Championnats du monde. Malheureusement, je n’ai pas eu le temps de récupérer ma santé et d’être en bonne forme. J’étais un peu déçue car ces Championnats sont une première étape pour la qualification olympique de Paris 2024. J’étais sûre que je pourrais remporter trois médailles d’or car j’ai déjà décroché trois médailles (deux d’or et une d’argent) aux Championnats du monde d’Ouzbékistan en 2021. J’étais la seule à faire cet exploit aux Mondiaux parmi les 7 haltérophiles (5 hommes et 2 dames) qui y ont pris part. J’ai soulevé à l’arraché une barre de 106 kg et à l’épaulé-jeté une barre de 127 kg, réalisant un total de 233 kg. Ces 3 médailles sont très précieuses du fait qu’elles sont les premières médailles raflées à la suite de deux années tristes pendant lesquelles la sélection d’haltérophilie a été écartée de toutes les compétitions.

— Comment étaient vos débuts en haltérophilie ?

— Je suis originaire du village d’Al-Mahssama à Ismaïliya où j’ai commencé mes débuts en haltérophilie à l’âge de 11 ans avec des moyens d’entraînement très modestes. J’ai découvert tôt être douée pour ce sport. Mon entraîneur a remarqué mon talent et m’a conseillée de poursuivre mes entraînements au Club de l’Institution militaire à Ismaïliya. Quelques mois plus tard, j’ai remporté une médaille d’or au championnat national égyptien dans la catégorie des moins de 14 ans, avant de rejoindre l’équipe nationale à l’âge de seulement 13 ans. En 2018, j’ai commencé à attirer les regards par mes résultats au niveau international. J’ai remporté la médaille d’argent dans la catégorie des moins de 58 kg aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) à Buenos Aires, ainsi que la médaille d’or dans la catégorie des moins de 63 kg aux Jeux africains de la jeunesse.

— Quelles sont les plus importantes médailles ?

— Dans la catégorie juniors, la plus importante est la médaille d’argent (-58 kg) aux JOJ à Buenos Aires, ainsi que mes trois médailles d’or (-64 kg) aux Jeux africains juniors en Algérie. En 2019, j’ai décroché une médaille d’or (-59 kg) aux Championnats du monde juniors aux Etats-Unis, une médaille d’argent (-64 kg) aux Championnats d’Afrique au Caire, et une médaille d’argent à l’épaulé-jeté et de bronze à l’arraché et au total (-64 kg) aux Jeux africains de Rabat. En 2021, j’ai raflé deux médailles d’or à l’arraché et au total (-64 kg). Et une médaille d’argent à l’épaulé-jeté aux Championnats du monde à Ouzbékistan. Je suis médaillée d’or à l’épaulé-jeté et à l’arraché en moins de 71 kg aux Jeux méditerranéens de 2022 en Algérie.

— Quelles sont vos ambitions pour la prochaine période à venir ?

— Malgré toutes mes médailles, je ne suis pas encore accomplie. J’ai beaucoup d’ambitions et mes prochaines étapes seront décisives. D’abord, je dois valider mon ticket olympique pour Paris 2024. Ensuite, je commencerai une préparation intensive pour ces JO de Paris 2024. Je ferai de mon mieux et je me consacrerai corps et âme pour devenir une championne olympique.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique