Dimanche, 14 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

PERSPECTIVES 2023 : La planète Wegz

Mercredi, 21 décembre 2022

Pour le rappeur égyptien Wegz, les festivités de clôture de la Coupe du monde ouvrent de nouvelles perspectives.

 La planète Wegz

 L’année 2022 se termine en lui offrant une image durable, ce qui lui permet de confirmer sa place de mastodonte de la musique trap dans le monde arabe. Deux jours avant la cérémonie finale de la Coupe du monde, la FIFA a dévoilé, à travers son site, le clip Ezz Al-Arab (la gloire des Arabes), annonçant qu’il s’agit du soundtrack officiel de la compétition au Qatar. Ecrit et composé par Wegz spécialement pour l’événement et réalisé par Ali Al-Arabi, celui-ci a cumulé 250 000 vues en très peu d’heures, à sa sortie, et a été repris plus tard dans un stade accueillant 80 000 personnes.

Né à Alexandrie en 1998, Wegz (de son vrai nom Ahmad Ali) ne cesse d’élargir sa palette musicale, en mélangeant notamment hip-hop égyptien et musique électropopulaire (mahraganate).

Ses réussites successives, à partir de 2017, ne l’ont pas mis à l’écart d’une bataille avec le syndicat égyptien des Musiciens, qui s’est montré assez réticent quant au genre qu’il présente avec ses copains rappeurs. Les permis de chanter leur sont octroyés au comptegoutte et les paroles qu’ils interprètent sont souvent mises à l’index. Ces stars influentes de la toile, issues pour la plupart de quartiers modestes, semblent vivre dans une autre planète que leurs censeurs. Wegz, à titre d’exemple, est l’interprète le plus écouté sur Spotify en 2020 et 2021. Cette année, il a lancé le tube El-Bakht (le sort) qui a dépassé les 100 millions de vues sur YouTube en trois mois. La chanson du Mondial sera peut-être de bon augure. « Vie à tout ce qui nous réunit, à bas tout ce qui nous sépare », y dit-il.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique