Jeudi, 23 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Au quotidien >

Agriculture et changement climatique : Pensez aux femmes !

Manar Attiya , Mercredi, 05 octobre 2022

Malgré leur participation dans toutes les étapes de la production alimentaire, les femmes rurales sont les plus touchées par les impacts du changement climatique. Un projet lancé par la FAO vise à les autonomiser et à réaliser l’égalité entre les sexes dans le secteur agricole. Enquête à l’occasion de la COP27.

Agriculture et changement climatique : Pensez aux femmes !

«  Le climat change. J’ai donc commencé à introduire des variétés de mangues qui pourraient supporter la chaleur estivale horrible et le froid hivernal excessif. J’ai développé une culture de mangue en greffant différentes variétés étrangères, à savoir Keitt, Kent, Naomi et Tommy, qui peuvent résister aux changements climatiques. J’ai eu recours, en outre, aux techniques de ventilation, aux serres, aux tailles et aux engrais biologiques qui vont de pair avec le climat égyptien »,  confie  Mahassen.  Originaire  d’Ismaïliya,  surnommé  le  gouvernorat  de  la  mangue,  cette  femme  quadragénaire  a  dû  s’adapter,  cette  saison  2022,  au  changement  climatique  pour  éviter  les  fluctuations  qui  ont  endommagé  sa  production  de  mangues  au  cours  des  années  2018,  2019,  2020  et  2021.  « Nous avons souffert de la moisissure en raison des vagues de chaleur qui ont causé des pertes importantes estimées à 80% du volume habituel »,  note  Mahassen  qui  est  devenue  un  membre  productif  dans  son  village  natal,  tout  en  réussissant  à  créer  des  moyens  de  subsistance  pour  sa  famille.  Tout  cela  grâce  au  programme  élaboré  par  l’Organisation  des  Nations-Unies  pour  l’alimentation  et  l’agriculture  (FAO)  en  2021.

Ce  programme  commun,  mis  en  place  depuis  2003,  est  un  projet  relatif  aux  Objectifs  du  Millénaire  pour  le  Développement  (OMD),  appuyé  par  l’Organisation  Mondiale  du  Travail  (OIT),  le  Programme  des  Nations-Unies  pour  le  Développement  (PNUD),  l’Organisation  des  Nations-Unies  pour  le  Développement  Industriel  (ONUDI),  la  FAO  et  Onu  Femmes.  Il  a  pour  objectif  d’aider  les  petites  agricultrices  dans  les  différents  gouvernorats  de  l’Egypte  à  réaliser  des  profits  et  à  mieux  s’intégrer  dans  les  chaînes  de  valorisation  afin  de  renforcer  la  sécurité  alimentaire.  C’est  la  première  fois  que  la  mise  en  place  d’un  projet  permet  de  gérer  toute  la  chaîne :  culture,  récolte,  nettoyage,  emballage  et  vente  de  produits  agricoles  allant  de  pair  avec  les  changements  climatiques.  

A chaque coin son produit

Dans  le  bureau  des  organisations  travaillant  auprès  des  Nations-Unies,  les  chercheurs  agricoles  qui  étudient  l’impact  de  l’évolution  climatique  ont  rencontré  les  femmes  qui  cultivent  la  terre  en  vue  de  leur  fournir  l’appui  nécessaire.  

Pour  appliquer  ce  programme,  les  experts  biologiques  choisissent  les  produits  agricoles  les  plus  répandus  dans  les  différents  gouvernorats.  L’idée  consiste  à  identifier,  pour  chaque  village  ou  municipalité,  au  moins  un  produit  commercialement  viable  à  présenter  sur  le  marché.  Ce  programme  est  destiné  à  toutes  les  femmes  ayant  une  expérience  dans  la  culture  et  la  production  agricole.  « Les dernières statistiques rapportent que 10 millions de femmes labourent la terre et fournissent des produits agricoles dans les différents gouvernorats de l’Egypte », précise  Fatma  Al-Zahraa,  directrice  du  projet  Agriculture  et  changement  climatique  auprès  de  la  FAO.  

Conditions  de  recrutement :  les  femmes  doivent  être  issues  d’un  milieu  rural  et  n’exerçant  aucune  autre  activité.  Qu’elles  soient  jeunes  filles,  épouses  ou  mères  de  famille,  elles  ne  doivent  pas  être  âgées  de  moins  de  18  ans,  et  ce,  pour  ne  pas  encourager  le  travail  des  enfants.

Habitant  le  village  Nagada,  situé  sur  la  rive  gauche  du  Nil,  à  une  trentaine  de  kilomètres  au  nord  de  Louqsor,  Afaf  a  loué  2  feddans. Elle y  cultive  du  blé,  car  sa  famille  cultivait  cette  céréale  depuis  fort  longtemps.  « A présent, le revenu de ma famille a augmenté. Autrefois, nous étions dans le besoin. Mon mari, qui était menuisier, est devenu agriculteur »,  confie  cette  femme  persévérante  qui  vivait  dans  une  seule  pièce  avec  son  époux  et  ses  six  enfants.  Par  le  biais  de  ce  projet,  Afaf  a  appris  à  son  conjoint  comment  devenir  un  producteur  agricole.  

Cette  femme  courageuse  a  réussi  à  obtenir  un  logement  plus  grand,  comme  elle  espérait.  Aujourd’hui,  tous  ses  enfants  sont  inscrits  à  l’école.  « Avant, j’étais malheureuse, car trois d’entre eux avaient quitté l’école en 2014 et les trois autres n’ont jamais été inscrits, faute de

moyens »,  précise-t-elle.  Vu  la  superficie  cultivée  en  blé  qui  a  augmenté,  Afaf  peut  produire  30  acres  en  l’hiver  2022,  au  lieu  de  24  acres  auparavant.  « Autrefois, je travaillais en tant qu’ouvrière agricole et je ne touchais que 100 L.E. maximum par jour. Aujourd’hui, mon revenu dépasse parfois les 40000 L.E. par feddan, soit un total de 80000 L.E. par saison pour mes deux propriétés »,  poursuit  Afaf  avec  fierté.  

En  fait,  les  experts  en  blé  ont  appris  aux  agricultrices  les  meilleurs  moyens  en  vue  de  produire  une  nouvelle  souche  génétiquement  modifiée  qui  va  de  pair  avec  le  climat.  Sans  doute  une  plus  grande  productivité,  avec  des  caractéristiques  distinctes  telles  que  la  résistance  à  la  salinité  et  la  pénurie  d’eau.  « Cette nouvelle souche de blé pourrait contribuer à augmenter la production locale de blé en Egypte de 33% avec un taux de production qui dépasse les 4 tonnes par acre, une augmentation de près d’une tonne par rapport aux variétés égyptiennes cultivées auparavant »,  explique  Fatma  Al-Zahraa,  directrice  du  projet,  travaillant  auprès  de  la  FAO.  

Agricultrices et agriculteurs sur un pied d’égalité

Ce  label,  qui  s’engage  à  autonomiser  les  femmes  afin  de  se  forger  un  avenir  meilleur,  insiste  sur  le  fait  que  ce  programme  recrute,  forme  et  assure  la  promotion  des  travailleurs,  aussi  bien  les  hommes  que  les  femmes,  sur  un  pied  d’égalité.  « Car la plupart des paysannes égyptiennes travaillent dans des conditions difficiles. 8% d’entre elles possèdent des terrains et 25% ont un travail fixe »,  précise  Gilane  Al-Messeiri,  responsable  du  même  projet  auprès  de  l’Onu  Femmes.

Dans  tous  les  gouvernorats  d’Egypte,  les  femmes  effectuent  la  majorité  des  travaux  ménagers  et  ceux  de  la  ferme.  Pourtant,  elles  n’ont  accès  ni  aux  mêmes  ressources  ni  au  pouvoir  décisionnel  détenu  par  les  hommes.  Pour  combler  l’écart  entre  les  hommes  et  les  femmes,  les  maintes  organisations  de  l’Onu  travaillent  avec  différents  gouvernorats  pour  autonomiser  les  femmes  et  instaurer  l’égalité  entre  les  sexes  dans  le  secteur  agricole,  pour  un  avenir  plus  durable  qui  bénéficierait  à  tous.


Les femmes sont davantage touchées par les effets du changement climatique.

En  effet,  les  femmes  sont  essentielles  à  la  production  alimentaire.  Dans  les  pays  en  développement,  elles  représentent  45 %  de  la  main-d’oeuvre  agricole,  ce  chiffre  atteignant  60 %  dans  certaines  régions  d’Afrique  et  d’Asie.  Elles  jouent  donc  un  rôle  fondamental  dans  la  réalisation  de  l’objectif  de  développement  durable  et  l’élimination  de  la  faim.  Cependant,  les  agricultrices  ont  un  accès  limité  à  la  terre,  aux  marchés  et  à  l’éducation  par  rapport  aux  hommes.  Aussi,  elles  ne  sont  pas  impliquées  dans  les  processus  de  prise  de  décision.  Selon  les  estimations  de  la  FAO,  si  les  femmes  avaient  le  même  accès  aux  ressources  que  les  hommes,  la  production  alimentaire  augmenterait  d’environ  30 %,  ce  qui  pourrait  sauver  150  millions  de  personnes  au  moins  souffrant  de  la  faim  dans  le  monde.  Donc,  les  considérations  relatives  au  genre  doivent  être  placées  au  coeur  des  mesures  de  lutte  contre  la  crise  climatique.

Raison  pour  laquelle  Onu  Femmes  a  commencé  à  appliquer  le  projet  dès  2003  dans  plusieurs  pays  africains.  Rendre  les  femmes  rurales  autonomes  est  primordial  si  le  monde  veut  mettre  un  terme  à  la  question  de  la  crise  climatique.  Raison :  les  femmes  sont  une  force  puissante  de  changement.  Une  femme  rurale  pourrait  enseigner  à  son  mari  ou  à  son  frère  comment  devenir  agriculteur  ou  producteur.  Sans  aucun  doute,  il  ne  serait  possible  de  parvenir  à  sauver  l’Egypte  du  réchauffement  climatique  si  la  moitié  de  la  population  était  incapable  de  participer  à  ces  combats  sur  un  pied  d’égalité.  Cela  veut  dire  que  le  « combat de long terme »  contre  les  changements  climatiques  serait  un  plan  d’action  pour  l’égalité  des  sexes.

Et,  si  l’objectif  principal  de  ce  projet  est  d’aider  les  femmes  rurales  à  obtenir  leur  autonomie  financière,  il  contribue  aussi  à  les  protéger.  « Jadis, les jeunes femmes étaient victimes de harcèlement par les commerçants dans les moyens de transport en se déplaçant d’un village à un autre pour exercer leur travail. A présent, chacune de nous exerce son activité à quelques pas de chez elle. On travaille, on accomplit nos tâches ménagères et on s’occupe aussi de nos enfants »,  confie  Safaa  qui  travaille  de  16  à  18  heures  par  jour  dans  les  champs.  Originaire  de  Charqiya,  cette  jeune  fille,  âgée  d’une  vingtaine  d’années,  possède  aujourd’hui  une  grande  expérience.  Comme  beaucoup  d’autres  femmes  rurales,  Safaa  applique  les  procédés  techniques  offerts  par  les  organisations  des  Nations-Unies.  Elle  a  bien  assimilé  les  leçons  théoriques  et  pratiques  de  conversion  d’une  culture  traditionnelle  vers  une  autre  biologique.

Les  experts  dans  le  domaine  bio,  recrutés  auprès  de  la  FAO,  ont  prévenu  Safaa  au  sujet  de  la  dégradation  du  sol  et  sa  contamination  par  divers  polluants.  « L’attention est portée au rôle de la matière organique et de l’humus. Cet entraînement est passé en revue avec différents types d’engrais et d’amendements organiques disponibles »,  dit-elle  avec  précision.  Safaa  tient à ajouter ce qu’elle a appris à un niveau plus avancé. « Ils m’ont expliqué ce qu’est la fertilité du sol, la composition, les fonctions de la matière bio, la lutte intégrée pour le contrôle des insectes ravageurs et des maladies »,  dit-elle  fièrement.  « Comme les changements climatiques alimentent les conflits dans le monde entier, les femmes pourraient contribuer efficacement à la mise en place d’un système agricole résilient face aux fluctuations climatiques », conclut Dr Diaa Abdou, chargé du même projet auprès du PNUD.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique