Samedi, 25 mai 2024
Culture > Arts >

Exclusif - Farrah El Dibany : « Chanter dans ma ville natale est l'occasion de célébrer l'Alexandrie cosmopolite et d'évoquer des souvenirs d'enfance »

Amira Doss , Dimanche, 07 avril 2024

La soliste se produira le 18 avril à la bibliothèque d'Alexandrie.

s

Pour célébrer le 140ème anniversaire de son école, la mezzo-soprano Farrah El Dibany chantera comme soliste le 18 avril à la bibliothèque d'Alexandrie. L'occasion d'évoquer avec elle ce rapport unique qui la lie à sa ville d'origine.

Dans des déclarations exclusives à Ahraminfo, Farrah El Dibany, se livre sur ses souvenirs de sa ville natale. 

« C'est la première fois que je fais un concert pour mon école, depuis que je me suis lancée dans ma carrière internationale. Mon école allemande Saint-Charles- Borromée fête ses 140 ans. Cela me touche profondément, c'est comme chanter chez moi, dans ma maison, entourée de ma famille. C'est grâce à cette école que j'ai eu la chance dès mon très jeune âge de découvrir mon talent et d’intégrer le monde du chant. J'en suis vraiment reconnaissante. C'est l'occasion de leur rendre un tout petit peu de ce qu'ils m'ont offert ».

La chanteuse sera accompagnée par l'orchestre de la Bibliothèque d'Alexandrie, ainsi que par l’orchestre et le chœur de son école. « Nous allons présenter un programme assez diversifié, en passant par l'opéra française, l’opéra allemande et une variété de chansons arabo-françaises comme celles de Dalida, entre autres. Il y aura également des chansons en espagnole », explique El Dibany qui chantera comme soliste.

Farrah El Dibany est la première chanteuse lyrique égyptienne et arabe à intégrer l'académie de l'opéra de Paris. Elle a réussi à associer sa culture orientale et sa technique vocale à cet art Occidental. En s'installant en Occident, elle a toujours incarné ce visage oriental, fière de ses origines et de son identité, représentatif d’une Egypte élégante, diversifiée et riche en cultures. Incarnant le visage cosmopolite de sa ville natale, Farrah chante en dix langues.

Chanter à Alexandrie, sa ville natale, est un rituel qu'elle tient à préserver. « C'est à la bibliothèque d'Alexandrie que j'ai donné mon premier concert en tant que soliste, j'avais à peine 15 ans. Ce sont mes premières expériences sur scène. Je sens chez l'audience cette énergie, cette fierté de voir devant eux cette alexandrine qui demeure très attachée à sa ville d'origine malgré tout le succès qu'elle a réalisé ailleurs. »

« Une fois sur scène, j'oublie tout, tout ce qui a existé et tout ce qui va exister. Comme si le temps s'arrêtait et que c'est le seul moment à vivre. » conclut-elle. Son prochain rendez-vous avec le public sera une occasion de plus pour célébrer Alexandrie, la Méditerranée, la diversité et les souvenirs d'enfance. 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique