Samedi, 13 avril 2024
Culture > Arts >

Des troupes artistiques de la Haute-Egypte préparent une tournée en France

Laila Ahmed , Jeudi, 29 février 2024

Trois groupes artistiques de l’Association de Haute-Egypte pour l'éducation et le développement (AHEED) préparent une tournée dans huit villes françaises durant la période du 15 mars au 6 avril 2024. Ils mettent en lumière le patrimoine culturel et artistique égyptien.

s
Les équipes artistiques de l’Association de Haute-Egypte pour l'éducation et le développement (AHEED) préparent une tournée en France, sous le nom de « Trésors d’Egypte ». Photo : Page officielle de Partage.

Les troupes artistiques de l’Association de Haute-Egypte pour l'éducation et le développement (AHEED) préparent une tournée en France, sous le nom de « Trésors d’Egypte », à l'invitation de l'association française « Partage », à l'occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de sa création, selon la page officielle de « Partage ». 

La tournée inclut huit concerts dans huit villes françaises durant la période du 15 mars au 6 avril 2024, à travers laquelle l'association française ambitionne de présenter le patrimoine culturel et artistique égyptien, notamment les chants folkloriques, le « tahtib » (art martial du bâton pratiqué en Haute-Egypte) et le patrimoine de la Nubie.

Trois groupes artistiques de la AHEED vont présenter des performances artistiques durant cette tournée, qui sont: 

La chorale de Haute-Egypte à Minya : Il est créé en 1987 dans le but de faire revivre le patrimoine artistique de la Haute-Egypte et de le préserver. A travers les chants populaires et les danses, le groupe documente les aspects de la vie sociale ancienne en Haute-Egypte.

La chorale de la harpe de Tiba à Louqsor : Fondé en 2014, le groupe est composé des enfants des écoles de la AHEED au gouvernorat de Louqsor. Il vise de préserver le patrimoine culturel nubien de l’extinction.

L’équipe sportive Al-Tahtib : Le groupe donne l'occasion aux filles de la Haute-Egypte de pratiquer le « tahtib », qui s’est transformé à travers le temps d’une forme d'art martial en une manifestation de célébration chez les Egyptiens contemporains en Haute-Egypte, notamment lors des mariages et des célébrations.

L’Association de Haute-Egypte pour l'éducation et le développement a été fondée par le père jésuite Henry Ayrout en 1940, dans le but d’améliorer les conditions des pauvres en Haute-Egypte, notamment dans les régions de Minya et d’Assiout où les inégalités et la pauvreté se creusent.

La AHEED est partenaire de « Partage » depuis 2004. A ce jour, 35 écoles maternelles, primaires et lycées sont gérés par l’association égyptienne, dont 11 que « Partage » soutient, permettant à des milliers d’enfants de bénéficier des activités sans distinction.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique