Samedi, 13 avril 2024
Culture > Arts >

A ne pas rater : « Bob Marley : One Love » aux cinémas du Caire et d’Alexandrie et Omar Khairat à l’Opéra du Caire

Névine Lameï, Samedi, 17 février 2024

Du 18 au 24 février, spectacles de danse, soirées musicales, expositions d'art plastique et films, des manifestations culturelles pour tous les goûts à découvrir au Caire et à Alexandrie.

A ne pas rater

Musique :

« Les Cordes Croisées »

Le 18 février, à 20h

Petite salle de l’Opéra du Caire, Guézira.

A un concert donné à l’Opéra du Caire, avec l'association culturelle française « Les Cordes Croisées » et la fondation Savarez, sous la direction du maestro Mostafa Fahmy, contribuent Pierre-Henri Xuereb, alto et professeur au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, Niu Ruixn (violon) et Wael Al-Sayed (accordéon). Au programme, des œuvres de Antonio Lucio Vivaldi, Maurice Ravel, Claude Debussy, Bach, Henri-Gustave Casadesus, en plus de quelques compositions musicales égyptiennes. Le concert, en collaboration avec le Conservatoire du Caire, Savarez et le Centre culturel chinois en Egypte, est dans le cadre des projets du ministère égyptien de la Culture, visant à mener un dialogue créatif avec divers pays du monde.

Névine Allouba et « Fabrica »

Le 19 février, 20h

Espace d'art Rawabet. 5, rue Hussein Pacha Al-Meamari, centre-ville du Caire.

Sous la direction de sa fondatrice, la soprano Névine Allouba, la troupe musicale indépendante « Fabrica » jouera une sélection des meilleures comédies musicales de Broadway. Citons : « Les Misérables », « L'Opéra de quat'sous » de Brecht … Et ce, non sans oublier l’opérette « Al-Leila Al-Kébira » (la grande nuit), paroles de Salah Jahin et composition de Sayed Mekkawi. « Fabrica » aime constamment représenter le nouveau à son public, notamment dans le domaine du théâtre musical.

Tako Clay Lio et Sebzz

Le 19 février, à 21h

Cairo Jazz Club. 197 a, rue 26 juillet, Agouza.

Tako, Clay Lio et Sebzz se réuniront derrière les platines vinyles. Rendez-vous avec des sets percutants capables de stimuler l'âme et de donner de l'énergie.

Maurice Louca

Le 20 février, à 21h

Cairo Jazz Club. 197 a, rue 26 juillet, Agouza.

Accompagné du DJ Hassan Abou Alam, Maurice Louca jouera de son nouvel album « Moonshine ». L’une des figures des plus douées et les plus aventureuses de la scène florissante des arts expérimentaux égyptiens, Louca a acquis ces dernières années une réputation mondiale grâce à pas moins de six albums solo à son actif dont « Salue The Parrot », Lekhfa, Elephatine », « Saet El Hazz » … qui défient les genres. Louca est un compositeur égyptien, arrangeur et chef d'orchestre du jazz cosmique, des musiques africaines et du monde aux traditions modales transcendantales. Il est connu par sa musique d'hypnose hard-grooving et ses moments d'avant-jazz. Louca est aussi co-fondateur des groupes « Bikya », « Alif » et « The Dwarfs of East Agouza ». A découvrir dans son concert des mélodies diaphanes.

Yéhia Khalil

Le 20 février, à 20h

Petite salle de l’Opéra du Caire, Guézira.

De tout temps, Yéhia Khalil, le jazzman égyptien qui a plus de 55 ans de carrière, a cherché à explorer de nouvelles voix avec ses percussions qui se prêtent à toutes les fusions musicales. Avec ses tempos et ses frappes énergiques et rapides, Yéhia Khalil excelle brillamment en oscillant entre les rythmes occidentaux du blues, du rock, du world-beat et la saveur orientale dans une fusion créative jazzy.

Omar Khairat

Les 21 et 22 février, à 20h

Grande salle de l’Opéra du Caire.

Le pianiste égyptien Omar Khairat jouera ses propres compositions symphoniques, tout en étant accompagné de l’Orchestre de l’Opéra du Caire. Khairat construit sa propre identité musicale en tant que compositeur professionnel indépendant. Son style musical se caractérise par sa profondeur et sa richesse qui fusionnent la musique arabe contemporaine avec la musique occidentale.

Sara Morgan

Le 22 février, à 21h

Room Art Space. 10, rue Ettihad Al-Mohamin, Garden City.

Sara Morgan interprétera du jazz arabe qu’elle chante avec une grande émotion. Son jazz, inspiré des gammes arabes ou « maqamat », fait passer l’abstraction de sa musique derrière les séductions immédiates d’un univers sonore enchanté et délicieusement déroutant.

Sherry Mamdouh et Mino

Le 22 février, à 21h

Cairo Jazz Club. 197 a, rue 26 juillet, Agouza.

Deux jeunes chanteuses très talentueuses se produisent ensemble au CJC : Sherry Mamdouh et Mino. Elles proposent à ses fans un medley de reprises avec leur chant doux. Une invite à une soirée à thème disco réussie, à un chant dynamique.

Amir Salah El Deen

Le 22 février, à 20h

Theatro Arkan, cité du Cheikh Zayed.

Le chanteur vedette de la troupe égyptienne « Black Theama » et son fondateur, Amir Salah El Deen, présentera à ses fans sa première comédie stand-up et son premier spectacle humour dans une ambiance jazzy. Un stand-up show qui réserve un max de surprises. Profondément influencé par les racines méridionales de la musique nubienne, soudanaise et africaine, il adopte dans sa musique le reggae, le rap, le blues et le jazz aux côtés de l'argot égyptien.

« Ayamna Al-Helwa »

Le 22 février, à 20h

Sakiet El Sawy. Rue 26 juillet, Zamalek.

La troupe « Ayamna Al-Helwa » (nos beaux jours) a été fondée par le maestro Mohamed Othman en 2003. Elle comprend 20 chanteurs et chanteuses lesquels interprètent des chansons égyptiennes vintages des années 1980 et 90. Une manière de convoquer au présent, d'une manière lyrique et délicieuse et plaisante, un temps nostalgique, celui des publicités anciennes, des devinettes du Ramadan, des génériques de feuilletons télévisées égyptiennes … La troupe reçoit jour après jour l'approbation et l'éloge des masses.

 

« Tablet El-Sitt »

Le 23 février, à 19h

Sakiet El Sawy. Rue 26 juillet, Zamalek.

« Tablet El-Sitt » (la percussion de la femme) est une troupe de musique folklorique égyptienne composée de femmes percussionnistes. Le groupe a été fondé par Soha Mohamed Ali en 2019 après avoir étudié le tabla avec son mentor, Saïd Al-Artiste. « Tablet El-Sitt » vise à revivifier les plus belles chansons égyptiennes et arabes parlant de la femme, notamment celles essentiellement centrées sur les rythmes et les tempos des percussions.

Yehia Ghannam

Le 23 février, à 20h

Theatro Arkan, cité du Cheikh Zayed.

Le guitariste égyptien Yehia Ghannam jouera deux de ses compositions les plus affectionnées par son auditeur, à savoir « Maryam » et « Taraheel » (déportations), ainsi que des musiques de films les plus captivantes de Achraf Mahrous, dont « Tawaam Rohi » (mon âme sœur) et « Al-Markeb » (le bateau).  Rendez-vous avec soirée de musiques medly, celle des années 1980. Ghannam sera accompagné par « Pyramids Orchestra & The Pharaohs, sous la direction de du joueur de contrebasse Mohamed Seif El-Yazal.

« Lexer»

Le 23 février

Cairo Jazz Club. 197 a, rue 26 juillet, Agouza.

Le producteur et DJ allemand Lexer est largement considéré comme l'un des meilleurs conteurs de la scène électronique. Et ce, non seulement dans ses sets, mais aussi dans ses productions sur des labels tels que « Oddity », « Atlant » et « Bedrock Records ». La musique techno mélodique profonde de Lexer résonne avec son auditeur, en l’emmenant dans un voyage musical qui touche son âme, avec un flux d’énergie et de bonnes vibrations. Ses DJ sets sont un voyage. Ils racontent une histoire de lâcher prise, d'être libre et heureux.

Balqeis

Le 24 février, à 21h

Room Art Space. 10, rue Ettihad Al-Mohamin, Garden City.

La luthiste égyptienne Balqeis est accompagnée, à l’espace « Room », du multi-instrumentiste turc Johannes Bergil, un expert en musique des Balkans. Balqeis est une artiste multi-instrumentiste qui mixe l’oud et la musique électro avec les influences rock et alternatives pour en faire un mélange entre tradition et modernité. Dans son jeu au luth, Balqeis recourt constamment à un synthétiseur électronique, des appareils d’arrangement et un ordinateur aux sonorités différentes et ensorcelantes.

« V Quintet »

Le 25 février, à 21h

Cairo Jazz Club. 197 a, rue 26 juillet, Agouza.

« V Quintet » est une troupe experte en mélodie soul et en harmonies envoûtantes. Au CJC, elle, jouera de la musique jazz et groove, la Soul et le rythm’n Blues. « V Quintet » fait voyager son auditeur dans le temps, d'Aretha Franklin à Beyoncé en passant par Chaka Khan, Erykah Badu et bien d'autres.

Cinéma :

« Bob Marley : One Love »

A partir du 22 février

Dans les salles du cinéma au Caire et à Alexandrie.

« Bob Marley : One Love », du réalisateur Reinaldo Marcus Green, célèbre la vie et la musique d'une icône qui a inspiré des générations à travers son message d'amour et d'unité. Pour la première fois sur grand écran, découvrez l'histoire puissante de Bob Marley, sa résilience face à l’adversité et le chemin qui l’a amené à sa musique révolutionnaire. Avec Kingsley Ben-Adir.

« Madame Web »

Cassandra Web est une ambulancière de Manhattan qui serait capable de voir dans le futur. Forcée de faire face à des révélations sur son passé, elle noue une relation avec trois jeunes femmes destinées à un avenir hors du commun ... si toutefois elles parviennent à survivre à un présent mortel. A suivre dans le film « Madame Web », de S.J. Clarkson, avec Dakota Johnson.

« Priscilla ».

Quand Priscilla rencontre Elvis, elle est collégienne. Lui, à 24 ans, est déjà une star mondiale. De leur idylle secrète à leur mariage iconique, Sofia Coppola dresse le portrait de Priscilla, une adolescente effacée qui lentement se réveillera de son conte de fées pour prendre sa vie en main. « Priscilla » est un film de Sofia Coppola, avec Cailee Spaeny.

« Hob Al-Banat »

Les 18 et 20 février

Cinéma Zawya, 15 rue Emaddedine, centre-ville du Caire.

Le film raconte l’histoire de trois filles. Elles sont des sœurs d’un même père mais de mères différentes. Le père décédé laisse à ses trois filles un grand héritage qui les oblige à se réunir et à vivre ensemble dans une même maison. La projection sera accompagnée d'une discussion avec le réalisateur du film, Khaled El-Hagar.

Danse :

« Feledi Project »

Le 19 février, à 20h

Petite Salle de l’Opéra du Caire, Guézira.

La musique classique se mêle à la danse moderne, avec le désir d’apporter une nouvelle couleur et forme créative. C’est ce qui définit la troupe hongroise de danse moderne « Feledi Project » dont les spectacles de danse s’inspirent souvent des chefs-d’œuvre de l’opéra classique. La troupe explore toutes sortes de sentiments sur scène, allant d’un extrême à l’autre. Chez « Feledi Project », l’envie de danser ne relève pas seulement d’une recherche de liberté ou de griserie, mais surtout d’un désir de transe dans des rapports corps/esprit créant de l’émotion sur scène.

Théâtre :

« Russell Peters »

Le 19 février, à 20h

Stade de la Cité des Sports, Nouvelle Capitale administrative.

Remportant un grand succès lors de sa dernière visite en Egypte, la superstar du stand-up comedy, ou comique de scène, Russell Peters, revient avec un énième spectacle. Russell Dominic Peters est un humoriste canadien très populaire qui est considéré comme l'un des comédiens les mieux payés au monde. Après avoir lutté pour s'établir pendant des années, il est immédiatement devenu une énorme sensation dans le scénario de la comédie internationale. Et ce, lorsqu'une vidéo YouTube de son émission de comédie stand-up est devenue virale.

« Konafa Stand-up Comedy »

Le 24 février, à 21h

Room Art Space. The Spot Mall, le Nouveau Caire.

Mahmoud Konafa et sa troupe « Konafa Stand Up Comedy » propose à ses fans une soirée de comique de scène, de simples blagues courtes, des citations drôles d'humoristes à l’esprit fin. Ses thèmes sont abordés à partir de ses observations pointues, sans aucune haine ni vulgarité. Avec Konafa, c’est l'occasion de faire une provision de blagues trash et de réfléchir en profondeur sur l'existence.

Conférences

« La Nuit des idées »

Les 21 et 22 février, à 18h

Institut Français d’Egypte, antenne Mounira. 1, rue Madrasset Al-Hoqouq Al-Frinséya.

Le 23 février, à 18h

Institut Français d’Egypte, antenne d’Alexandrie. Rue Nabi Daniel.

Discussions, table-ronde, cinéma, témoignages, danse, exposition … sont au programme de « La Nuit des idées ». Trois jours à l’IFE du Caire et d’Alexandrie pour explorer le thème « Lignes de failles », à travers le sujet « Noir ou blanc : réseaux sociaux et polarisation des opinions ». Pour cette édition 2024, l’IFE propose d’échanger ce qui lie, frictionne, façonne les nouvelles formes d’interaction et leurs reflets dans la réalité. Véritable enjeu contemporain, les réseaux sociaux sont au cœur du quotidien.

 

Exposition :

Reem Osama

Jusqu’au 14 mars, de 10h à 21h (sauf le vendredi)

Galerie Misr. 4, rue Ibn Zanki, de la rue 26 juillet, Zamalek.

L’artiste sculpteuse Reem Osama expose sous le titre « Isolation ». Elle aime assouplir la rigidité immobile de ses êtres vivants sculptés, pour leur donner l’illusion du mouvement. Des êtres vivants capables de parler, de discuter et d’argumenter, en communiquant des messages d’amour, de vitalité et de calme.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique