Dimanche, 23 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Santé >

L’origine du Covid-19 sera-t-elle enfin connue ?

Chérif Albert, Lundi, 20 mars 2023

Les renseignements américains sont en passe de déclassifier leurs informations sur l’origine de la pandémie de coronavirus, alors que l’hypothèse d’une fuite de laboratoire revient sur le premier plan.

L’origine du Covid-19 sera-t-elle enfin connue ?

Le congrès des Etats-Unis a adopté, vendredi dernier, une loi qui ordonne aux services de renseignement américains de déclassifier leurs informations sur l’origine de la pandémie de coronavirus. Dans un rare moment d’union, les élus de la Chambre des représentants ont voté ce texte à l’unanimité. Il avait déjà été adopté au Sénat avec le soutien des deux partis et il revient désormais au président démocrate Joe Biden de le promulguer. La directrice du renseignement national, Avril Haines, aura alors 90 jours pour déclassifier « toute information sur les liens potentiels entre l’institut de virologie de Wuhan et l’origine du coronavirus ». Auditionnée cette semaine au Congrès, Avril Haines a souligné qu’il y avait un consensus large sur le fait qu’il ne s’agissait « ni d’une arme biologique, ni d’une manipulation génétique ».

Mais la communauté du renseignement américain est divisée entre les tenants « d’une fuite de laboratoire », et ceux « d’une exposition à un animal contaminé », a-t-elle rappelé. La première hypothèse, vivement contestée par les autorités chinoises, a gagné en crédit récemment, après avoir été jugée comme étant la plus probable par le ministère américain de l’Energie et le directeur de la police fédérale (FBI), Christopher Wray.

Celui-ci a également accusé la Chine de tenter de bloquer l’enquête menée par les Etats-Unis sur les causes de la pandémie. « Le gouvernement chinois a fait de son mieux pour essayer de contrecarrer et embrouiller le travail que nous faisons, le travail que notre gouvernement américain et nos proches partenaires étrangers » sont en train d’effectuer, a-t-il assuré. De nouveaux éléments de renseignement auraient fait basculer l’analyse du côté de l’hypothèse de la fuite, selon des sources anonymes citées par le Wall Street Journal, le New York Times et CNN. De son côté, le ministère chinois des Affaires étrangères a rejeté en bloc les accusations américaines. « Etant donné les mensonges, les tromperies et les innombrables méfaits commis par les services de renseignement américains, leurs conclusions n’ont absolument aucune crédibilité », a réagi Mao Ning, une porteparole du ministère.

Dans la foulée, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait exhorté tous les pays, notamment les Etats-Unis, à partager leurs informations sur l’origine du Covid. Il ne s’agit pas de « désigner des coupables », a indiqué le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, mais de « faire progresser notre compréhension sur la façon dont cette pandémie a commencé ». La communauté scientifique estime qu’il est crucial de connaître les origines de ce fléau pour pouvoir mieux le combattre, ou même éviter une prochaine pandémie. Le Dr Tedros y voit un « impératif scientifique », mais également « moral » vis-à-vis des millions de victimes et de leurs familles. Il a déploré « la politisation continue » de cette quête des origines de la pire pandémie depuis un siècle, qui a transformé « ce qui devrait être un processus purement scientifique en un jeu géopolitique ». Une équipe de spécialistes sous la houlette de l’OMS et accompagnée de collègues chinois avait enquêté en Chine début 2021 pour tenter de percer le mystère des origines du virus, sur les lieux où la pandémie semble avoir démarré. Dans un rapport conjoint, ils avaient privilégié l’hypothèse de la transmission à l’homme du virus hautement contagieux par un animal qui a joué l’intermédiaire entre la chauve-souris et l’homme, peut-être dans un marché de la cité chinoise.

Aucune équipe n’a pu retourner en Chine et les responsables de l’OMS ont réclamé à de multiples reprises des données supplémentaires, jusque-là toujours refusées. Le Dr Tedros a répété vendredi que l’OMS n’entendait pas abandonner les recherches et a, de nouveau, appelé Pékin « à faire preuve de transparence dans le partage des données, à mener les enquêtes nécessaires et à en partager les résultats ». Pour l’instant, a-t-il conclu, « toutes les hypothèses restent sur la table ».

Responsable du Covid-19, le coronavirus est apparu il y a plus de trois ans dans la province chinoise de Wuhan, avant de s’étendre dans le monde entier, où il a tué au moins 7 millions de personnes.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique