Jeudi, 18 juillet 2024
Opinion > Dernier Mot >

Dernier mot : Reconstruire le citoyen égyptien

Mercredi, 10 juillet 2024

Une nouvelle de l’écrivain brésilien Paulo Coelho raconte qu’un père essayait de lire le journal mais son enfant ne cessait de le gêner.

Le père a alors eu l’idée de couper une page du journal sur laquelle il y avait une carte du monde, puis il l’a découpée en petits morceaux et a demandé à son fils de les rassembler pour reconstruire la carte du monde. Ensuite, il a repris la lecture du journal en pensant que l’enfant sera occupé le reste de la journée. Il a été surpris que 15 minutes après, l’enfant avait fini de rassembler la carte du monde. Etonné, il a demandé à son fils s’il avait étudié la carte du monde à l’école ou si sa mère lui apprenait la géographie, l’enfant a dit que non, mais au dos de la carte, il y avait la photo d’un homme, et c’est en rassemblant la photo qu’il a rassemblé la carte du monde.

L’histoire est très simple comme toutes les oeuvres de Coelho et renferme plusieurs leçons de morale. Je me le suis rappelé alors que nous attendions le remaniement ministériel en Egypte qui a été annoncé mercredi 3 juillet. En nommant le nouveau cabinet, le président Abdel Fattah Al-Sissi a dit que l’un des objectifs les plus importants de ce cabinet était de reconstruire le citoyen égyptien.

Comment ? La réponse est aussi simple que l’histoire de Coelho : à travers la culture et l’enseignement. La culture toute seule ne peut pas reconstruire le citoyen sans concordance avec l’enseignement.

Par exemple, la culture ne peut pas diffuser les principes de tolérance et d’unité nationale si une institutrice dit à l’un de ses élèves de ne pas jouer avec son collègue chrétien parce qu’il est athée.

La culture ne peut pas diffuser les principes nobles de l’islam sur lesquels a été fondée l’une des plus grandes civilisations du monde si un professeur de religion continue à limiter l’islam à la nécessité d’entrer aux toilettes par le pied gauche et de manger en utilisant la main droite.

Pour réussir dans leur mission, la culture et l’enseignement doivent être les deux bras d’une même politique mise en place par l’Etat dans son ensemble et non pas par le gouvernement seul, une politique appliquée par les ministères de la Culture et de l’Education, ainsi que par d’autres ministères comme les ministères de la Jeunesse et des Sports, des Waqfs et les appareils en charge des médias.

C’est ainsi qu’il sera possible de reconstruire le citoyen, et par conséquent, le monde entier comme l’a dit Coelho.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique