Jeudi, 18 juillet 2024
Opinion > Opinion >

Appel à Israël de revoir ses positions

Samedi, 15 juin 2024

Le rêve de la paix avec l’Arabie saoudite est-il possible ? Ou bien est-il hors de portée et ne pourra être atteint que dans des conditions que vous ne serez pas en mesure de remplir. Vous perdrez ainsi l’un des objectifs les plus importants que vous cherchiez à réaliser dans l’avenir proche ?

Il peut sembler inhabituel qu’un article adressé à Israël soit écrit non seulement à ses dirigeants politiques, ses institutions législatives, juridiques et sécuritaires, mais aussi à la société israélienne dans son ensemble dans l’espoir que cet article soit lu par une personne raisonnable qui soit prête à réviser ses positions. C’est-à-dire raisonner sur la nature des politiques adoptées par les différents gouvernements israéliens pour voir si elles sont vraiment capables de réaliser les objectifs de l’Etat.
Je commence par m’adresser aux plus importants cercles de décision en Israël, soit le gouvernement actuel. Bien qu’il s’agisse de l’un des gouvernements les plus radicaux de l’histoire de l’Etat hébreux, selon l’opposition israélienne elle-même et de nombreux secteurs de la société israélienne, il faut reconnaitre que chaque gouvernement dans le monde vise à réaliser les intérêts de son peuple. La question qui doit se poser à la coalition au pouvoir est la suivante : les politiques actuellement adoptées sont-elles dans l’intérêt de la sécurité, de la stabilité et du bien-être du peuple israélien ? Ou bien c’est le contraire ?
Je demande à Israël de déterminer ses objectifs. Ici, je vais me porter volontaire et essayer de déterminer les objectifs les plus importants qui, à mon avis sont les objectifs que tout pays tente de réaliser et qui sont la sécurité, la stabilité et le développement dans les divers domaines, en plus d’une bonne place dans la région et dans le monde. Chaque pays a le droit de faire tout son possible pour réaliser ces objectifs mais tout en respectant le droit international et sans porter préjudice aux droits d’autrui.
Partant, j’appelle le gouvernement israélien à se poser plusieurs questions importantes :  A-t-il réussi en 75 ans d’existence à vivre de manière naturelle dans son environnement régional ? Ou bien est-il encore en état de guerre après toutes ces décennies, comme si la situation n’avait pas beaucoup changé depuis 1948 ? Je vais laisser les décideurs israéliens répondre à cette question de manière honnête loin de l’arrogance et de de l’extrémisme dont les conséquences seront désastreuses sur l’avenir de l’Etat hébreux.

Je dois être plus direct en m’adressant aux Israéliens pour leur demander : Quelle est la nature de vos paris ? Quels sont les fondements de vos positions intransigeantes ? Pensez-vous que les forces externes qui les appuient continueront à le faire à jamais ? N’avez-vous pas constaté les impacts successifs de la guerre à Gaza qui a clairement montré que le soutien extérieur n’est plus le même ? Est-ce que la cause palestinienne que vous avez essayé d’enterrer depuis des années a disparu ou bien est-elle revenue avec force sous les feux des projecteurs, quelles seront les conséquences futures de cette situation ? Le facteur temps sera-t-il dans votre intérêt à moyen et à long terme, sur le plan économique, politique, militaire et surtout démographique qui change à votre désavantage au fil du temps ? Pensez-vous que vous resterez à jamais le seul pays de la région à posséder l’arme nucléaire ou même à avoir une supériorité militaire sur les pays arabes réunis ? Trouvez-vous que les chances de votre intégration dans le système régional sont aussi proches que vous le souhaitez ? Ou bien s’éloignent-elles ? Les accords de normalisation avec les pays arabes vous ont-ils donné la sécurité, la paix et le progrès économique que vous désiriez ? Ou bien ces accords seront-ils être affectés par les événements au fil du temps ?

Le rêve de la paix avec l’Arabie saoudite est-il possible ? Ou bien est-il hors de portée et ne pourra être atteint que dans des conditions que vous ne serez pas en mesure de remplir. Vous perdrez ainsi l’un des objectifs les plus importants que vous cherchiez à réaliser dans l’avenir proche ? Israël peut-il vivre dans ce climat très tendu sur différents fronts pendant de longues périodes ? Dans quelle mesure Israël peut-il résister à ces pressions et à ces pertes qui se réduisent son crédit à tous les niveaux internes et externes ?

La situation d’Israël aurait-elle été aussi négative si la cause palestinienne avait été résolue ? La guerre actuelle à Gaza, les politiques adoptées en Cisjordanie et à Jérusalem et la création de générations hostiles et d’un environnement régional qui vous craint ont-ils réalisé la sécurité que vous souhaitiez ? Le statut actuel d’Israël peut-il lui permettre de s’intégrer dans le système régional et de poursuivre la normalisation avec le monde arabe ? Quelle est la vision d’Israël pour résoudre le dilemme palestinien ?

Partant, j’appelle les décideurs en Israël à refaire leurs calculs avant qu’il ne soit trop tard. Malgré toutes les tensions actuelles, il est encore possible d’ouvrir une nouvelle page de l’histoire du conflit israélo-arabe en commençant par le règlement de la cause palestinienne. Ceci peut sembler idéaliste mais tout à fait possible si Israël avait la volonté véritable de réaliser la paix. En effet, Israël est le seul pays au monde qui refuse encore l’instauration d’un Etat palestinien pour des raisons injustifiées et des illusions d’expansion impossibles à réaliser.

Enfin, il est indispensable qu’Israël soit convaincue que la persistance de la situation actuelle n’est pas dans son intérêt et que le gouvernement israélien doit accorder la priorité au processus de paix s’il veut réaliser les intérêts de son peuple.

Sinon, Israël ne pourra pas sortir du cercle vicieux de l’insécurité et de l’instabilité, il ne réussira pas à s’intégrer dans la région quelle que soit sa force et la durée de l’occupation. Israël restera captif des partis radicaux et limités d’esprit qui ne cherchent que les voix de leurs partisans, bien qu’ils sachent parfaitement que ces politiques conduisent l’Etat israélien vers l’inconnu.

 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique