Lundi, 15 avril 2024
Opinion > Dernier Mot >

Dernier mot : Le massacre des monuments de Gaza

Mercredi, 21 février 2024

Les massacres israéliens sur Gaza se sont multipliés. Les forces de l’occupation ont démoli les maisons, les écoles, les hôpitaux et les lieux religieux sacrés.

Parallèlement, un autre massacre perpétré dès le départ est passé inaperçu, celui des monuments. Nous sommes devant un acte de massacre dangereux car ne pouvant être ni compensé ni réparé. Si les bâtiments détruits par les forces d’occupation peuvent être reconstruits une fois la guerre terminée, les bâtisses historiques et archéologiques ont à jamais disparu, transportant avec elles une longue histoire du patrimoine islamique et chrétien. En tête de liste de ces bâtiments est l’ancienne mosquée Al-Omari, qui remonte au XIIIe siècle. Il y a également la fameuse église de Porphyrios, en plus d’autres antiquités datant des époques gréco-romaines. Les forces israéliennes d’occupation ont également détruit les cimetières historiques de Bab Al-Bahr, situés derrière l’hôpital baptiste, qui ont servi de centre pour leurs opérations.

Ils ont également détruit les sites de fouille de l’ancien port et ont fait exploser le musée historique avec les pièces qui y étaient exposées. Selon le rapport publié récemment par l’Unesco, Israël a détruit 206 sites historiques et archéologiques, et leur destruction est irrémédiable ; c’est-à-dire impossible de faire l’objet de restauration.

D’aucuns pourraient ignorer que Gaza possède un legs culturel et archéologique rare connu par les archéologues spécialisés. Et ce, à cause de l’embargo imposé par Israël à Gaza depuis 17 ans qui empêche la visite des experts et toute sorte de publicité pour un pays privé de tourisme, sous la coupe de l’occupation. Conformément à un rapport du ministère palestinien de la Culture, les bibliothèques principales ont été démolies à Gaza, ainsi que tout leur contenu de livres historiques et de documents rares, y compris la totalité des archives nationales. Le document signale que trois parmi les sites ayant été détruits étaient sur le point d’être classés en tant que patrimoine de l’Humanité par l’Unesco. La question qui s’impose maintenant est : quelles sont les raisons qui amènent les forces de l’occupation à détruire les sites appartenant au patrimoine de l’humanité ? Israël avait justifié ses attaques contre les hôpitaux en prétendant qu’ils abritaient des tunnels et des centres militaires du Hamas. Des allégations qui n’ont jamais été prouvées. Quel est donc son argument à l’heure où il sape un patrimoine rare de l’humanité, qui ne sera jamais restauré ?

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique