Vendredi, 12 avril 2024
Opinion > Opinion >

Les menaces des Houthis en mer Rouge

Mercredi, 14 février 2024

Les attaques des Houthis contre des navires marchands en mer Rouge ont fait entrer la guerre à Gaza dans une nouvelle dimension, mettant en péril le commerce international dans l’une des voies de navigation les plus importantes au monde.

La stratégie suivie par les rebelles yéménites vise un double objectif. Le premier, dont la teneur est idéologique, consiste à les repositionner comme des partisans régionaux-clé de la résistance palestinienne à l’occupation israélienne. Le second fait partie de la stratégie politique des Houthis visant à maintenir et étendre leur pouvoir au Yémen et, par conséquent, obtenir une reconnaissance internationale.

Les attaques des Houthis en mer Rouge sont une manifestation de leur idéologie, enracinée dans le fondamentalisme religieux. Alignée sur « l’Axe de la résistance » iranien, cette idéologie cherche à expulser les Etats-Unis du Moyen-Orient et à détruire Israël. Les ambitions politiques houthies sont enracinées dans le zaïdisme, une école de pensée de l’islam chiite. Le groupe houthi est une émanation du mouvement de renouveau zaïdite qui a émergé au début des années 1990. Le chef d’origine des Houthis, Hussein Badr Al-Din Al-Houthi, a mené une rébellion contre le gouvernement en 2004 et a été tué la même année. Après sa mort, son frère et l’actuel dirigeant, Abdul Malik Al-Houthi, a pris ses fonctions. Leur père, Badr Al-Din Al-Houthi, était un éminent érudit zaïdite et une figure influente. Les trois hommes ont suivi l’école Jaroudi, une secte plus stricte de la branche zaïdite de l’islam. Les Houthis sont également fortement inspirés par Wilayat Al-Faqih (la tutelle du juriste), le système de gouvernance établi par l’ayatollah Khomeini à la suite de la Révolution iranienne de 1979 dans lequel l’autorité politique et religieuse ultime est entre les mains d’un chef suprême du clergé. Bien que l’Iran ne contrôle pas entièrement les Houthis, les rebelles doivent à la République islamique le succès de leur transformation en une force transnationale avec laquelle il faut compter. Le programme politique que les Houthis utilisent pour endoctriner leurs partisans et les Yéménites en général est fortement inspiré de celui de l’Iran et est centré sur la priorité donnée au djihad contre l’Amérique et Israël.

La capacité des Houthis à vaincre leurs rivaux pendant la guerre civile yéménite a confirmé leur conviction que Dieu est de leur côté. Et maintenant, les attaques en mer Rouge contre Israël sont présentées par les Houthis comme faisant partie de la Guerre Sainte qu’ils mènent au nom de la nation musulmane. Cette action les fait apparaître aux yeux des Yéménites comme l’acteur régional le plus audacieux face à l’Etat juif. Cela leur génère du soutien, car la solidarité avec les Palestiniens transcende les conflits et les rivalités qui divisent le Yémen. Les Houthis rassemblent donc de la bonne volonté même de la part des Yéménites qui, autrement, ne les soutiennent pas. Le fait qu’ils résistent aux frappes aériennes américano-britanniques, menées dans le cadre de l’Opération Prosperity Guardian, est une autre plume dans leur chapeau. Pour eux, ces raids dirigés par une coalition internationale largement favorable à Israël ont le mérite de les faire apparaître comme une véritable « force de résistance ». Les Houthis pourraient bien calculer qu’après avoir résisté à sept ans de bombardements aériens saoudiens au cours de la guerre civile yéménite, il est peu probable que des frappes américano-britanniques infligent des dommages plus importants ou que tout dommage à leur équipement ou à leurs installations ne puisse pas être rapidement réparé ou remplacé. L’attitude de défi qu’adoptent les Houthis montre qu’ils ne sont nullement dissuadés par les attaques occidentales.

Parallèlement, la guerre de Gaza et ses répercussions ont fourni aux Houthis l’occasion de détourner la pression publique croissante sur leurs pratiques de gouvernance dans les zones sous leur contrôle et leur ont permis de réprimer l’opposition à leur régime en arrêtant des opposants qu’ils ont taxés de collusion avec Israël et les Etats-Unis. Cette stratégie, exploitant le fort soutien populaire à la résistance palestinienne à l’occupant israélien, fait gagner aux Houthis de nouvelles recrues dans un pays où ils contrôlent les deux tiers de la population, souvent par des moyens brutaux. La même stratégie fait profiter les Houthis de la colère populaire suscitée par les frappes aériennes américano-britanniques pour détourner l’attention des critiques internes contre leur gouvernance.

Les négociations en cours entre l’Arabie saoudite et les Houthis fournissent un autre élément contextuel pour comprendre les attaques de ces derniers en mer Rouge. Dans le cadre d’un accord potentiel avec Riyad, les Houthis espèrent être reconnus comme une autorité légitime au Yémen, mettre fin à l’intervention militaire saoudienne et recevoir une aide internationale pour éviter une crise économique. Ils croient qu’en attaquant les porte-conteneurs et en constituant une menace sérieuse à l’ordre économique dirigé par l’Occident, ils peuvent renforcer leur position sur la table de négociation.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique