Samedi, 24 février 2024
Opinion > Opinion >

La coopération climatique entre l'UE et l'Egypte peut stimuler la décarbonation et la croissance : responsable à l'Union Européenne

Gerassimos Thomas , Dimanche, 11 février 2024

Gerassimos Thomas, directeur général de la fiscalité et de l'union douanière à la Commission européenne revient sur la coopération climatique avec L’Egypte, notamment en matière de décarbonisation des exportations égyptiennes vers l’UE.

s

L’Egypte et l’UE ont convenu en janvier d’intensifier conjointement leurs efforts dans plusieurs domaines stratégiques, notamment le changement climatique afin de stimuler à la fois la décarbonisation et la croissance économique, indique Gerassimos Thomas, directeur général de la fiscalité et de l'union douanière à la Commission européenne, dans un article publié sur la page officielle de la délégation de l'UE en Egypte, le 11 février. 

Gerassimos revient sur le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (MACB) de l’UE, un nouvel instrument réglementaire européen qui vise à soumettre les produits importés dans le territoire douanier de l’Union Européenne à une tarification carbone équivalente à celle appliquée aux industriels européens fabriquant ces produits.

L’objectif premier de ce dispositif est de lutter contre les émissions de carbone. Certains produits importés par l’UE sont soumis au MACB comme le ciment, le fer et acier, l’aluminium, les engrais, l’électricité et l’hydrogène, et la demande sur ces produits devrait croître, précise Gerassimos. 

Selon le responsable européen, près de 20 % des exportations égyptiennes vers l’UE sont soumises au MACB. 79 % des exportations d’aluminium sont destinées à l’UE, a-t-il précisé. 

Désormais dans sa phase de transition, le MACB s’appliquera aux importations à partir de 2026, avec des taxes payées en Egypte, indique Gerassimos. De telles mesures peuvent générer des revenus importants pour encourager les investissements dans les technologies propres et financer l’action climatique et le soutien social, a-t-il poursuivi. 

« A mesure que les producteurs égyptiens s’alignent sur les normes internationales en matière de carbone, ils deviendront plus attractifs pour l’UE et d’autres marchés », indique le responsable. 

Gerassimos est revenu sur les relations économiques entre l’Egypte et l’UE, qui « n’ont jamais été aussi solides ». Le commerce bilatéral a quadruplé, passant de 8,6 milliards d’euros à 37,2 milliards d’euros au cours des vingt dernières années, et l’UE représente 22 % de l’ensemble des échanges commerciaux de l’Egypte, a-t-il expliqué. 

« Nous dialoguons avec nos partenaires en Egypte, pour expliquer le MACB. Nous renforçons notre soutien climatique à l’Egypte notamment par le biais de programmes bilatéraux où 50 % des financements sont consacrés à des projets liés au climat », conclut le responsable. 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique