Samedi, 24 février 2024
Opinion > Dernier Mot >

Dernier mot : Abdel-Hady El-Gazzar

Mercredi, 10 janvier 2024

Enfin est paru à Londres le catalogue complet des oeuvres du grand artiste égyptien Abdel-Hady El-Gazzar (1925-1966).

Internationalement connu sous le nom de Catalogue raisonné, il s’agit de la référence qui documente toutes les oeuvres de l’artiste. Le fait qui place celui-ci sur la liste des artistes internationalement établis. Abdel-Hady El-Gazzar est considéré comme un génie rebelle à l’art dominant de son époque. Il est le deuxième artiste égyptien à avoir un catalogue raisonné après Mahmoud Saïd, dont le sien a été publié en 2017 et qui se trouve sur les étagères de près de 55 grandes bibliothèques à travers le monde. Ont supervisé les deux catalogues le célèbre chercheur égyptien Hossam Rashwan et l’experte en art Valérie Didier Hesse. La publication du catalogue d’El-Gazzar acquiert une importance particulière, car il renforce l’importance de l’art plastique égyptien contemporain sur la scène internationale et protège cet art de la contrefaçon qui s’est répandue ces dernières années depuis que l’art égyptien et arabe a commencé à atteindre des chiffres record dans les salles de vente internationales. Les oeuvres d’El-Gazzar ont fait l’objet de nombreuses tentatives de contrefaçon qui circulent encore sur les marchés jusqu’à présent, à tel point que le catalogue en fait la liste.

Le catalogue a été publié en anglais en centaines de pages réparties sur deux parties grand format. La première partie comprend des tableaux à l’huile à différents stades de la vie de l’artiste et dont le nombre s’élève à plus d’une centaine, alors que la seconde partie comprend les dessins et des croquis, qui sont plus de quatre fois le nombre des peintures à l’huile. Le catalogue comprend également de nombreuses études sur les divers aspects de la production artistique du grand artiste. Ce qui le place au niveau des artistes documentés dans le monde pour lesquels sont parus près de 9 000 catalogues raisonnés divisés en plusieurs parties (le catalogue de Picasso compte 30 parties).

Malheureusement, les copies de cet important ouvrage de référence qui ont été envoyées en Egypte — pour que le catalogue soit lancé au Caire en même temps qu’à Londres et pour paraître sur les étagères de nos grandes bibliothèques et celles de nos facultés d’art — sont encore retenues par les autorités de la censure. Quand allons-nous nous débarrasser de cette routine gouvernementale qui tue tout ce qui est bénéfique pour l’Egypte ?!

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique