Samedi, 09 décembre 2023
Opinion > Opinion >

Le cimetière des enfants entre « le soutien » de l’Amérique et la folie d’Israël

Thursday 9 nov. 2023

Le journal Washington Post a brisé le mur du soutien américain aveugle à l’agression israélienne lorsqu’il a publié un article sur la bande de Gaza dans lequel il notait qu’elle était devenue un « cimetière d’enfants ».

Le journal a raconté sur son site web l’histoire d’un père palestinien, appelé Youssef Charaf, qui a perdu ses 4 enfants, son épouse, ses parents, ses trois frères, ses deux soeurs et ses oncles et leurs épouses, ainsi qu’un nombre d’enfants de la famille. Il a raconté son histoire, qui est une copie conforme de milliers d’histoires de Palestiniens innocents qui ont perdu leurs proches, leurs fils et leurs familles à cause de la machine de guerre israélienne qui tue sans discernement, dans le pire cauchemar de l’humanité des temps modernes.

Le père palestinien a raconté que sa famille vivait dans le camp de réfugiés de Khan Younès et qu’elle croyait pouvoir mener une vie simple dans un lieu sûr. Il avait l’habitude de distribuer de la nourriture aux personnes déplacées dans le cadre d’une mission de volontariat. Ce faisant, il avait reçu un appel téléphonique l’informant du raid israélien qui avait ciblé une tour habitée par sa famille. Il s’est alors précipité pour découvrir la tragédie qui est une réplique de milliers d’histoires similaires. Le journal a essayé, de son côté, de contacter l’armée israélienne, mais elle n’a pas répondu. En effet, elle n’a pas l’habitude d’être franche et son rôle se limite à répandre des mensonges.

Nous sommes donc face à un journal américain qui brise le mur des mensonges de la propagande américaine et occidentale et présente une scène vivante de la tragédie vécue par le peuple de Gaza dans le pire cauchemar humain et raciste et le plus grand crime de génocide des temps modernes. Le journal a souligné qu’il y a plus de 3 700 enfants tués à Gaza, selon les données du ministère de la Santé de Gaza. Il a également rapporté que selon toute vraisemblance, toute une génération d’enfants est ciblée car le nombre d’enfants tués à Gaza a dépassé le nombre total de décès d’enfants dans toutes les zones de conflit au monde depuis 2019, selon le rapport de l’organisation caritative mondiale Save the Children.

Malgré toutes ces atrocités, l’Administration américaine continue d’offrir un soutien inconditionné à l’armée israélienne dans son agression contre Gaza. C’est ce qu’a déclaré le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, au cours de sa tournée dans la région. Lorsqu’il s’était rendu à Israël, il a souligné qu’« Israël a non seulement le droit, mais aussi le devoir de se défendre », ce qui confirme la position partiale, immorale et illégale de l’Administration américaine qui soutient l’agression israélienne à l’intérieur des territoires occupés depuis 56 ans.

On s’attendait à ce que le secrétaire d’Etat américain discute lors de sa récente visite d’un cessez-le-feu global afin de sauver les civils restants et de leur fournir toutes les formes d’aide, y compris les médicaments, la nourriture et le carburant, en particulier après l’arrêt des générateurs des hôpitaux, des ambulances et des véhicules de transport des morts. Il n’y avait plus aucun moyen de transporter les corps des martyrs ou des blessés, sauf les chariots. Malheureusement, l’Administration américaine risque de mettre en péril ce qui reste de sa réputation effondrée au Moyen-Orient et dans le monde entier en raison de son soutien immoral, inhumain et illégal à l’agression israélienne contre la bande de Gaza.

D’autre part, l’armée israélienne a été noyée dans un état de folie et de « rage ». A tel point qu’elle n’arrive plus à discerner ce qui est civil de ce qui est militaire, car elle détruit des maisons au-dessus de la tête de leurs habitants, à l’instar de ce qui s’est produit dans le camp de réfugiés de Jabalia. C’était également la même attitude lorsqu’elle a rasé des quartiers résidentiels entiers dans de nombreuses zones de Gaza et n’a même hésité ni à bombarder des hôpitaux ni à tuer des patients, comme cela s’est produit à l’hôpital Al-Ahli. L’agression et le sadisme ont été tels que les ambulances ont été ciblées et la folie s’est prolongée dans les rues, lorsqu’un groupe de personnes déplacées a été ciblé alors qu’il descendait la route côtière de Rachid. Ils étaient décimés, tandis que des rapports et des photos ont prouvé qu’ils n’avaient pas d’armes ou de munitions. Ils étaient des personnes déplacées à la recherche d’un endroit sûr pour s’abriter.

Malheureusement, il n’y a pas eu de changement tangible dans la rhétorique de l’Administration américaine à l’égard du conflit à Gaza. Une « approche aveugle » en faveur d’Israël et de son agression est toujours de mise dans la politique américaine. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de discussion du côté américain sur un cessez-le-feu global, malgré le fait que le nombre de morts palestiniens touche les 10 000.

La position de l’Egypte

Et parce que l’Egypte est consciente de la situation dans sa globalité, elle a clairement annoncé, depuis la détérioration de la situation, le 7 octobre, la nécessité de décider d’un cessez-le-feu immédiat et de s’attaquer aux racines du problème, comme l’a souligné le président Abdel-Fattah Al-Sissi dans son discours devant le Sommet du Caire pour la paix, il y a plus de deux semaines. Le président Sissi a mis en garde contre la gravité du conflit et a assuré la nécessité de renoncer aux illusions de la force et de mettre fin aux mesures unilatérales, aux colonies, à la profanation des lieux saints et au déplacement des Palestiniens de leurs maisons et de leurs villages, et de Jérusalem.

L’Egypte est le pays qui a supporté le plus le fardeau du conflit israélo-arabe et c’est le pays le plus ciblé par les conspirations depuis l’agression de 1956 jusqu’à la dernière agression contre Gaza, après les événements du 7 octobre. D’où l’avortement par l’Egypte du plan diabolique israélien de déplacement des Palestiniens de Gaza vers le Sinaï comme première étape pour liquider la cause palestinienne, en préparation d’une nouvelle phase d’illusions israéliennes en vue de l’établissement du Grand Israël du Nil à l’Euphrate.

L’Egypte a toujours été, et continue à être, aux côtés de son président, Abdel-Fattah Al-Sissi, et de son armée dans un message fort et clair de fermeté de la position égyptienne dans le soutien aux frères palestiniens et à leur droit légitime d’établir leur Etat indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale. L’Egypte a rejeté toute tentative de déplacement forcé des Palestiniens vers l’Egypte ou la Jordanie afin de préserver la cause des Palestiniens et de les aider à obtenir leurs droits légitimes à l’autodétermination et à une vie où leur dignité et leur sécurité seront sauvegardées dans le cadre d’un Etat indépendant, comme le reste des peuples du monde.

J’espère que l’Administration américaine reverra sa position aveuglément alignée sur Israël avant que la région n’explose complètement et ne se transforme en poudrière, où les intérêts américains seront grièvement endommagés sans parvenir à la paix et à la sécurité pour les peuples de la région, y compris israélien et palestinien.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique