Dimanche, 21 avril 2024
Opinion > Dernier Mot >

Dernier mot : L’hémorragie des médecins

Jeudi, 23 mars 2023

Le chiffre publié par l’ordre des Médecins sur les médecins qui ont émigré d’Egypte au cours des trois dernières années est effrayant. Il s’agit de 11000 médecins.

 Ce qui veut dire que nous sommes face à un danger de taille, surtout si ce chiffre augmente. La conséquence est que nous aurons à affronter une pénurie de médecins par rapport à la population. A l’heure où l’Egypte souffre d’une démographie galopante, elle est confrontée à l’augmentation du nombre de médecins quittant le pays à la recherche de meilleures conditions de travail. Les médecins fuient les mauvaises conditions, à la fois professionnelles et financières. Les hôpitaux, notamment publics, souffrent d’une détérioration qui ne leur permet pas de suivre le progrès mondial dans les appareils médicaux et la technologie médicale. Ajoutons à cela un niveau délabré des soins infirmiers, un nombre limité de lits par rapport au nombre d’habitants, ainsi que la hausse exorbitante des coûts des services hospitaliers. Tout ceci mène à une dégradation des services et une tension grandissante dans la relation médecin-patient et familles. Récemment, nous avons vu des scènes d’agression de médecins par des familles de malades, surtout lors de la propagation du Covid-19.

Les médecins, de leur côté, se plaignent de sous-estimation professionnelle et matérielle, ainsi que du système de travail, des règles de promotion et du niveau d’enseignement et de formation. Les statistiques indiquent que le nombre des médecins démissionnaires en 2022 a atteint 4600, un nombre très élevé étant donné que le ratio médecins-population en Egypte varie entre 8 et 9 médecins pour chaque 10000 citoyens. Un ratio bien inférieur à la moyenne mondiale de 23 médecins pour chaque 10000 citoyens. Je me souviens encore de la déclaration choquante de l’ancienne ministre de la Santé en 2021 selon laquelle 65% des médecins égyptiens travaillent à l’étranger. Ce qui prête cependant à l’optimisme est que l’actuel ministre de la Santé, Khaled Abdel-Ghaffar, est l’un des meilleurs professionnels du métier. Il a montré des capacités supérieures à plusieurs niveaux. Est-il possible que nous puissions voir bientôt des solutions radicales à cette situation dangereuse ?

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique