Dimanche, 23 juin 2024
Opinion > Opinion >

La diversification économique

Vendredi, 17 mars 2023

Selon un célèbre proverbe dans les cultures orientales et occidentales, « il ne faut pas mettre tous les oeufs dans le même panier ».

Ce conseil a été mentionné dans le célèbre roman Don Quichotte de Miguel de Cervantes, publié il y a 4 siècles. A l’opposé, l’écrivain américain Mark Twain a écrit que distribuer les oeufs dans plusieurs paniers est un gaspillage d’argent et une distraction de l’attention, et qu’il est plutôt sage de mettre tous les oeufs dans un même panier et de les surveiller attentivement. Quelles sont les raisons de ce paradoxe°? Y a-t-il une relation entre ces principes et la diversification économique°? Il faut reconnaître qu’il est courant de trouver un sens dans un proverbe et son contraire dans un autre. Donc, il n’y a pas de théorie absolue ou d’exemple inchangeable.

Au niveau des économies des Etats, il faut avant tout savoir que nous vivons dans un monde en changement continu et qu’il faut se préparer aux mutations qui surviennent par des substituts variés. Selon Adam Smith, auteur de La Richesse des nations, publié en 1776, la diversification économique n’est pas en contradiction avec les règles de spécialisation et de division du travail pour augmenter la productivité. Un intérêt croissant est accordé à la diversification économique pour deux raisons. La première est le lien entre la diversification et la hausse de la moyenne des revenus et sa croissance dans les Etats où les revenus sont bas et moyens. La seconde raison est le lien entre la diversification et la capacité d’affronter les chocs et d’élargir les sources de revenu et les revenus budgétaires dans les pays qui dépendent de ressources limitées exposées à des chocs et des changements violents. C’est le cas des produits de première nécessité dans les Etats africains, du pétrole dans les Etats du Golfe et du tourisme dans les petites îles. Ce qui nécessite des programmes de modernisation et de restructuration, en plus de l’investissement conformément aux priorités des visions 2030.

Un rapport a récemment été publié, modernisant l’indice mondial de la diversification économique. Le rapport se base sur trois composantes: le produit, le commerce international et les revenus gouvernementaux. Le rapport qui a été lancé lors du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï a remarqué que les Etats-Unis, la Chine et l’Allemagne continuent à être en tête de l’indice. Le rapport a relevé également l’impact négatif de la pandémie de Covid-19 sur la diversification économique.

Une partie du rapport a été consacrée à l’analyse de la performance des Etats producteurs des produits essentiels comme le pétrole et les denrées agricoles, et à quel point leurs croissances économiques, leurs revenus et leurs commerces ont connu des changements avec la hausse de leur dépendance de ces produits. Selon le rapport, bien que les Etats qui comptent le plus sur le secteur de l’extraction soient les plus riches au niveau mondial, les stratégies de diversification économique sont en tête de leurs intérêts. Alors que les pays africains au sud du Sahara qui produisent les produits de première nécessité et les produits d’extraction n’ont connu aucune amélioration au niveau de l’indice de la diversification économique, les Etats de l’est et du centre de l’Afrique ont connu une accélération de la diversification. Entre 2010 et 2021, les Etats du Conseil de coopération du Golfe ont connu une amélioration relative à travers la transition numérique, le rôle croissant du secteur privé et les réformes structurelles au niveau du marché du travail et de la hausse des revenus publics non pétroliers.

Si la diversification économique est devenue incontournable, les moyens de la réaliser nécessitent un investissement dans les ressources humaines et dans l’infrastructure afin de permettre aux secteurs de l’économie et de la société de résister aux chocs. Dans un contexte de défis, d’opportunités de numérisation, d’exigences et de capacités imposées par la durabilité, les Etats arabes se trouvent obligés plus que jamais de stimuler l’investissement afin d’améliorer leur compétitivité, de baisser les frais du commerce au niveau de l’importation et de l’exportation et d’adopter des systèmes globaux de transformation économique vers les produits et les services de l’avenir, en se libérant de l’inaction qui tient à des produits ne répondant plus à la demande locale et extérieure; en plus de l’activation de l’efficacité des marchés et de leur contrôle. Dans un monde où le changement est très rapide, l’investissement dans les humains et les idées est crucial pour réaliser le progrès.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique