Dimanche, 21 avril 2024
Opinion > Dernier Mot >

DERNIER MOT : Le respect des habitants

Mercredi, 14 décembre 2022

Un événement m’a arrêté. Celui des protestations des habitants du quartier de Zamalek contre le projet de construction d’un parking multi-étages dans l’un des endroits les plus calmes du quartier, à savoir la rue d’Al- Guézira Al-Wosta qui s’étend sur la rive du Nil depuis le club de Guézira jusqu’à l’hôtel Marriott. L’importance de l’information réside dans le fait que son héros n’est que la société civile, incarnée dans les habitants du quartier qui ont pu faire parvenir leur voix grâce à notre nouvelle République. Le quartier huppé de Zamalek a été également surpris l’année dernière par un projet non moins désastreux que celui du parking. Il était alors question de transformer le jardin historique d’Al-Andalous à ce qui ressemble à un parc d’attraction en y érigeant une énorme roue à cabines qui permettrait aux passagers d’admirer d’en haut la ville du Caire. Les habitants se sont opposés à l’époque au mauvais choix de ce coin tranquille de l’île de Zamalek pour y établir cet énorme projet touristique qui aurait éliminé un coin vert doté d’une dimension historique et changé son caractère tranquille. Tout comme ce projet de parking qui éliminerait les vieux arbres sur la rive du Nil, changeant par làmême la nature de cet endroit tranquille. Tout comme le projet de Cairo Eye qui a été arrêté, celui du parking doit subir le même sort. De tels projets devraient être construits dans les zones commerciales qui en ont besoin. Nous devons apprendre à respecter la vie privée des quartiers résidentiels et à préserver leur nature, comme il se passe dans les pays civilisés. Je me souviens à cet égard que mon ami Samih Sawiris m’avait dit qu’il admirait une belle région en Suisse, appelée Andermatt, située sur le mont Saint-Moritz, où il voulait établir un projet touristique qui a été favorablement accueilli par les autorités compétentes. Mais l’obstacle qui a pris beaucoup de temps à surmonter était la nécessité d’obtenir le consentement des habitants de la région. Le projet a été finalement construit — grâce auquel Samih Sawiris a obtenu la nationalité suisse honorifique — après avoir recueilli le consentement des habitants qui ont été convaincus de son utilité et des avantages qu’il apporterait à la région. C’est ainsi que les autorités exécutives respectent les peuples des pays développés. Et c’est ce qui devrait être le cas dans la nouvelle République en cours d’établissement dans notre Egypte bienaimée.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique