Samedi, 20 avril 2024
Opinion > Dernier Mot >

DERNIER MOT : Comment attirer le tourisme ?

Mercredi, 07 décembre 2022

J’ai été choqué par un rapport de l’Onu qui place l’Egypte à la 34e place sur la liste des pays touristiques du monde vu qu’elle n’accueille qu’environ 11,9 millions de touristes par an. Ceci alors que des pays qui ne jouissent pas de nos avantages touristiques nous précèdent largement, comme la Thaïlande qui occupe la 8e place avec près de 40 millions de touristes par an, la Turquie qui figure à la 6e place avec 51 millions de touristes, la Malaisie qui figure à la 14e place avec plus de 26 millions de touristes ou encore Hong Kong, la Croatie, les Emirats arabes unis, Singapour, le Maroc et autres.

Je ne m’attendais pas à ce que l’Egypte occupe la tête du classement, bien qu’elle possède tout ce qu’il faut pour cela, mais je m’attendais à ce qu’elle soit au moins parmi les 10 premiers. Cependant, le rapport publié par le Conseil mondial des voyages des Nations-Unies explique que les dix premiers pays touristiques du monde sont la France avec 90 millions de touristes, suivie par l’Espagne, les Etats-Unis, la Chine, l’Italie, la Turquie, le Mexique, la Thaïlande, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. La deuxième catégorie comprend 20 autres pays. L’Egypte ne figure que dans la troisième catégorie à la tête de laquelle viennent le Maroc puis Taïwan et la Suisse.

Cela signifie clairement que le tourisme n’est pas uniquement lié aux monuments. La France qui est la première destination touristique mondiale ne possède pas autant de monuments que l’Egypte, ni d’ailleurs les autres pays qui nous précèdent dans ce classement comme l’Allemagne, l’Autriche, la Malaisie, le Maroc, la Corée du Sud, les Emirats arabes unis ou l’Indonésie. Cependant, ces pays ont des sociétés qui attirent le tourisme et ne le repoussent pas. Malgré nos monuments, nos hôtels de luxe et nos plages ensoleillées, la mentalité salafiste, ancrée dans les esprits depuis un demi-siècle avec la bénédiction des gouvernements successifs et des médias qui ont permis aux cheikhs salafistes de devenir les stars de la télévision de l’Etat, a empêché la création d’un environnement attirant pour les touristes qui les encourage à venir l’année suivante comme en Tunisie, au Maroc, aux Emirats et en Malaisie, qui sont d’ailleurs tous des pays islamiques mais pas salafistes.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique