Samedi, 18 mai 2024
Opinion > Opinion >

Désescalade précaire irano-américaine

Mardi, 14 janvier 2020

Après quelques jours d’extrême tension, les Etats-Unis et l’Iran ont entamé, mercredi dernier, une désescalade à la suite des tirs de missiles ira­niens sur 2 bases iraqiennes abri­tant des militaires américains. Ces frappes, en représailles au meurtre par l’armée américaine le 3 jan­vier de Qassem Soleimani, chef de la force Al-Qods, ont été soi­gneusement calibrées pour ne pas causer de victimes américaines, afin d’éviter une riposte militaire que le président Trump a promise « disproportionnée ».

La réaction mesurée du régime iranien a permis à la fois d’apaiser l’indignation de l’opinion publique interne et d’offrir aux Etats-Unis la possibilité de ne pas riposter. C’est ainsi que le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a déclaré, après les tirs, que son pays ne cherchait pas l’escalade ou la guerre, alors que le président Trump a indiqué que « tout va bien ! ».

Ni Washington ni Téhéran ne veulent d’une guerre ouverte, aux conséquences incalculables. Les experts militaires américains excluent une invasion de l’Iran, comme ce fut le cas en Iraq, et soulignent qu’une éventuelle campagne militaire se résumerait à une série de frappes aériennes, navales et, très probablement, de cyber-attaques, avec peu ou pas de soldats américains sur le terrain. Des responsables américains, familiarisés avec les plans de guerre, affirment que l’objectif ne serait pas de renverser le gouver­nement et de prendre le contrôle de l’Iran— contrairement aux talibans en Afghanistan ou au pré­sident Saddam Hussein en Iraq— mais de paralyser ses forces armées, y compris la force Al-Qods, d'éliminer ses pro­grammes nucléaires et d'étouffer ce que Washington décrit comme l’influence régionale malveillante de Téhéran.

A cette offensive, l’Iran peut riposter en ciblant les bases améri­caines dans le Golfe ou en Iraq. Il peut aussi frapper les raffineries de pétrole saoudiennes ou fermer le détroit d’Ormuz en coulant un pétrolier ou deux ou en minant la voie navigable. Cela ferait monter en flèche le prix du pétrole et du gaz, et entraverait l’économie mondiale. Il est également certain que l’Iran aura recours à la guerre asymétrique, frappant potentielle­ment des cibles américaines, comme des ambassades ou des bases militaires, par le biais de ses alliés en Iraq, en Syrie, au Liban, au Yémen ou ailleurs au Moyen-Orient et en Europe.

Conscient des conséquences d’un éventuel conflit direct, Trump a entrouvert la porte à la diplomatie avec l’Iran, mais a combiné ses paroles avec l’an­nonce de nouvelles sanctions éco­nomiques contre Téhéran qui ren­dent difficile l’ouverture d’un dialogue, même indirect, permet­tant aux deux pays de sortir de leur cycle d’affrontement et de vengeance. Le locataire de la Maison Blanche a montré dans son discours qu’après 3 ans au pouvoir, il n’a toujours pas résolu le conflit entre ses deux penchants contradictoires de bellicisme et d’isolationnisme. Certes, il s’est rétracté de la politique de bord de l’abîme qui risquait de déclencher un conflit dévastateur au Moyen-Orient, en indiquant qu’il n’a pas l’intention de répondre aux attaques de missiles iraniens sur les deux bases iraqiennes où opè­rent les troupes américaines. Mais il a également promis de doubler les sanctions contre l’Iran, se tour­nant à nouveau vers l’outil écono­mique dont il est convaincu qu’il finirait par forcer la République islamique à choisir entre la ruine et la survie, ce qui impliquerait le changement de sa politique régio­nale. Il s’est toutefois abstenu de présenter une voie à suivre pour les deux pays, en conflit depuis 40 ans.

La politique du président améri­cain au Moyen-Orient au cours des derniers mois a envoyé des signaux contradictoires à Téhéran. En Syrie, où l’Iran est très engagé militairement aux côtés des forces loyalistes au président Bachar Al-Assad, Trump a retiré la petite force américaine qui était princi­palement enga­gée dans la lutte contre Daech, affirmant qu’il était temps de mettre un terme à l’implication de Washington dans les « guerres sans fin » au Moyen-Orient. Il a déci­dé de ne pas répondre mili­tairement lorsque l’Iran a abattu pour la première fois en juin dernier un drone américain dans la région du Golfe, puis a lancé en septembre une attaque de précision contre des installations pétrolières saou­diennes, laissant l’impression à Téhéran que l’allié saoudien de Washington ne valait pas la peine d’être défendu. Et puis, surprenant tout le monde, y compris ses propres conseillers militaires, Trump a ordonné le meurtre ciblé du général Qassem Soleimani, le commandant militaire le plus important de l’Iran, affirmant qu’il prévoyait des attaques contre des cibles américaines, bien que l’Administration américaine n’ait fourni que peu de détails. Cette imprévisibilité, une caractéris­tique de Trump, rend difficile tout pronostic sur sa politique future.

Une chose est sûre toutefois. L’attitude de Trump après l’at­taque de missiles iraniens corres­pond à son modèle général de politique étrangère: parler dur mais rester à l’écart des conflits armés. Cette approche, mélangée avec le propre désir de l’Iran d’éviter un conflit ouvert, a per­mis à Trump de réaliser deux objectifs de sa cam­pagne électorale : projeter la puissance des Etats-Unis à l’étranger sans avoir à faire face à des conséquences réelles, tout en apai­sant les électeurs qui l’ont soutenu en rai­son de sa promesse de retirer les Etats-Unis des « guerres sans fin » au Moyen-Orient.

Le risque est maintenant que l’ac­calmie précaire installée après les tirs de missiles iraniens sur les forces américaines en Iraq peut se révéler temporaire. Il est peu pro­bable, après la réponse mesurée de l’Iran, que ce dernier cesse ses efforts pour expulser les forces américaines de la région. A la suite de l’attaque, le Corps des Gardiens de la Révolution isla­mique— la première force de combat de l’armée iranienne— l’a qualifiée de début de son opéra­tion « Martyr Soleimani » et a déclaré que d’autres réponses seraient à venir. Il n’y a donc aucune garantie que la riposte du 7 janvier serait la fin des repré­sailles de l’Iran, et les futures opérations pourraient impliquer une action de milices pro-ira­niennes ou une cyber-attaque. L’Iran est susceptible de riposter indirectement, via ses alliés sub-étatiques, pour nuire aux intérêts américains, peut-être en tuant des diplomates américains ou des responsables militaires à l’étran­ger. Le but principal serait de pousser les Etats-Unis à se retirer d’Iraq, un pays où l’influence de Téhéran est prépondérante

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique