Jeudi, 13 juin 2024
Environnement > Climat >

Des températures plus chaudes que la normale en mai-juillet, scénario le plus probable : Météo-France

AFP , Lundi, 29 avril 2024

Weather
Un travailleur étale de la paille brûlante sur le sol dans un vignoble pour créer un écran de fumée afin de maintenir les températures au-dessus de 0°Celsius et d’empêcher les vignes de geler en raison d’une vague de froid qui frappe la région, près de Saint-Emilion, dans le sud-ouest de la France. Photo : AFP

Des conditions plus chaudes que la normale en France "sont les plus probables" pour les trois prochains mois (mai à juillet), période qui couvre le début des Jeux olympiques de Paris 2024, a indiqué lundi Météo-France.

"Un scénario plus chaud que la normale est le plus probable pour la France. Cette probabilité est plus marquée pour les régions méditerranéennes", annonce l'établissement public dans ses dernières tendances à trois mois.

Cette probabilité est évaluée à 50% pour la France métropolitaine, contre 30% pour un scénario conforme aux normales et 20% pour un scénario plus froid. Les normales météo sont calculées sur la période 1991-2020.

Concernant les précipitations, "aucun scénario n'est privilégié sur la France, et plus généralement sur l'Europe".

Ces tendances, que Météo-France met à jour chaque mois pour les trois mois suivants, coïncident avec le début des Jeux olympiques (26 juillet-11 août).

Elles indiquent un scénario le plus probable parmi les trois suivants: proche, en dessous ou au-dessus des normales saisonnières.

Mais "il est trop tôt pour prévoir les conditions météorologiques de cet été semaine par semaine", souligne Météo-France, qui met en garde contre les conclusions hâtives.

Ainsi, il est beaucoup trop tôt pour dire que l'été sera caniculaire ou non - facteur qui peut influencer l'organisation de certaines épreuves sportives.

"Prévoir un scénario plus chaud que la normale sur trois mois n'implique pas nécessairement la survenue de vagues de chaleur ou de canicules" et "les tendances climatiques à trois mois ne donnent pas d'information sur la possibilité de battre ou non des records sur la saison à venir", insiste Météo-France.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique