Jeudi, 25 avril 2024
Héritage > Archéologie >

L'Egypte s'est hâtée dans sa décision de rénover la pyramide Mykérinos : archéologue égyptien

Névine Lameï, Lundi, 05 février 2024

L'Egypte revoit sa décision concernant la rénovation de la pyramide de Mykérinos. Ce projet est vivement contesté par des archéologues égyptiens et internationaux.

Menkheres
La pyramide de Mykérinos est la plus petite des trois grandes pyramides du plateau de Guiza. Photo : AFP

 « Le fait d’annoncer le projet de revêtement de la pyramide de Mykérinos, aussi rapidement n’est pas un pas positif.  C’est ce qui a suscité une polémique », a déclaré aux médias, lundi 5 février, l’archéologue Magdy Shaker, responsable auprès du ministère du Tourisme et des Antiquités. L’annonce de la rénovation de la pyramide de Mykérinos, sur le plateau de Guizeh, avait été dénoncée par de nombreux égyptologues, égyptiens et internationaux. Ces derniers l’ont considérée comme une attaque contre le patrimoine et ont appelé l'Unesco et les universitaires à se mobiliser.

 « Il aurait fallu prendre une décision sur ce dossier avant de terminer la première phase du projet de son revêtement » ; poursuit Shaker. La phase en question consiste à réaliser une étude de faisabilité du projet, à terminer les travaux d'excavation autour de la pyramide de Mykérinos, et à visualiser ses pierres. « C’est à ce moment-là seulement, que nous pourrions décider si c’est possible ou pas de compléter le projet du revêtement de la pyramide de Mykérinos », a poursuivi Shaker.

Cet avis est également partagé par le célèbre égyptologue Zahi Hawas sur la page officielle du ministère du Tourisme et des Antiquités . Hawas est en charge du comité scientifique d'étude de ce projet, composé d'experts en ingénierie et en archéologie égyptiens, américains, tchèques et allemands, pour trancher l’affaire du revêtement de la pyramide Mykérinos.  « Une décision sera prise pour décider si ce projet de rénovation sera mené à terme », affirme le ministère égyptien des Antiquités et du tourisme, sur sa page officielle, précisant que le comité devra également se charger des « procédures nécessaire pour une coordination avec l'Unesco ».

Selon Shaker, « il existe des conventions internationales spécifiques à la restauration. Il ne faut pas toucher à un monument antique sauf si il y a une urgence pour le protéger. La restauration qui ne doit pas dépasser les 20% de l’intégrité du monument, nécessite une couleur et une pierre qui ne diffèrent de celles utilisés à l’origine ».

D’après Shaker, la mise en œuvre de la deuxième phase sera difficile et complexe. «Plusieurs questions doivent être prises en compte. Premièrement, le monument a-t-il besoin d'être restauré? Les pierres qui seront placées, affecteront-elles la forme de la pyramide ? Avons-nous assez de pierres pour remettre la pyramide telle qu'elle était ? Les gens accepteront-ils le nouveau visage de la pyramide après sa restauration ? Le problème est que nous n'avons aucune idée de quoi avait l’air la pyramide de Mykérinos, ni au Moyen Âge ni à l'époque antique ».

« La restauration de la pyramide de Mykérinos nécessite plus d'études et plus de temps », a insisté Shaker.

 Il y a une semaine, le secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes, Mostafa Waziri, avait publié une vidéo montrant des travailleurs alignant des blocs de granit sur la base de la moins haute des trois pyramides de Guizeh ; engendrant une polémique de grande envergure. .

A l’origine, la base de la pyramide de Mykérinos était recouverte de granite. Avec le temps, elle a perdu une partie de son revêtement. Le projet en cours vise à restaurer cette couche de granite afin de restituer à la pyramide à son aspect d'origine.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique