Jeudi, 13 juin 2024
Economie > Economie >

Quelles conséquences pour les nouveaux droits de douane américains sur des produits chinois?

AFP , Jeudi, 16 mai 2024

Xi, Biden
Le président Joe Biden et le président chinois Xi Jinping marchent dans les jardins. Photo : AP

En annonçant cette semaine de nouveaux droits de douane sur des produits chinois de haute technologie, le président américain Joe Biden a poussé un peu plus loin sa stratégie de confrontation, plus ou moins directe, sur le plan économique avec Pékin, au risque de voir la guerre commerciale reprendre.

Que contient l'annonce de la Maison Blanche?

Elle concerne 18 milliards de dollars d'importations chinoises, anecdotiques au regard des 427 milliards de dollars de biens et services venant de Chine en 2023, selon les données du département du Commerce américain.

Un responsable américain a précisé à l'AFP que ces droits n'étaient pas nécessairement nouveaux, certains n'étant qu'une hausse de droits préexistants, mis en place sous le mandat de Donald Trump, qui ont tous été maintenus par son successeur.

Mais l'approche se veut différente selon la Maison Blanche: plus ciblée, sur des secteurs vus comme "stratégiques", comme les véhicules électriques, les batteries pour ces véhicules, les semi-conducteurs, l'acier et l'aluminium, certains produits et équipements médicaux, les métaux critiques, principalement.

Ces décisions auront-elles un impact sur l'économie américaine?

Il devrait être "peu notable", selon une note d'Oxford Economics, dans la mesure où ils ne devraient affecter ni l'inflation, ni la croissance américaine. L'une des raisons est que les véhicules chinois sont quasiment absents du marché américain. En réalité, les voitures "made in China" les plus susceptibles d'atteindre les Etats-Unis sont des Tesla, a estimé de son côté un responsable chinois.

Mais l'impact pourrait être potentiellement plus marqué dans certains secteurs, tels que les constructeurs automobiles dès lors que les batteries sont concernées car "les entreprises chinoises dominent la fabrication des batteries mais aussi l'extraction et les chaînes d'approvisionnement en métaux critiques", a rappelé à l'AFP Paul Triolo, chercheur spécialisé sur la Chine pour Albright Stonebridge Group. Mais aussi pour les semi-conducteurs équipant leurs véhicules, a estimé pour sa part Lucas Keh, analyste pour Third Bridge, rappelant que la majorité des puces présentes dans les automobiles viennent de Chine.

Reste un possible impact, plus général: concernant la transition écologique, anticipe Joseph Majkut, directeur de recherche pour le CSIS, ce qui entraînera une augmentation des prix des produits (panneaux solaires, turbines éoliennes, batteries) alors qu'en réalité les coûts de production diminuent.

Qu'en est-il des relations entre Etats-Unis et Chine?

Pékin a vivement réagi à l'annonce: "cela affectera gravement l'atmosphère de la coopération bilatérale", a ainsi regretté le ministère chinois du Commerce dans un communiqué, qui souhaite voir les Etats-Unis "revenir immédiatement sur leurs actions erronées et annuler les mesures supplémentaires".

Lors d'une conférence de presse, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin a accusé Washington de "politiser l'économie et le commerce" et "poursuivre dans ses erreurs". La Chine "prendra toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder ses droits et intérêts légitimes", a-t-il ajouté.

Mais le véritable effort de la Chine pourrait être de "tenter d'isoler de manière efficace les Etats-Unis en les présentant comme les destructeurs du système de libre-échange", estime Bill Bishop, éditeur de la lettre d'information spécialisée Sinocism.

De l'avis de tous, il est cependant peu probable de voir Pékin répliquer par des mesures équivalentes, compte tenu de la part peu importante que cela représente dans les échanges commerciaux bilatéraux.

Où en est l'Union européenne (UE) en la matière?

La Commission européenne (CE) a ouvert une enquête sur les pratiques considérées comme déloyales des autorités chinoises, notamment les subventions qui inciteraient les entreprises chinoises à surproduire et écouler leurs produits à prix cassés sur le marché mondial, une accusation commune de la part de Washington et Bruxelles.

Pour autant, d'éventuels droits de douane européens restent un horizon lointain, en premier lieu parce que l'UE est "liée, à juste titre, aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC)", a rappelé lors d'une table ronde au PIIE de Washington Alicia Garcia Herrero, chercheuse pour l'institut Bruegel. Dans ces conditions la CE doit d'abord "apporter suffisamment de preuves que les subventions sont la cause" des prix bas des produits chinois, a-t-elle ajouté. Dans tous les cas, "en termes d'efficacité, on sera loin" de l'approche américaine.

Dernière difficulté: il faudra convaincre l'ensemble des Etats membres et certains, tels que l'Allemagne, ne sont pas favorables à des droits de douane contre les produits chinois, alors qu'ils tentent de renforcer leurs liens commerciaux avec l'empire du Milieu.

A moins que la décision américaine ne force finalement la main de Bruxelles, estime Joseph Webster, chercheur pour l'Atlantic Council, au risque de voir les produits chinois arriver encore plus massivement vers l'Europe.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique