Mardi, 16 avril 2024
Economie > Economie >

Fitch : l'accord de Ras Al-Hikma allégera les pressions sur les liquidités et facilitera l'ajustement du taux de change en Egypte

Laila Ahmed , Vendredi, 01 mars 2024

L’agence de notation de crédit prévoit une diminution du taux d'inflation en Egypte sur un an au second semestre 2024.

s
Le siège de Fitch Ratings à New York. Photo : AFP

L’accord de 35 milliards de dollars entre l’Egypte et les Emirats arabes unis pour développer Ras el-Hikma devrait alléger les pressions de liquidité extérieure et faciliter l’ajustement du taux de change, contribuant ainsi à faire avancer un accord avec le FMI qui débloquerait des financements supplémentaires, indique l’agence de notation de crédit Fitch sur sa page officielle vendredi 1er mars. 

« L’accord facilitera également un financement supplémentaire de la part d’autres partenaires multilatéraux et officiels », a ajouté Fitch. L’institution prévoit une diminution du taux d'inflation en Egypte sur un an au second semestre 2024, malgré cela le pays reste confronté à des défis économiques et financiers, a-t-elle indiqué. 

L’Egypte a reçu la première tranche de 15 milliards de dollars du partenariat égypto-émirati dans le projet de développement de Ras Al-Hikma, a annoncé le conseil des ministres dans un communiqué, vendredi. 

Quant à la deuxième tranche, de 20 milliards de dollars, elle sera reçue dans deux mois et sera divisée en 14 milliards sous forme de liquidités et 6 milliards provenant du dépôt émirati chez la BCE.

Donc au total, l’Egypte recevra une somme de 35 milliards de dollars sous forme d’investissements directs dans le cadre de ce projet. Elle aura de même droit à une part de 35 % des bénéfices du projet.

Le projet de Ras Al-Hikma s’étend sur 170 millions de mètres carrés. Il consiste en la création d’une ville futuriste au bord de la Côte-Nord sur la Méditerranée avec un énorme financement qui va accroître le potentiel urbain et touristique de l’Egypte et l’aider à sortir de sa crise économique actuelle.

Il renferme des quartiers de résidence, une zone d’affaires et une zone technologique, une marina pour accueillir les navires touristiques et les yachts et vise à attirer 8 millions de touristes par an.

Un nouvel aéroport sera de même construit et géré par le ministère égyptien de l’Aviation et l’entreprise internationale d’Abu Dhabi, pour servir la région.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique