Mardi, 16 avril 2024
Economie > Economie >

L'Egypte prévoit 7,5 milliards de dollars d'investissements étrangers dans le secteur pétrolier en 2024-2025: Ministre

Dalia Farouq , Mardi, 20 février 2024

Le ministre du Pétrole et des Ressources minérales explique que l’Egypte essaie de créer un équilibre entre l’exportation de gaz et les revenus en devises, et les besoins du marché intérieur.

tarek el molla
Le ministre du Pétrole et des Ressources minérales, Tarek Al-Molla. photo: ministère du Pétrole et des Ressources minérales.

L’Egypte vise à augmenter l’investissement total des étrangers dans le secteur du pétrole et du gaz de 25 % afin d’atteindre 7,5 milliards de dollars au cours de l’exercice 2024-2025, contre 6 milliards de dollars prévus au cours de l’exercice en cours, selon le ministre égyptien du Pétrole et des Ressources minérales, Tarek El-Molla.

Dans une interview avec le site Asharq Bloomberg en marge de la conférence "EGPES 2024", El-Molla a précisé que les investissements étrangers dans le secteur ont atteint 5,6 milliards de dollars en 2022-2023, contre 4,7 milliards de dollars il y a un an.

Selon le ministre, la découverte du gisement de Zohr en 2015 a contribué à l’ouverture de l’appétit des investisseurs pour travailler dans le secteur gazier égyptien et a augmenté le nombre de puits découverts. L'Egypte a cessé d'importer le gaz complètement à partir de septembre 2019 pour se convertir même en exportateur.

Baisse de la production du gaz naturel

El-Molla a souligné que la production de gaz naturel de l’Egypte se situe actuellement à 5,5 milliards de pieds cubes. Une baisse de 5% par rapport aux chiffres de 2023 et d’environ 25% par rapport au record de 7,2 milliards de pieds cubes en septembre 2021.

Par ailleurs, les exportations de gaz naturel de l’Egypte ont augmenté de 14,3 % en 2022 pour atteindre 8 millions de tonnes, générant 8,4 milliards de dollars en 2022, soit une hausse de 140 % par rapport à l’année précédente. Quant aux chiffres de 2023, ils n’ont pas été encore annoncés.

Le ministre a attribué la baisse des niveaux de production de gaz naturel au « vieillissement des champs et des puits ». Et d’ajouter : « Nous essayons de contenir cette réduction ».

El-Molla a aussi ajouté que les événements géopolitiques ont eu un impact négatif sur les nouveaux travaux d’exploration.

Le ministre du Pétrole a précisé que l'Egypte va arrêter ses exportations en été pour satisfaire la demande du marché local, mais il a dit que le gouvernement essaie de créer un équilibre entre l’exportation de gaz et ses revenus en devises étrangères, d'une part, et les besoins du marché intérieur de l'autre. El-Molla a clarifié qu’il y a un minimum d’exportations auxquelles nous sommes engagés.

L’Egypte passe par une pénurie de devises et l'exportation du gaz naturel fait partie de ses plus importantes sources de devises étrangères.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique