Samedi, 20 avril 2024
Economie > Economie >

Le chef de l’Autorité du canal de Suez s'est entretenu avec les représentants des compagnies et agents maritimes

Dalia Farouq , Dimanche, 28 janvier 2024

Rabie a souligné l’importance de la réunion, qui fait office de plate-forme de dialogue avec les partenaires du secteur, ce qui reflète la volonté de l’Autorité du canal de Suez d’ouvrir des canaux de communication directs avec ses clients pour discuter de leurs besoins.

s
Archives. Un porte conteneur traversant le Canal de Suez. Photo : AFP

Le général Osama Rabie, chef de l’Autorité du canal de Suez, s’est réuni, dimanche 28 janvier, au siège de l’Autorité au gouvernorat d’Ismaïlia, avec les représentants de 15 compagnies et agents maritimes afin de discuter des répercussions de la situation actuelle dans la région de la mer Rouge et de son impact sur le marché du transport maritime, selon un communiqué de l’Autorité.

Rabie a souligné l’importance de la réunion, qui fait office de plate-forme de dialogue avec les partenaires du secteur, ce qui reflète la volonté de l’Autorité du canal de Suez d’ouvrir des canaux de communication directs avec ses clients pour discuter de leurs besoins.

« L’intérêt de nos clients est au cœur de nos préoccupations. Nous essayons de réduire l’impact des conditions actuelles sur le mouvement du commerce international dans le canal en fournissant un ensemble de services adaptés aux besoins des navires en transit que ce soit dans les conditions normales ou en cas d’urgence », a noté le chef de l’Autorité du Canal de Suez.

Et d’ajouter que le canal est une partie intégrante du commerce mondial. Il représente 12% du commerce mondial et 25% du commerce mondial des conteneurs. Il a affirmé que la situation actuelle pose de nouveaux défis aux chaînes d’approvisionnement mondiales, compte tenu de la durée accrue des voyages et des frais élevés d’expédition et d’assurance, ce qui a un impact direct sur les chaînes d’approvisionnement mondiales et sur la hausse des prix des biens. Sans oublier l’impact négatif sur l’environnement dû à la consommation de plus grandes quantités de carburant par les navires qui empruntent des voies alternatives.

Hany El-Nady, représentant du Groupe MAERSK au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, s’est félicité des efforts déployés par l’Autorité du canal de Suez pour établir une communication efficace avec les clients. Le groupe MAERSK souhaite le retour de ses navires au canal de Suez, une fois les conditions stabilisées surtout que le Groupe est directement affecté par la crise actuelle.

Quant à Ehab Banan, Président de Clarkson, il a exposé la volonté de certaines compagnies maritimes d’obtenir des réductions compte tenu du coût élevé de l’assurance sur les lignes opérant dans la région de la mer Rouge et de Bab El-Mandeb. Il a notamment proposé que la réduction soit liée à la taille du fret.

En revanche, Ahmed Khalil, représentant de Venmar, a estimé que la crise actuelle est liée à la sécurité et n’a rien avoir avec l’économie. Quant à Ezzedine Labib, directeur des opérations de MSC Shipping Line, il a affirmé que le canal de Suez restera la principale voie de navigation du groupe, qui a réduit le nombre de ses voyages en mer Rouge à cause des tensions qui sévissent dans cette région.

Avec les attaques des Houthis contre les navires en mer Rouge, la plupart des compagnies de transport maritime ont suspendu le transit de leurs navires dans le détroit de Bab El-Mandeb, ce qui a profondément affecté la navigation dans le canal de Suez.

D’après les statistiques du FMI, le transport maritime via le canal de Suez a diminué de 35 % durant la première semaine de janvier, comparé à la même période l’année dernière

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique