Mardi, 25 juin 2024
Economie > Energie >

L’Egypte étudie la réduction du coût de production de l'hydrogène vert

Ahraminfo , Dira Maurice , Samedi, 23 décembre 2023

L’Egypte revoit les scénarios de réduire l’importation des produits pétroliers, dans le cadre de la transition vers l'énergie durable.

Wind farm
Le parc éolien de Zaafarana. Photo: AFP

Le président Abdel Fattah Al-Sissi a suivi, samedi 23 décembre, les derniers efforts du gouvernement pour mettre en œuvre la stratégie nationale de l'hydrogène vert, souligne le porte-parole de la présidence, Ahmed Fahmy.

Et ce, lors de sa réunion avec le premier ministre, Mostafa Madbouly, le ministre de l'Electricité et des Energies renouvelables, Mohamed Shaker, et Tarek El-Molla, ministre du Pétrole et des Ressources minérales.

Sissi a revu le plan d'action au cours de la phase prochaine aux niveaux exécutif et législatif, visant à faire de l'Egypte l'un des principaux pays au monde en matière d'hydrogène à faible émission de carbone.

A cet égard, le rôle que jouera l'Etat dans la réduction du coût de la production d'hydrogène, ainsi que les scénarios de réduire l’importation des produits pétroliers ont également été discutés au cours de la réunion.

Le président a ordonné de commencer à mettre en œuvre les projets convenus et à leur fournir l'infrastructure nécessaire.

Le gouvernement égyptien a commencé en juillet 2021 l’élaboration de la stratégie nationale de production de l’hydrogène vert.

L’Egypte a déjà franchi des pas importants sur cette voie, 11 projets sont actuellement en construction, d’une capacité de 10,3 gigawatts.

En plus, un projet de loi visant à présenter des incitations à l’investissement dans l’hydrogène vert est en cours d’étude et de nombreux accords avec des partenaires étrangers ont été signés.

La stratégie égyptienne concernant les énergies renouvelables permettra de créer davantage d'opportunités d'emploi et d'augmenter le revenu national dans les années à venir.

Selon les chiffres avancés par le Conseil des ministres, l’hydrogène vert devrait ajouter entre 10 et 18 milliards de dollars au PIB de l’Egypte d’ici 2050 et créer près de 100 000 nouveaux emplois.

Le gouvernement égyptien avait signé, mercredi 20 décembre, un accord pour développer un projet d’hydrogène vert dans la Zone économique du Canal de Suez (SCZone), avec la société saoudienne ACWA Power.

La valeur de cet accord s’élève à plus de 4 milliards de dollars avec une capacité de production de plus de 600 000 tonnes d’ammoniac vert par an pour la première phase du projet.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique