Samedi, 13 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Ralentissement économique

Gilane Magdi , Samedi, 29 avril 2023

Le FMI a révisé à la baisse ses perspectives de croissance pour la région MENA en 2023. Explications.

Ralentissement économique

Dans son dernier rapport sur les perspectives économiques mondiales publié ce mois-ci, le Fonds Monétaire International (FMI) a révisé à la baisse ses prévisions de croissance en 2023 pour l’Egypte. L’institution monétaire prévoit une croissance mondiale de 2,8 % en 2023, un léger recul par rapport à son estimation précédente, qui date de janvier. « Nous sommes face à une économie qui continue à récupérer après les chocs de ces dernières années, notamment la pandémie, mais également l’invasion russe de l’Ukraine. Et nous observons une reprise graduelle », a expliqué le chef économiste du FMI, Pierre-Olivier Gourinchas, lors d’une conférence de presse le 14 avril. Selon les prévisions du FMI, le taux de croissance de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) devrait ralentir à 3,1 % cette année, contre 5,3 % l’année dernière.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à Washington dans le cadre des réunions du printemps du groupe de la Banque Mondiale (BM) et du FMI, le directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, Jihad Azour, a indiqué que le PIB réel de la région avait augmenté de 5,3 %, en raison d’une forte demande intérieure et d’un rebond de la production pétrolière. « Cependant, la croissance devrait ralentir cette année à 3,1 % en raison des politiques strictes visant à rétablir la stabilité macroéconomique, mais aussi à cause de la réduction de la production pétrolière prévue par l’Opep+ et les conséquences de la récente détérioration des conditions financières mondiales », a-t-il noté.

Le taux de croissance des pays exportateurs de pétrole devrait chuter de 5,7 % et passer à 3,1 % en 2023. La croissance sur les marchés émergents de la région MENA devrait baisser de 5,1 % et passer à 3,4 % cette année, tandis que les pays à faibles revenus devraient connaître un taux de croissance de 1,3 % cette année. Ils sont aux prises avec des difficultés macroéconomiques et la hausse des prix des produits de base, a indiqué le responsable du FMI. « Ces projections reflètent les développements antérieurs à la réduction de la production pétrolière de l’Opep+ annoncée il y a quelques semaines », a ajouté Jihad Azour.

Les membres de l’Opep+ ont surpris le marché et ont indiqué qu’ils procéderaient à une réduction volontaire de la production de pétrole de 1,16 million de barils par jour à compter du mois de mai cette année.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique