Jeudi, 22 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Un soutien émirati à la Bourse égyptienne

Gilane Magdi , Mercredi, 20 avril 2022

L’acquisition par le Fonds souverain émirati ADQ des parts dans des entreprises égyptiennes augmentera les liquidités en dollars et attirera des investisseurs arabes à la Bourse égyptienne.

Un soutien émirati à la Bourse égyptienne
La transaction encouragera les institutions arabes à investir en Bourse d’Egypte. (Photo : Reuters)

La semaine dernière, le Fonds souverain émirati (Abu-Dhabi Wealth Fund, ADQ) a acquis des parts publiques dans 5 entreprises égyptiennes cotées en Bourse pour une valeur de 1,85 milliard de dollars. La liste comprend de grands noms opérant dans des secteurs-clés de l’économie égyptienne : la plus grande banque privée égyptienne CIB, la plateforme de transformation numérique et de paiements électroniques Fawry, Alexandria Container & Cargo Handling Company, la société d’engrais Abu Qir et Misr Fertilizers Production Company (MOPCO). « Les récentes acquisitions témoignent de notre engagement à renforcer notre partenariat d’investissement avec l’Egypte à long terme et à continuer à investir dans des projets économiquement profitables », a déclaré le directeur général d’ADQ, Mohamed Hassan Alsuwaidi.

La conclusion de cette transaction intervient dans le cadre du partenariat stratégique de 2019 entre Le Caire et Abu-Dhabi, visant à créer une plateforme d’investissement en Egypte de 20 milliards de dollars (voir encadré).

Le 12 avril, la Bourse égyptienne a publié les détails des acquisitions en termes de parts acquises et de leurs valeurs. Le fonds a acquis 18,59 % dans la CIB pour une valeur de 987 millions de dollars, 12,6 % du capital de Fawry pour 68,6 millions de dollars et 32 % dans la société Alexandria Container & Cargo Handling Company pour 186 millions de dollars. « De même, le fonds a acquis des parts importantes dans deux entreprises industrielles importantes : 21 % du capital de la société d’engrais Abu Qir pour une valeur de 391 millions de dollars et 20 % du capital de la société Misr Fertilizers Production Company (MOPCO) pour 266,5 millions de dollars », selon le communiqué publié par la Bourse égyptienne.

Les montants des acquisitions sont en dessous des estimations des banques d’investissement, à l’exemple de la banque d’investissement Prime. « Les prix sont quelque peu bas et ne reflètent pas la valeur réelle des entreprises », a noté à l’Hebdo Amr Al-Alfy, directeur du département des recherches auprès de la banque d’investissement Prime, en donnant l’exemple de l’action de la banque CIB qui a été vendue à 49,37 L.E. dans la transaction, alors que son prix estimé par Prime est de 72 L.E. « De même, l’action de la société Alexandria Containers a été vendue à 6,15 L.E., alors que son prix estimé est de 7,40 L.E. », ajoute Al-Alfy. Pour sa part, Hanan Ramses, directrice du département d’analyse économique auprès de la société de courtage Al-Horrya, a justifié à l’Hebdo la baisse des prix d’exécution des acquisitions par rapport aux prix réels des actions. « Les prix des acquisitions ont été conclus à partir d’un prix de dollar de 15,70 L.E. et d’après les cours des actions en Bourse pendant les trois derniers mois », explique-t-elle.

Un message aux investisseurs arabes

Même si les prix d’exécution sont au-dessous des estimations des analystes, la conclusion de cette transaction importante aura des impacts positifs sur le marché financier souffrant des répercussions de la guerre en Ukraine. « L’arrivée d’ADQ en tant qu’investisseur à long terme reflète surtout l’importance d’investir à la Bourse égyptienne et donne un message important aux autres fonds arabes sur l’attraction d’investir dans le marché financier égyptien », a noté Amr Al-Alfy, ajoutant que le Fonds d’Abu-Dhabi fournira des liquidités en dollars, ce qui compensera la chute des investissements étrangers, sous l’effet de la guerre en Ukraine, et la hausse des intérêts sur le dollar. « Au cours des derniers mois, les investisseurs étrangers ont liquidé leurs portefeuilles d’investissements en vendant les titres principaux inclus dans l’indice des actions les plus actives de la Bourse EGX 30 », a noté Al-Alfy, écartant la possibilité du retour des investisseurs étrangers au marché financier à l’heure actuelle. « Les étrangers seront sans doute remplacés par les Arabes au cours de la prochaine période », prévoit-il.

Selon le rapport trimestriel publié sur le site électronique de la Bourse égyptienne, les fonds d’investissement étrangers ont effectué des ventes nettes de 5,86 milliards de L.E. des actions égyptiennes. Quant aux institutions arabes, elles ont réalisé des achats nets de 797 millions de L.E. au cours des trois premiers mois de cette année.

 Le Fonds ADQ en Egypte

L’ADQ est un investisseur de long terme dans l’économie égyptienne. Depuis trois ans, le Fonds d’Abu-Dhabi et le Fonds souverain égyptien ont créé une plateforme d’investissement stratégique de 20 milliards de dollars. Depuis le lancement de cette plateforme, l’ADQ a réalisé un certain nombre d’investissements et de partenariats stratégiques qui ont généré de solides rendements financiers, dans le but de fournir des avantages commerciaux et une croissance durable. En décembre 2021, le fonds a ouvert un bureau au Caire à travers lequel il a réalisé plusieurs acquisitions sur le marché égyptien. L’ADQ avait acquis une participation de 85,5 % dans Sixth of October for Development and Investment (SODIC) par le biais d’un consortium comprenant Aldar Properties. De même, il a fait une acquisition de la compagnie pharmaceutique Amoun, pour 740 millions de dollars.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique