Samedi, 13 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Gaza : la "pause" israélienne n'a eu "aucun impact" sur l'aide humanitaire (OMS)

AFP , Vendredi, 21 juin 2024

Gaza
Des Palestiniens dans les ruines d'une école de l'Unrwa servant d'abri à des déplacés et endommagée par des bombardements israéliens, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza. Photo : AFP

La "pause" quotidienne annoncée par l'armée israélienne pour les opérations dans le sud de la bande Gaza n'a eu "aucun impact" sur l'arrivée de l'aide humanitaire, a affirmé vendredi un responsable de l'OMS pour les territoires palestiniens occupés.

"Nous, les Nations Unies, pouvons dire que nous n'avons constaté aucun impact sur l'arrivée de l'aide humanitaire depuis cette annonce, je dirai unilatérale, de cette pause technique", a déclaré le docteur Richard Peeperkorn, lors du briefing régulier de l'ONU à Genève.

L'armée israélienne avait annoncé, dimanche 16, son intention d'observer jusqu'à nouvel ordre une pause dans ses opérations dans une zone du sud de Gaza pour faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire dans le territoire palestinien dévasté par plus de huit mois de guerre et menacé de famine.

L'ONU a salué l'annonce d'une telle pause, pourvu qu'elle facilite l'acheminement des aides. 

"Nous saluons cette annonce mais bien entendu, cela ne s'est pas encore traduit par une aide accrue pour les personnes dans le besoin", a souligné Jens Laerke, le porte-parole de l'agence onusienne pour les situations d'urgence (Ocha) à l'AFP dans un courriel.

Il a souligné les conditions extrêmement difficiles dans lesquelles vit la population de la bande de Gaza assiégée, où ne rentre qu'une aide humanitaire très insuffisante depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement de Hamas.

"Les opérations humanitaires à Gaza doivent être pleinement facilitées et tous les obstacles doivent être levés. Nous devons être en mesure d'acheminer l'aide en toute sécurité dans tout Gaza", a expliqué le porte-parole.

L'ONU réclame que les mouvements humanitaires soient prévisibles et accélérée et que les routes soient opérationnelles. Elle demande également l'autorisation d'entrée régulière de carburant, la fourniture d'équipements de communication et le matériel logistique nécessaires longtemps refusé par les autorités israéliennes.

"Et surtout, la question de l'Etat de droit doit être abordée immédiatement", souligne encore M. Laerke, selon qui "le désespoir et la rareté de l'aide ont conduit à un effondrement quasi total de l'ordre public".

La guerre d'israël à Gaza a fait 37.431 morts, majoritairement des enfants et des femmes, selon des données du ministère de la Santé à Gaza.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique