Jeudi, 13 juin 2024
International > Monde >

Réunion en Iran de "l'axe de résistance" anti-Israël en marge des funérailles de Raïssi

AFP , Jeudi, 23 mai 2024

s
Cercueils du président Ebrahim Raisi et de ses compagnons tués dans un accident d’hélicoptère dimanche, lors de leur cérémonie funèbre dans la ville de Mashhad, en Iran. Photo : AFP

Des chefs des groupes de "l'axe de la résistance" ont débattu de la guerre à Gaza entre Israël et le Hamas au cours d'une réunion mercredi à Téhéran, en marge des funérailles du président iranien, Ebrahim Raïssi, ont annoncé jeudi des médias officiels.

L'"axe de la résistance" rassemble les alliés de l'Iran dans la lutte contre Israël, notamment le Hamas, le Hezbollah, les rebelles yéménites houthis et des groupes chiites irakiens.

Les chefs de ces mouvements se sont réunis après avoir assisté aux cérémonies organisées mercredi à Téhéran pour rendre hommage au président Raïssi, décédé dimanche dans un crash d'hélicoptère dans le nord-ouest de l'Iran.

"Lors de cette réunion, la situation politique, sociale et militaire à Gaza (...) et le rôle de l'axe de résistance ont été discutés", a indiqué la télévision d'Etat Irib.

La tenue de la réunion a été également annoncée par la chaîne Al Manar du Hezbollah, qui a diffusé des photos.

"La poursuite du jihad et de la lutte jusqu'à la victoire complète de la résistance palestinienne à Gaza, avec la participation des groupes de l'axe de la résistance a été affirmée" par les participants, selon Irib.

Pour l'Iran, étaient présents à la réunion le général Hossein Salami, commandant des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique, ainsi que le général Esmaïl Qaani, commandant de la Force Qods, la branche des opérations extérieures des gardiens.

Ont également participé, le porte-parole des houthis, Mohammed Abdul Salam, le numéro deux du Hezbollah, Naïm Qassem, et le chef politique du Hamas, Ismail Haniyeh, qui avait été auparavant reçu par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei. Des représentants du Jihad islamique et de groupes irakiens y ont aussi assisté, selon l'agence Fars.

Depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre, le chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amir-Abdollahian, lui aussi décédé dans le crash d'hélicoptère, avait multiplié les déplacements dans la région, notamment au Liban et en Syrie, alors que Téhéran s'affichait comme le premier soutien du Hamas.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique