Mercredi, 19 juin 2024
International > Monde Arabe >

Ryad et Doha saluent la reconnaissance de l'Etat palestinien par trois pays européens

AFP , Mercredi, 22 mai 2024

s
Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammad Bin Salman. Photo : AFP

L'Arabie saoudite et le Qatar ont salué mercredi la décision de reconnaître l'Etat de Palestine annoncée par trois pays européens, et appelé d'autres pays à faire de même.

Ryad "salue la décision positive" annoncée par la Norvège, l'Espagne et l'Irlande, a déclaré le ministère saoudien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ryad "apprécie" cette initiative qui "souligne le consensus international sur le droit inhérent au peuple palestinien à l'autodétermination, et appelle d'autres pays à prendre la même décision", a-t-il ajouté.

Chef de file des pays arabes du Golfe et un poids lourd du Moyen-Orient, la monarchie pétrolière qui abrite deux des sites les plus saints de l'islam, a toujours défendu la cause palestinienne et n'a jamais reconnu Israël.

En septembre dernier, le prince héritier et dirigeant de facto du royaume, Mohammed ben Salmane, s'était dit proche d'un accord qui verrait son pays normaliser les relations avec Israël en échange de garanties de sécurité et une assistance américaines.

Mais depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza, les responsables saoudiens conditionnent un tel accord à des mesures "irrévocables" en faveur de la création d'un Etat palestinien.

La décision de la Norvège, de l'Espagne et de l'Irlande, annoncée mercredi de manière coordonnée, est "une étape importante en faveur de la solution à deux Etats", a réagi de son côté le Qatar, un autre pays du Golfe.

Doha, qui joue le rôle de médiateur entre Israël et le Hamas, a dit espérer aussi voir d'autres pays prendre des initiatives similaires.

Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Jasem Mohamed Albudaiwi, a pour sa part salué une "étape cruciale et stratégique vers la réalisation de la solution à deux Etats" palestinien et israélien vivant côte à côte dans la paix et la sécurité.

Israël, en revanche, a vivement dénoncé la démarche et annoncé le rappel "pour consultations" de ses ambassadeurs dans les trois pays européens.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique