Mardi, 23 avril 2024
International > Monde >

Taïwan affirme que le bateau chinois a "chaviré" en cherchant à éviter une inspection

AFP , Jeudi, 22 février 2024

s
les garde-côtes taïwanais inspectent le navire qui a chaviré lors d'une poursuite au large de l'archipel de Kinmen à Taiwan, le mercredi 14 février 2024. Photo AP

Les responsables des garde-côtes de Taïwan ont affirmé jeudi qu'un hors-bord chinois qui a chaviré la semaine dernière avait "perdu sa stabilité", à la suite d'une collision avec un de leurs bateaux, en cherchant à éviter une inspection.

"Pendant la poursuite, qui a duré environ une minute ou plus (...), le bateau chinois a zigzagué pour s'éloigner de notre patrouilleur", a déclaré aux journalistes Chen Chien-wen, responsable des garde-côtes de Taïwan.

"Le bateau a tourné brusquement vers la droite, ce qui a amené sa poupe à heurter l'avant droit de notre patrouilleur... Le hors-bord chinois a perdu l'équilibre et a chaviré", a-t-il ajouté.

Les autorités chinoises ont accusé Taipei de "chercher à se soustraire à ses responsabilités et à cacher la vérité" sur l'incident, au cours duquel deux Chinois sont morts.

Un rescapé a même assuré à un média d'Etat chinois que le bateau avait été percuté par le navire des garde-côtes taïwanais.

Le 14 février, ce hors-bord avait été pris en chasse par les garde-côtes taïwanais pour avoir, selon eux, pénétré dans les eaux de Kinmen, un petit archipel administré par Taipei mais situé à seulement cinq kilomètres de la ville de Xiamen, dans la province chinoise du Fujian.

Lors de la collision, les quatre personnes à bord sont tombées à l'eau et deux d'entre elles ont perdu la vie. Les deux autres, secourues, ont été détenues avant de pouvoir regagner mercredi la Chine continentale.

L'incident s'est produit dans un contexte de tensions accrues entre la Chine et Taïwan, une île autonome que Pékin revendique comme faisant partie de son territoire.

Taïwan a exhorté la Chine à lui donner le temps d'enquêter après que le Bureau des affaires de Taiwan à Pékin a condamné un "traitement brutal" (infligé) à des pêcheurs.

"Tout le monde devrait attendre patiemment les résultats de l'enquête menée par notre système judiciaire", a déclaré Jan Jyh-horng, porte-parole du Conseil des affaires continentales de Taïwan.

"Nous espérons qu'ils (la Chine) respecteront notre système judiciaire", a-t-il ajouté devant des journalistes.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique