Mardi, 16 juillet 2024
Dossier > Iran >

Multiples réactions à travers le monde

Sabah Sabet , Mercredi, 22 mai 2024

Entre les messages sobres de condoléances et ceux ouvertement affligés et solidaires de l’Iran, les réactions à la mort de Raïssi sont multiples. Compte rendu.

Multiples réactions à travers le monde
(Photo : AP)

Etats-Unis

Le défunt président iranien « était un homme qui avait beaucoup de sang sur les mains (...), responsable de violations atroces des droits de l’homme », a commenté un porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby. Avant cela, le Département d’Etat avait présenté les « condoléances » des Etats-Unis dans un communiqué. « Nous réaffirmons notre soutien au peuple iranien et à sa lutte pour les droits de l’homme et les libertés fondamentales », a-t-il ajouté.

Russie

Le président russe, Vladimir Poutine, a rendu hommage au président iranien en le qualifiant de « politicien remarquable » et de « véritable ami » de la Russie. « Ebrahim Raïssi a apporté une contribution personnelle inestimable au développement des relations de bon voisinage entre nos pays et a déployé de grands efforts pour les amener au niveau du partenariat stratégique », a indiqué Poutine dans un télégramme de condoléances diffusé par le Kremlin.

Chine

Le président chinois, Xi Jinping, a qualifié la mort de Raïssi de « tragique » et de « grande perte pour le peuple iranien ». « Le peuple chinois avait perdu un bon ami », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse.

Union européenne

« L’UE exprime ses sincères condoléances pour la mort du président Raïssi et du ministre des Affaires étrangères Abdollahian, ainsi que d’autres membres de leur délégation et de l’équipage. Nos pensées vont à leurs familles », a indiqué le président du Conseil européen, Charles Michel, sur le réseau social X.

Pays du Golfe

Jassem Al-Budaiwi, secrétaire général du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), qui regroupe six pays, a réaffirmé « la solidarité du CCG avec le gouvernement et le peuple iraniens dans ces circonstances difficiles ». L’Arabie saoudite, qui a renoué ses liens avec Téhéran l’an passé après une longue brouille, a présenté ses condoléances au chef par intérim de l’exécutif, Mohammad Mokhber, lors d’un communiqué publié par l’agence de presse officielle saoudienne. Les Emirats arabes unis, qui ont eux aussi renoué des liens avec Téhéran après des années de tension, sont « solidaires de l’Iran en ces temps difficiles », a déclaré le président émirati, Mohammed bin Zayed, sur le réseau social X. Egalement sur X, l’émir du Qatar, Tamim bin Hamad Al-Thani, a qualifié la nouvelle de « douloureuse » et a exprimé ses « sincères condoléances au gouvernement et au peuple de la République islamique d’Iran ».

Turquie

« Je prie pour la miséricorde de Dieu pour mon cher collègue et frère » Ebrahim Raïssi, a déclaré le président Recep Tayyip Erdogan. Il a annoncé un jour de deuil national.

Syrie

« Nous avons oeuvré avec le président défunt pour que les relations stratégiques qui lient la Syrie et l’Iran demeurent toujours prospères », a affirmé le président syrien, Bachar Al-Assad, dans son message adressé aux dirigeants iraniens. « La Syrie est solidaire de la République islamique d’Iran ».

Hamas

« Nous partageons la tristesse et la douleur du peuple frère iranien » après cet accident ayant coûté la vie à l’ayatollah Raïssi, à son ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, et à d’autres responsables de la République islamique, dont le Hamas a pu apprécier « le soutien à la résistance palestinienne et les efforts incessants de solidarité » avec les Palestiniens depuis le début de la guerre en cours à Gaza avec Israël, a écrit le mouvement dans un communiqué.

Houthis

« C’est une perte non seulement pour l’Iran, mais aussi pour l’ensemble du monde islamique, la Palestine et Gaza », a déclaré Mohammed Abdelsalam, porte-parole des groupes rebelles soutenus par l’Iran, sur le réseau social X, ajoutant que les Palestiniens avaient « grand besoin de la présence d’un tel président qui continuait à défendre leur droit à la liberté ».

Hezbollah

« Le président martyr était pour nous un grand frère, un appui solide (…) et un protecteur des mouvements de résistance », a affirmé le puissant Hezbollah au Liban qui a présenté ses condoléances aux dirigeants iraniens tout en qualifiant Raïssi de « protecteur des mouvements de résistance » contre Israël dans la région.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique