Jeudi, 13 juin 2024
Dossier > Dossier >

Les services bancaires pour tous

Racha Darwich , Mercredi, 28 février 2024

Dans le cadre de la politique gouvernementale pour l’inclusion financière, le secteur bancaire a pris des mesures qui ont permis de doubler le nombre des clients handicapés en 2023.

Les services bancaires pour tous

Le terme d’inclusion financière s’est largement répandu après la crise financière mondiale de 2008, qui a forcé les institutions financières internationales à élaborer des stratégies pour réaliser la stabilité financière. De nombreux pays ont adopté des politiques visant à réaliser l’inclusion financière en permettant au plus grand nombre de personnes à faible revenu d’accéder à des services financiers et à des produits bancaires à un coût modéré afin de répondre à leurs besoins et d’éviter leur marginalisation financière. Pour les personnes handicapées, l’inclusion financière représente un droit économique fondamental qui leur assure la liberté de gérer leurs fonds et le droit d’obtenir des services bancaires et financiers en toute facilité.

Partant de ce principe, la Banque Centrale d’Egypte (BCE) organise chaque année en décembre, à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, une série d’activités qui visent à renforcer la culture financière et à promouvoir les produits et services bancaires qui leur sont offerts. D’autre part, en septembre 2021, la BCE a émis des instructions pour faciliter l’accès des personnes handicapées aux services et produits bancaires, dans le cadre des objectifs de l’inclusion financière au service de tous les segments de la société, conformément à la Vision de l’Egypte 2030. C’est ainsi que le secteur bancaire a oeuvré à assurer l’infrastructure nécessaire à la prestation des services aux personnes handicapées.

Le nombre de succursales bancaires équipées pour les personnes handicapées a alors atteint 848 à la fin 2023, soit 18 % du nombre total des succursales, ainsi que 4 950 Distributeurs Automatiques de Billets (DAB) équipés d’un éclairage approprié et de numéros en braille, soit 22 % du nombre total des distributeurs déployés dans tous les gouvernorats, alors que la norme mondiale est de 10 %. Les différents produits bancaires sont également traduits en langue des signes ; ils sont projetés sur des écrans dans les succursales et sont disponibles sur les sites des banques et leurs pages sur les réseaux sociaux. De nombreux programmes spéciaux ont été créés pour encourager les personnes handicapées à profiter de divers produits bancaires tels que les prêts, les cartes de débit comme la carte « Meeza » et les cartes de crédit.

Par ailleurs, quelque 7 060 employés des banques ont reçu des formations pour utiliser le langage des signes, alors que les contrats d’ouverture de compte ou d’obtention de crédit ont été traduits en braille afin de préserver la confidentialité des transactions financières des personnes malvoyantes et d’assurer leur autonomie. En plus, les banques égyptiennes acceptent l’utilisation des sceaux et des empreintes digitales comme alternative à la signature. Elles assurent également le système du guichet unique aux personnes handicapées pour leur permettre d’obtenir les services bancaires rapidement et facilement.

Des banques offrent de même la possibilité au personnel bancaire de faire des visites à domicile aux personnes handicapées pour effectuer leurs services bancaires. C’est ainsi que les banques ont réussi à atteindre plus rapidement les personnes handicapées, en particulier dans les zones reculées, en coopération avec le Conseil national des droits de l’homme et les organisations de la société civile. Selon la BCE, ces efforts ont permis de doubler le nombre de clients handicapés dans les banques égyptiennes en 2023.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique