Samedi, 20 avril 2024
Dossier > Intelligence Artificielle >

L’Egypte se met à l’heure de l’IA

May Atta , Mercredi, 07 février 2024

L’Egypte a lancé des initiatives pour former les futures générations aux domaines de l’Intelligence Artificielle (IA) et des technologies de l’information.

L’Egypte se met à l’heure de l’IA

Dans l’objectif de préparer une génération de spécialistes dans le domaine de l’Intelligence Artificielle (IA), des technologies modernes du secteur des télécommunications et des technologies de l’information, capables d’être compétitifs aux niveaux local, régional et mondial et de participer de manière efficace à la construction de l’Egypte numérique, le ministère des Télécommunications et des Technologies de l’information a lancé l’initiative « Générations numériques égyptiennes » (DEG).

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’axe « Construire l’humain égyptien », qui consiste à présenter à toutes les catégories d’âges des prochaines générations une opportunité de connaissance élargie dans le domaine de l’IA et des technologies modernes. Son objectif est de présenter aux élèves du primaire, du préparatoire, aux universitaires et même aux jeunes diplômés les moyens concrets de devenir des leaders de niveau mondial, capables de mettre en oeuvre la vision numérique de l’Egypte.

DEG renferme quatre initiatives qui s’adressent aux différentes tranches d’âge, des plus jeunes aux adultes, à savoir « Baraem Misr », « Achbal Misr », « Rowad Misr » et, enfin, « Bonat Misr », toutes lancées dans l’objectif de former avec les moyens les plus modernes les générations futures au monde de l’IA.

 Les jeunes découvrent le monde de l’IA

 Les deux initiatives « Baraem Misr » et « Achbal Misr », qui s’adressent aux plus jeunes, ont été lancées en mai 2022 par le ministère des Télécommunications et de la Technologie de l’information. Il s’agit d’un programme de bourses d’études gratuites pour attirer les élèves vers le monde numérique et de l’IA. La première initiative concerne la catégorie d’âge allant de 9 à 11 ans, soit les élèves de la 4e à la 6e primaire. La seconde cible les élèves de 12 à 17 ans, soit de la première préparatoire à la deuxième secondaire. Elles sont proposées gratuitement dans toutes les écoles du pays, qu’elles soient publiques, privées, expérimentales, d’Al-Azhar ou même internationales.

Présentant toutes sortes de facilités, à partir de l’initiative « Achbal Misr », les élèves intéressés doivent présenter un certain nombre de documents nécessaires pour passer un concours visant à choisir les élèves boursiers. Ces derniers suivent des cours de formation afin d’apprendre les bases et les outils des technologies modernes. Ensuite, ils peuvent s’inscrire dans l’une des filières spécialisées de leur choix. Elles comprennent divers domaines tels que les arts numériques, le développement de logiciels, la sécurisation des réseaux et des informations, l’IA et la robotique. En plus, ils seront formés durant cette initiative à des compétences personnelles telles que les arts de la communication, la gestion du temps, le travail en équipe, le leadership, l’esprit d’entreprise et le développement durable, entre autres.

Ces formations sont proposées aux boursiers parallèlement à leurs études, mais d’une manière à ne pas interférer avec le programme scolaire. Ainsi, 75 % de la formation sera disponible en ligne, et le reste dans des centres de formation dans différents gouvernorats.

Selon le ministre des Télécommunications et de la Technologie de l’information, Amr Talaat, l’objectif de ces deux initiatives est de former une génération de jeunes ayant des compétences dans les domaines prioritaires, comme celui du numérique. Ce qui serait un atout dans le plan de transformation numérique du gouvernement. L’Egypte essaie de former de jeunes générations à un juste usage du numérique. C’est dans ce cadre que l’apprentissage des technologies de l’information et de la communication a été rendu obligatoire chez les élèves, dès le cycle primaire.

 Préparation au marché du travail

Pour les catégories d’âge supérieures, le ministère des Télécommunications a lancé l’initiative « Rowad Misr » (pionniers de l’Egypte) pour les universitaires et celle de « Bonat Misr » (bâtisseurs de l’Egypte) pour les jeunes diplômés des facultés d’ingénierie et des sciences informatiques. Ces deux initiatives, toujours gratuites, visent à former le plus grand nombre de jeunes à acquérir les compétences qui leur permettront de se lancer sur le marché du travail.

L’initiative « Pionniers de l’Egypte » est ouverte aux universitaires de toutes les facultés. Ils doivent présenter les documents nécessaires et justifier d’une maîtrise de l’anglais. Les boursiers sont ensuite sélectionnés à la suite d’un concours. Cette initiative vise à développer le leadership en technologie parmi les étudiants universitaires et les diplômés de toutes les spécialités.

L’initiative « Bâtisseurs de l’Egypte » s’intéresse à la formation dans les domaines des sciences des données, de l’IA, de la cybersécurité et de la robotique. Elle propose également des formations de travail en équipe, d’organisation, de leadership, de capacités d’analyse et de prise de parole en public. L’anglais, atout important pour une carrière professionnelle, est également enseigné. Des mémorandums d’entente ont été signés avec des universités internationales, comme celles d’Ottawa au Canada et de l’Ohio aux Etats-Unis, pour proposer leurs programmes de master professionnel aux étudiants. L’objectif est d’atteindre 1 000 étudiants par an.

 L’initiative FWD : Se préparer au marché du travail numérique

Le ministère des Télécommunications et de la Technologie de l’information a lancé l’initiative Future Work is Digital (FWD) en mai 2020. Elle est soutenue par l’Agence de développement de l’industrie des technologies de l’information. Cette initiative a formé plus de 200 000 jeunes égyptiens via Udacity, une plateforme d’apprentissage en ligne pour les technologies numériques. L’initiative s’adresse aux jeunes âgés entre 18 et 35 ans. C’est une académie virtuelle assurant une formation en ligne gratuite dans les domaines de l’informatique et du marketing et qui dure 18 mois. Le certificat Nano Degree, qui coûte entre 17 000 et 25 000 L.E. sur la plateforme Udacity, ne coûte rien en FWD. Les cours de cette initiative sont dispensés par des youtubers et des blogueurs égyptiens pour apprendre aux étudiants à se lancer dans le monde du free-lance. FWD libère le potentiel des apprenants en leur fournissant des compétences technologiques et de développement de carrière afin qu’ils concourent avec succès au marché du travail numérique. Parmi les nombreux autres programmes, il y a l’initiative ITI Freelancing Zones, lancée par le ministère des Télécommunications et l’Institut de Technologie Informatique (ITI) pour aider les jeunes à conquérir le marché du free-lance et du travail à distance. Enseignée en langue arabe et dans la langue des signes, cette initiative aide les jeunes à se lancer sur les plateformes de free-lance locales, arabes et internationales.

WE, les premières écoles intelligentes

La société Telecom Egypt (WE) a signé en 2020 avec le ministère de l’Education un protocole de coopération pour lancer un lycée technologique. Aujourd’hui, l’Egypte compte 12 écoles WE.

Il s’agit de la première école intelligente spécialisée dans le domaine des télécommunications et des technologies de l’information. Ces écoles visent à préparer une génération de techniciens qualifiés répondant aux plus hautes normes d’efficacité et de qualité, en coopération avec le ministère de l’Education et de l’Enseignement technique.

C’est une école pour les élèves qui ont fini les classes préparatoires n’ayant pas dépassé les 18 ans. Après 3 ans d’enseignement, ils peuvent poursuivre leurs études dans l’une des universités technologiques qui sont de plus en plus nombreuses en Egypte.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique