Mardi, 23 juillet 2024
Dossier > La nouvelle Egypte >

Relever les enjeux technologiques

Amira Samir , Mercredi, 20 décembre 2023

Accélérer le rythme des investissements dans le secteur des télécommunications sera l’un des buts du nouveau mandat présidentiel. Objectif : suivre le rythme du développement technologique mondial. Focus.

Relever les enjeux technologiques

Dans le cadre de sa stratégie visant à devenir un centre régional de la technologie de l’information, l’Egypte a accordé, au cours des 10 dernières années, une attention particulière à la transformation numérique et au développement du secteur des télécommunications et des technologies de l’information. La transformation numérique c’est l’intégration de la technologie numérique dans la fourniture des services publics et privés, afin d’améliorer les processus de production et la vie des citoyens. « La transformation numérique permet d’accélérer le processus de développement global et de doubler son rendement. Parmi les défis les plus importants auxquels est confronté le processus de transformation numérique, il y a le fait de changer la culture des citoyens », explique Ghada Labib, vice-ministre des Télécommunications et des Technologies de l’information en charge du développement institutionnel.

L’Egypte numérique

En effet, le gouvernement a adopté le plan de construction de « l’Egypte numérique » qui vise, entre autres, à encourager l’innovation, à assurer la sécurité de l’information et à renforcer la position technologique de l’Egypte aux niveaux régional et international.

Investir dans l’infrastructure des TIC est un dossier prioritaire du nouveau mandat du président de la République. Dans ce contexte, et dans le cadre du projet de raccordement de tous les bâtiments gouvernementaux au réseau de fibre optique, plus de 18 000 bâtiments gouvernementaux ont été connectés à ce réseau. Sur un autre volet, l’Egypte a commencé à construire des villes de la 3e génération qui disposent d’Internet ultra-rapide jusqu’à 100 Mo/seconde avec le potentiel d’augmenter la vitesse à l’avenir. La Nouvelle Capitale administrative de l’Egypte a été couronnée première capitale numérique arabe pour 2021.

L’Egypte a été également nommée première au niveau du continent africain dans le débit moyen d’Internet fixe, selon un rapport élaboré par Ocala, la célèbre société de l’intelligence des réseaux en 2022. Selon l’Indice de l’e-gouvernement pour l’année 2022, l’Egypte a été classée parmi le groupe des pays leaders du gouvernement numérique (groupe A).

Déjà, l’Etat a pu numériser quelque 168 de ses services gouvernementaux, dans le cadre d’un projet national visant à numériser les services d’ici la fin de l’année 2023. Un autre projet numérique important a été mis en place pour la mécanisation du système foncier agricole, ainsi que le projet de numérisation des hôpitaux universitaires, afin d’établir des unités de diagnostic à distance dans le but de fournir des services de santé appropriés aux citoyens égyptiens. Le projet Adala (justice) Egypt Digital vise également à développer le système judiciaire.

Créativité numérique

L’Egypte a également accordé une grande attention au domaine de l’intelligence artificielle, un système basé sur la machine qui est capable de fournir des prédictions, des recommandations et des décisions dans des environnements réels et virtuels. En 2019, le Conseil national de l’intelligence artificielle a été créé et la Stratégie nationale pour l’intelligence artificielle a été lancée sous le slogan : « L’intelligence artificielle pour le développement et la prospérité ». L’Egypte est le premier pays arabe et africain à rejoindre officiellement les pays reconnaissant le document de l’Organisation de coopération et de développement économiques sur l’Intelligence Artificielle Responsable.

Cybersécurité

L’expansion rapide du secteur des télécommunications, accélérée par la pandémie du Covid-19, a révélé la vulnérabilité des logiciels, des réseaux et des systèmes face aux attaques numériques. En 2014, l’Egypte a adhéré à la Convention arabe de lutte contre les crimes liés aux technologies de l’information signée au Caire. La même année, le Conseil supérieur de la cybersécurité du Conseil des ministres a été créé pour élaborer, superviser et mettre à jour la stratégie nationale de lutte contre les cyberattaques en fonction des développements techniques. Aujourd’hui, l’Egypte figure parmi les 30 premiers pays de l’Indice de cybersécurité, se classant 23e en 2020 sur 194 pays inclus dans l’indice, avec un score total de 95,48 sur 100 points.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique