Lundi, 26 février 2024
Dossier > Gaza >

En Israël, un gouvernement de guerre

Ghada Ismaïl, Mercredi, 18 octobre 2023

C’est la première fois depuis 1967 qu’un gouvernement d’union nationale d’urgence est créé en Israël. Un cabinet de « gestion de la guerre » dont le nom résume les intentions d’Israël. Focus.

En Israël, un gouvernement de guerre

Il n’a fallu que cinq jours après le lancement de l’opération « Déluge d’Al-Aqsa » par le Hamas pour que la Knesset approuve, le 11 octobre 2023, la mise en place d’un gouvernement d’urgence officiellement nommé un cabinet de guerre. Objectif : « superviser la guerre contre le Hamas ». Que signifie cette démarche sur les plans militaire et politique ? Ce gouvernement est composé principalement de trois membres : le premier ministre, Benyamin Netanyahu, le ministre de la Défense, Yoav Gallant, et Benny Gantz, chef du Parti de l’unité nationale et l’un des dirigeants de l’opposition. Selon les spécialistes, la formation de ce gouvernement dévoile l’intention d’Israël de prolonger la durée de la guerre. En formant un tel gouvernement, Benyamin Netanyahu vise à répartir la responsabilité des résultats de la guerre contre le Hamas et les factions palestiniennes entre les autres partis et obtenir une légitimité pour les prochaines étapes militaires, dont la plus importante est l’invasion terrestre de la bande de Gaza.

« En général, les pouvoirs du gouvernement de guerre consistent à prendre des décisions relatives à la guerre. Et avec sa formation, toutes les initiatives politiques seront suspendues, notamment le plan controversé de réforme judiciaire. En plus, Netanyahu et Gallant ont le droit de prendre toute décision concernant la guerre sans consulter le gouvernement ou la Knesset, après que cette dernière avait ratifié la loi qui leur accorde ce droit », explique Heba Choukry, spécialiste des relations internationales. « Les représentants de l’opposition au sein de ce cabinet sont considérés comme des ministres sans portefeuilles. Et ils deviendront membres du mini-conseil ministériel de sécurité chargé de prendre les décisions de guerre », explique Saïd Okasha, expert des affaires israéliennes au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram. Après la formation du gouvernement militaire, Netanyahu a déclaré : « Aujourd’hui, nous avons formé un gouvernement d’unité nationale. Le peuple d’Israël est uni. Le sort d’Israël est en jeu … Chaque membre du mouvement Hamas est condamné, et nous les détruirons tous. Tous comme le monde a détruit Daech ». Par ailleurs, le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, a refusé de rejoindre le gouvernement d’urgence en s’opposant à l’adhésion à ce cabinet des chefs des partis extrémistes comme Itamar Ben-Gvir et Bezalel Smotrich. Selon les déclarations de Lapid, « c’est une structure qui ne peut pas fonctionner, elle ne fera qu’ajouter au désordre … au lieu d’un gouvernement, deux cabinets vont combattre ».

« Le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, comme une grande partie de la rue israélienne, estime toujours que c’est Netanyahu, et son arrogance, qui est le responsable principal de ce qui s’est passé et qu’il doit assumer tout seul les conséquences de la situation actuelle », explique Okasha.

Une histoire mouvementée

Selon les experts, la formation d’un gouvernement d’urgence vise, d’une part, à calmer l’opinion publique israélienne sur le fait que ce gouvernement renferme des experts ayant une expérience militaire qui mènent la guerre et, d’autre part, « Netanyahu tente d’exploiter un tel gouvernement pour le sauver politiquement. Il veut envoyer un message à l’étranger et à l’intérieur d’Israël selon lequel Israël est uni au niveau politique et que la crise actuelle a réussi à unir toutes les forces politiques en Israël », comme l’explique Heba Choukry.

Ce genre de gouvernement intervient généralement en temps de guerre, de catastrophe naturelle ou de crise économique ou sanitaire. Israël a formé au cours de son histoire plusieurs gouvernements d’urgence. Le 5 juin 1967, un gouvernement d’union nationale a été formé par Levi Eshkol après la guerre de 1967. Le 12 décembre 1969, un gouvernement national a été formé par Golda Meir en pleine guerre d’usure. Et le 21 décembre 1988, un autre gouvernement a été formé par Shimon Peres et Yitzhak Shamir, pour faire face à l’Intifada palestinienne. En janvier 2005, un autre gouvernement a été formé par Ariel Sharon à la suite du plan de désengagement de Gaza. Et enfin, le 21 avril 2020, un gouvernement national et d’urgence a été présidé à tour de rôle par Benyamin Netanyahu et Gantz pour sortir de l’impasse politique. « Ce gouvernement est un gouvernement temporaire. Une fois la crise terminée, ce gouvernement prendra fin et avec lui la carrière politique de Netanyahu », conclut Okasha.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique