Jeudi, 18 avril 2024
Dossier > 6 Octobre >

La victoire du 6 Octobre dans la presse internationale et israélienne

Ghada Ismaïl, Jeudi, 05 octobre 2023

La victoire du 6 Octobre dans la presse internationale et israélienne

 La traversée de l’armée égyptienne du Canal de Suez et la ligne Bar Lev a changé le cours de l’histoire de l’Egypte et de l’ensemble de la région du Moyen-Orient.

The Daily Telegraph, journal britannique

07-10-1973

L’image présentée par la presse internationale du militant arabe après la guerre de 1967 était une image pleine de points négatifs et donnait l’impression de l’impossibilité d’une confrontation militaire réussie des Arabes contre la puissance militaire d’Israël. Ainsi, nous avons pu comprendre l’ampleur du changement survenu après que le militant arabe avait démontré sa présence et ses capacités. Et comment la presse internationale a transmis ce changement à l’opinion publique mondiale ?

The Times, journal britannique

Octobre 1973

Les Egyptiens et les Syriens font preuve d’une grande compétence, d’une grande organisation et d’un grand courage. Les Arabes ont remporté une victoire précieuse qui aura des effets psychologiques. La conservation par les Egyptiens de la rive orientale du Canal de Suez est une victoire immense et sans précédent qui a cassé les illusions des Israéliens selon lesquelles les Arabes ne sont pas capables de remporter la guerre.

Washington Post, quotidien américain

07-10-1973

La semaine dernière, Israël a vécu une semaine de discipline et de torture. Il est clair que les armées arabes combattent avec force, courage et détermination, alors que les Israéliens se sentaient tristes et déprimés lorsqu’ils ont découvert que la guerre leur avait coûté de lourdes pertes.

Financial Times, quotidien britannique

11-10-1973

Il est devenu clair que les forces israéliennes n’étaient pas composées, comme elles le pensaient, d’hommes invincibles, et que la confiance israélienne après 1967 a atteint le point d’une arrogance dégoûtante.

The Sun, journal britannique

12-10-1973

La guerre d’Octobre a prouvé que la sécurité d’Israël ne peut pas être garantie par des chars et des missiles, mais plutôt par un règlement de paix juste convenu avec les pays arabes.

Le Courrier de Mantes, hebdomadaire français

17-10-1973

Les soldats israéliens ont fui de la ligne Bar Lev. Alors qu’ils reprenaient leur souffle, leurs visages sont devenus pâles de l’enfer déchaîné sur eux par l’attaque massive égyptienne.

Annabelle, magazine italien

30-10-1973

Avant la guerre d’Octobre, de faux sentiments régnaient dans le pays : le sentiment d’une écrasante supériorité militaire de nos soldats, à tel point que cette croyance les conduisait à une assurance militaire de la manière de « Nous les couperons en morceaux s’ils osent lever le petit doigt dans nos visages ».

Al-Hamishmar, quotidien israélien

29-10-1973

La guerre d’Octobre a créé un concept que nous ne connaissions pas auparavant (les épuisés par la guerre), c’est-à-dire ceux qui ont subi un traumatisme psychologique et qui sont désormais dispersés dans des hôpitaux et des maisons de convalescence pour être soignés, afin de les débarrasser des séquelles brutales de la guerre brutale … Au cours de cette guerre, les soldats israéliens ont connu, pour la première fois de leur vie, l’expérience du siège, de l’isolement pendant le combat et de la peur de manquer de munitions.

Haaretz, journal israélien

02-11-1973

La sirène qui retentit à deux heures et dix minutes, le 6 octobre 1973, représentait plus qu’un simple avertissement aux citoyens israéliens de se rendre aux bunkers, c’était comme le cri qui résonnait lorsque le mort est enterré. Cet homme décédé était Israël. Lorsque la guerre est finie, une nouvelle histoire a commencé. Après un quart de siècle de la création de l’Etat d’Israël, les anciens piliers d’Israël ne sont plus que des débris qui gisaient sur le bord de la route.

Maariv, journal israélien

20-09-1998

Jusqu’au jour du cessez-le-feu sur le front du Sinaï, nous n’avions pas réussi à nuire à l’armée égyptienne, et il est certain que même sans cessez-le-feu, nous n’aurions pas réussi à arrêter ou à détruire l’armée égyptienne. Ainsi, on peut dire que lors de notre quatrième guerre contre les Arabes, nous n’avons rien obtenu.

Haaretz, journal israélien

08-11-1973

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique