Dimanche, 19 mai 2024
Dossier > Coton égyptien >

L’histoire passionnante du coton

Amira Samir , Vendredi, 22 septembre 2023

Avec ses caractères particuliers et sa haute qualité, le coton égyptien a toujours eu la cote. Retour sur sa longue histoire.

L’histoire passionnante du coton

C’est sous le règne de Mohamad Ali pacha (1805-1848) que la culture du coton à fibres longues a été introduite en Egypte. Mohamad Ali pacha a commencé ensuite à créer de multiples usines manufacturières liées à la filature et au tissage de toutes sortes. La première usine gouvernementale édifiée au Caire était « l’usine de textile d’Al- Khoronfich », datant de 1816. Il fit appel également à des techniciens de Florence, en Italie, spécialisés dans le filage de coton et de fils de soie, pour fabriquer du velours et du satin léger. A Boulaq, au bord du Nil, « l’usine de feutre (goukh) » fut édifiée, pour laquelle des experts ont été amenés de Grande-Bretagne pour établir et gérer cette industrie en Egypte, en plus d’enseigner aux ouvriers de cette usine les secrets de cette industrie. Le but de la création de « l’usine de feutre » était de fournir des vêtements militaires à l’armée égyptienne. Mohamad Ali a introduit la plantation de coton à l’échelle commerciale comme culture de rente. Avec des premières exportations vers la France, la qualité du coton a rapidement attiré l’attention du monde. Au fil des années, les draps en coton produits en Egypte sont devenus connus et populaires. Bien que la valeur et le caractère unique du coton égyptien aient été reconnus très tôt, aucune réglementation formelle en matière de contrôle de qualité n’a été mise en place avant le début du XXe siècle.

Contrôle de qualité

C’est en 1926, sous le règne du roi Fouad, que le gouvernement égyptien a initié certaines mesures pour maintenir la qualité du coton, et a imposé des contrôles stricts des graines pour s’assurer qu’elles ne sont pas mélangées avec d’autres de moindre qualité. L’industrie du coton est devenue plus organisée grâce à des initiatives privées, lorsque les acteurs du coton ont créé l’Association des exportateurs de coton d’Alexandrie (Alcotexa) en 1932. Alcotexa fonctionne comme une organisation à but non lucratif, dont le but est de favoriser le commerce du coton et fonctionne comme un forum pour les exportateurs, les importateurs et les filateurs et d’autres entités compétentes s’occupant du coton en provenance d’Egypte. Elle entretient une coopération étroite avec le gouvernement égyptien et a pour mandat d’enregistrer toutes les transactions d’exportation de coton en provenance d’Egypte.

Le climat tempéré de l’Egypte tout au long de l’année est parfait pour la plantation de coton et lui confère une qualité supérieure. Le coton égyptien, à travers son histoire, restait l’une des cultures les plus importantes économiquement, fournissant des fibres renouvelables pour l’industrie textile tout en étant une source de protéines et d’huile de graines.

Parmi les cotons cultivés en Egypte, citons le coton Barbadense, classé parmi la plus haute qualité et réputé pour ses fibres longues et son fil fin. A savoir, les fibres plus longues améliorent la qualité du fil et le fil fin permet un nombre de fils plus élevé par pouce carré. Un autre facteur qui contribue à la qualité unique du coton égyptien est qu’il est cueilli à la main, ce qui réduit le stress exercé sur les fibres et préserve bien mieux le coton que la cueillette mécanique.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique