Jeudi, 29 février 2024
Dossier > G20 >

Un bilan sous le signe du compromis

Racha Darwich , Jeudi, 14 septembre 2023

Malgré les divergences internes et les relations tendues entre plusieurs Etats membres, les pays du G20 ont adopté un certain nombre de décisions et sont parvenus à une déclaration finale équilibrée et consensuelle. Retour sur les principales annonces.

Un bilan sous le signe du compromis

Déclaration de New Delhi : Divisions autour de l’Ukraine

Trouver un consensus au sein du G20, dont les pays sont très divisés sur la position à adopter face à la guerre en Ukraine, a nécessité des concessions. La Déclaration a souligné l’aspect humanitaire et les souffrances qui ont résulté de cette guerre dénonçant l’« emploi de la force » visant à obtenir des gains territoriaux compromettant l’intégrité territoriale et la souveraineté des Etats. Cependant, le texte ne fait pas mention explicitement d’une « agression » russe en Ukraine, expression pourtant utilisée en 2022 lors du précédent Sommet du G20 à Bali. La Déclaration a appelé à parvenir à une solution pacifique à la crise sur la base de l’objectif du sommet, qui s’inscrit dans le slogan « Une terre, une famille, un avenir », qui promeut une ère pacifique et non une ère de guerre. En outre, la Déclaration demande à tous les Etats d’adhérer aux principes du droit international et du système multilatéral qui protègent la sécurité et la stabilité, ainsi que d’adopter une conduite conforme aux principes de la Charte des Nations-Unies. Les Etats ont également convenu de poursuivre leurs efforts pour contrer l’impact négatif de la guerre sur l’économie mondiale et de travailler ensemble pour y remédier, se félicitant de toutes les initiatives similaires et pertinentes visant à appuyer le principe d’une approche pacifique et amicale du règlement des différends.

G20+ : Un plus pour l’Union africaine

Le G20 a officiellement accueilli dans ses rangs l’Union Africaine (UA), un signal fort pour l’Afrique et une victoire diplomatique pour l’Inde qui s’affiche comme leader des pays du Sud. Le premier ministre, Narendra Modi, a ouvert le sommet en invitant l’UA à devenir membre permanent du groupe, mettant fin au « manque de confiance mondial » et cherchant à rendre l’UA plus représentée à l’échelle mondiale. C’est ce sur quoi les Etats membres ont fait consensus compte tenu des efforts de la partie orientale, dirigée par la Chine, l’Inde et la Russie, pour gagner les pays africains avec leur potentiel et leurs ressources qui renforceraient l’économie mondiale, en plus d’être une grande force capable de renverser le régime unipolaire dominé par les Etats-Unis, soutenant le principe d’un « monde multipolaire », alors que l’Occident cherche à contrer l’influence croissante de l’Est sur le continent pour maintenir intacte sa domination mondiale.

Alliance pour les biocarburants : Environnement et économie

Le sommet a lancé l’Alliance mondiale pour les biocarburants, dirigée par l’Inde, afin de servir les Objectifs de développement durable, soutenir les objectifs d’émissions nettes nulles et promouvoir l’utilisation de carburants propres. L’initiative, qui comprend les Etats-Unis, le Brésil et les Emirats arabes unis, pourrait générer 500 milliards de dollars d’opportunités au cours des 3 prochaines années pour le groupe. Cette initiative représente un gain économique et environnemental pour le G20 et le monde entier. Un accord de principe a été signé entre les Etats-Unis, l’Inde, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Union européenne, la France, l’Allemagne et l’Italie pour la création d’un « couloir » logistique reliant l’Inde et l’Europe au Moyen-Orient.

Climat : Le strict minimum

Profondément divisé sur l’avenir du pétrole, le G20, qui représente 80 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, a échoué à appeler à une sortie des énergies fossiles dans sa déclaration finale, mais soutient pour la première fois l’objectif de tripler les renouvelables d’ici 2030, une déclaration « lueur d’espoir » pour les uns, mais « strict minimum » pour les autres à 3 mois de la COP28. « Le groupe poursuivra et encouragera les efforts visant à tripler la capacité d’énergie renouvelable, et nous sommes déterminés à accélérer les mesures visant à faire face aux crises et aux défis environnementaux, y compris le changement climatique », indique le communiqué, tout en confirmant que l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C requiert « une réduction rapide, significative et durable des émissions de 43 % en 2030 par rapport à 2019 ».

Inde-Etats-Unis : Le dernier différend résolu

Les Etats-Unis ont annoncé avoir conclu un accord avec l’Inde pour régler leur dernier différend à l’Organisation mondiale du commerce, qui concerne la volaille, et en particulier les restrictions imposées par l’Inde à l’importation de certains produits agricoles en provenance des Etats-Unis en raison de préoccupations concernant la grippe aviaire.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique